7 euros 32

Publié le par Christophe

identitaires mosquée Poitiers

 

Quelle belle manière de célébrer Charles Martel, celui qui a repoussé les envahisseurs à Poitiers le 25 octobre 732 que d'occuper quelques instants de manière pacifique la mosquée de Poitiers en ce mois d'octobre 2012 ! C'est ce qu'ont du penser les jeunes du bloc identitaire...

 

Sauf que, nos élites ont l'intention de frapper fort afin de prévenir toute réplique et les jeunes de générations identitaires font l'objet d'une chasse aux sorcières destinée à en faire un exemple à ne pas suivre...

 

 

Rappel des faits

 

Une grosse soixantaine de militants de « Génération identitaire » ont occupé pendant quelques heures samedi matin le chantier d'une mosquée en construction à Buxerolles, à côté de Poitiers afin d'attirer l'attention sur «l'islamisation de la France». Ils ont déployé une banderole sur le toit de l'établissement portant la mention «732, génération identitaire».

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/10/20/01016-20121020ARTFIG00354-des-identitaires-occupent-une-mosquee-de-poitiers.php

 

Seulement une trentaine de policiers a été déployé autour du chantier. A la mi-journée, les manifestants ont accepté de partir mais leur départ a été légèrement perturbé par une manifestation de jeunes musulmans. L'évacuation des militants s'est terminée peu avant 13h, et trois organisateurs ont été placés en garde à vue.

 

Ces jeunes ont demandé de manière pacifiste et sans haine que des référendums soient organisés en France concernant l'immigration et la construction de mosquées. On retrouve d'ailleurs ces revendiquations dans le communiqué du 20 octobre 2012 sur le site de Génération identitaire. En voici un extrait :

http://www.generation-identitaire.com/

Depuis la Grande Mosquée de Poitiers, Génération Identitaire appelle à la reconquête !

 

Une centaine de jeunes, garçons et filles de toute la France, viennent d’entrer dans la future Grande Mosquée de Poitiers et l’occupent depuis les toits. Sur la façade, face au minaret, nous avons déplié une banderole sur laquelle on peut lire un message clair : « Immigration, construction de mosquées : REFERENDUM ! » Par cette première action d’envergure, Génération Identitaire entend se placer en première ligne du combat pour notre identité.

(...)

Nous ne voulons plus d’immigration extra-européenne ni de nouvelle construction de mosquée sur le sol français.

(...)

chaque peuple a le droit absolu de choisir s’il souhaite accueillir des étrangers et en quelle proportion. Puisque ce droit nous a été refusé et que notre génération en paie le prix fort dans la rue face aux intimidations de la racaille, nous disons : ça suffit, on ne recule plus ! Nous réclamons la mise en place d’un référendum national sur l’immigration et la construction de lieux de culte musulmans en France.

(...)

Que toute l’Europe entende notre appel : ici et maintenant, RECONQUETE !

 

 

Une enquête judiciaire justifiée en pareille circonstances

 

Le procureur de la République de Poitiers, Nicolas Jacquet, a annoncé l'ouverture d'une enquête pour «manifestation non autorisée, provocation à la haine raciale, participation à un groupement en vue de la préparation de dégradation de biens en réunion». La qualification de «vol et dégradation en réunion» est également retenue notamment concernant une dizaine de tapis de prière déplacés de la mosquée sur le toit et très fortement endommagés par la pluie.

Le procureur est dans son rôle et les faits reprochés seront vite battus en brèche dans une République ou la justice est indépendante...

 

Manifestation non autorisée ? Oui pourquoi pas. Mais seulement 4 jeunes ont été interpellés. Preuve que cette accusation a du plomb dans l'aile et que l'on va se recentrer sur les organisateurs. Provocation à la haine raciale ? Demander un référendum sur l'immigration et la construction de mosquées ce serait donc de la provocation à la haine raciale. J'en prend note.

 

Dégradation de biens en réunion ? Une clôture, ou une porte; rien qui ne peut entraîner autre chose qu'un simple rappel à la loi. D'autant plus que je leur souhaite bon courage pour identifier le ou les auteurs de la dégradation. Cela ne peut pas concerner la soixantaine de participants...

 

Vol et dégradation des tapis de prière ? Ah bon, mais comment a t-on pu constater leur dégradation s'ils ont été volé ? S'ils ont été retrouvés gorgés d'eau sur le toi du chantier c'est donc qu'ils ne l'ont pas quitté...

A noter que le caractère « en réunion » qui est une circonstance aggravante, a été relevé pour donner du contenant au dossier. Sans doute qu'il sonne bien creux aux yeux de ceux qui ont en charge l'action publique...

