A garder en vue des municipales

Publié le par Christophe

ripoux

 

Jean-