 

On pouvait relativement être optimiste sur la suite donnée à l'affaire, les faits qui sont reprochés à ces jeunes étant tellement ridicules par rapport à ceux commis par les islamistes qui ont appelés à égorger des juifs en plein Paris. Sans compter que pour nos dirigeants actuel le droit à la seconde chance pour les jeunes est très important.

 

Pourtant, voila que lundi nous apprenions que trois des militants ont été mis en examen pour organisation d'une manifestation non autorisée, provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, ainsi que pour vol et dégradation de biens. Le quatrième a été mis en examen pour complicité. Ils ont tous les quatre été placés sous strict contrôle judiciaire.

Il est reproché à ces quatre hommes, âgés de 23 à 26 ans, et sans antécédent judiciaire, leur implication dans l'organisation et la conduite de cette action. Le contrôle judiciaire leur interdit toute activité associative ou sociale en lien avec la mouvance identitaire, de sortir des limites territoriales du département de leur domicile et d'avoir des contacts avec toutes les personnes ayant participé à la manifestation, selon un communiqué du parquet de Poitiers.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/10/22/mosquee-de-poitiers-deux-des-quatre-deferes-mis-en-examen-et-places-sous-controle-judiciaire_1779237_3224.html

 

 

Condamnations unanimes des élites 

 

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a «condamné fermement» samedi «cette provocation», qui relève selon lui d'une «haine religieuse inacceptable», ajoutant que cet envahissement était «une agression contre la République et ses valeurs».

 

Manuel Valls a également dénoncé «la provocation haineuse et inadmissible» et «les amalgames douteux» du groupe d'extrême droite. Le ministre de l'Intérieur «garantit que l'Etat fera preuve de la plus grande fermeté face aux manifestations d'intolérance qui déchirent le pacte social», ajoute un communiqué.

   

Le PS, par la voix de son nouveau premier secrétaire Harlem Désir, et le PCF, ont demandé «la dissolution» de Génération identitaire. «Je demande la dissolution de ce groupuscule fanatique dont les agissements violents sont une menace pour l'ordre public, la sécurité des personnes et pour la cohésion républicaine», écrit dans un communiqué Harlem Désir, ancien président de SOS Racisme. Pour lui, ces militants «agressent non seulement les musulmans de France mais aussi la République qui garantit la liberté de culte et le principe de laïcité».

   

De son côté, le PCF affirme dans un communiqué que «cette provocation stupide et pleine de fiel est inacceptable». «Ce groupuscule doit être dissous et ses responsables poursuivis pour provocation à la haine raciale»

   

Le président du Parti radical Jean-Louis Borloo, et le secrétaire général Laurent Hénart, se sont également élevés dans un communiqué contre «des attaques ignobles contre la République». «La France est un état laïque qui garantit la liberté de la pratique du culte quand celle-ci se fait dans le respect de la loi. Tous les appels à la haine et toutes les stigmatisations d'une religion sont des poisons qui divisent notre société

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/10/20/01016-20121020ARTFIG00354-des-identitaires-occupent-une-mosquee-de-poitiers.php

   

La presse et les islamo-collabos commencent à se déchaîner en parlant d'extrême droite, là c'est de la routine. Le diocèse de Poitiers a apporté son soutien aux musulmans, là c'est décevant et on a envie de dire « pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu'ils font ».

C'est ce qui est bien avec ce genre d'annonces, c'est que les masques tombent !

Une fois de plus on nous ressort le refrain « qui se défend contre l'islam, attaque la République ».

Ainsi les attaques subits par la chrétienté ne sont logiquement pas une attaque contre la république puisque le culte est séparé de l'état depuis 1905; mais lorsqu'on s'en prend à l'islam on attaque la République. Difficile de comprendre ce deux poids deux mesures.

   

Poitiers à un caractère symbolique pour ces jeunes ainsi que pour tous les patriotes de France ayant des racines chrétiennes. On nous dit que cela est équivalent à une provocation à la haine raciale. Nous considérons que c'est injuste mais respectueux de la loi nous sommes prêt à nous incliner devant celle-ci. Nous sommes disciplinés mais pas bêtes et nous ne comprenons pas pourquoi les islamistes en sont dispensés...

 

 

Un acharnement sur les identitaires pouvant conduire à la dissolution

 

Fondée en septembre 2012, Génération identitaire est une association loi 1901. Au regard de la loi, seule une décision du président de la République pourra conduire à l'interdiction et à la dissolution du mouvement.

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/10/22/01016-20121022ARTFIG00537-generation-identitaire-son-sort-depend-de-hollande.php

   

Le chef de l'État a en effet le pouvoir, depuis la loi relative à la lutte contre le racisme, dite loi Pleven (1972), d'interdire toute association ou groupement prônant une idéologie de haine, de violence ou de discrimination envers un groupe ethnique, une nation ou une religion. Cette disposition législative est un amendement de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées, qui visaient à l'origine les ligues d'extrême droite.

   

Grâce à cette loi votée sous le gouvernement de Pierre Laval, le président a le pouvoir, sur simple décret, de dissoudre tout groupe menaçant la République, soit en «provoquant des manifestations armées dans la rue (alinéa 1)», soit en «présentant, par leur forme ou organisation militaires, le caractère de groupes de combat ou de milices privées (alinéa 2)», soit, encore, en «ayant pour but de porter atteinte à l'intégrité du territoire national ou d'attenter par la force à la forme républicaine du gouvernement (alinéa 3)».

Deux nouveaux types d'associations ont été ajoutés à la loi en 1972 et 1986: les organisations propageant la haine raciale et les organisations terroristes. Ce dernier amendement a permis la dissolution d'Action directe (1982), du FLNC (1983), d'Iparretarrak (1987) et récemment de Forsane Alizza (2012).

   

Génération identitaire pourrait donc être menacée par l'alinéa 6 de la loi du 10 janvier 1936. Ce dernier indique que le président de la République peut dissoudre les groupes qui «soit provoqueraient à la discrimination, à la haine ou à la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, soit propageraient des idées ou théories tendant à justifier ou encourager cette discrimination, cette haine ou cette violence».

 

Marine Le Pen juge "disproportionnées" les demandes de dissolution de la mouvance. Dans ce cas, "il faut aussi demander la dissolution du Gisti, de SOS Racisme qui avaient poussé à l'occupation d'un certain nombre d'églises", a-t-elle estimé, en allusion à la présence de sans-papiers à Saint-Bernard à Paris en 1996 et à la basilique-cathédrale de Saint-Denis en 2002.

http://www.huffingtonpost.fr/2012/10/22/mosquee-a-poitiers-marine-le-pen-defend-bloc-identitaire-charles-martel_n_1999238.html

     

On ne peut qu'être d'accort avec elle. C'est totalement ridicule de crier à la provocation à la haine raciale sur la simple évocation d'une date (732) d'un personnage historique (Charles Martel) et d'une revendiquation de référendendum. 

 

 

7 euros 32

 

Devant ces mesures disproportionées on ne peut qu'être scandalisé. Les mises en examens sont le fruits d'un acharnement destiné à  neutraliser le groupe tout comme le contrôle judiciaire qui pour des personnes au casier judiciaire vierge est un fait exceptionnel. En pareilles circonstances des "vladimir" auraient sans doute fait l'objet d'un rappel à la loi et d'une composition pénale assortie d'une amende dérisoire. 

     

Quoi qu'il en soit, ces jeunes vont avoir des frais d'avocats conséquents car nul doute que toutes les associations subventionnées par l'état grâce à l'argent des Français se porteront partie civile et feront appel de chaques décisions.

   

Nous devons les aider.  

     

Joachim Véliocas administrateur de l'Observatoire de l'islamisation a fait un don tout en symbole de 732 euros en faveur génération identitaire. http://www.islamisation.fr/

Si vous en avez les moyens, faites pareil, mais si ces derniers sont plus limités vous pouvez garder la symbolique en offrant 73,2 euros. Enfin, si vous êtes asséchés par l’Europe comme beaucoup d'entre nous, vous avez la possibilité de rester acteur patriote en offrant 7,32 euros. Aucun dont n'est ridicule et tous sont utiles. Faite votre don ici : http://www.generation-identitaire.com/faire-un-don/

  

génération identitaire logo 

Marrez vous bien en expédiant votre chèque de 7,32 euros établie à l'ordre de « génération identitaire » à l'adresse suivante :

 

Génération Identitaire
5 montée du change
69005 Lyon

 

Et ayez bien à l'esprit que si l'on interdit "génération identitaire", l'étape suivante sera d'interdire le FN...  

 

 

chris 

 

Publié dans Billet d'humeur

Commenter cet article

christophe 04/01/2013 12:03


Dans cet
article publié par Boulevard Voltaire,


http://www.bvoltaire.fr/christinetasin/les-identitaires-ne-sont-que-des-amateurs,7438


la
présidente de Résistance républicaine se livre à une comparaison des plus intéressantes, sur deux faits divers. Le premier concerne le traitement réservé à 70 Identitaires qui sont montés sur le
toit d’une mosquée en construction, à Poitiers. Le deuxième concerne 300 autres « jeunes », qui ont tout vandalisé, une nuit entière, dans un hôtel en reconstruction, à Nogent…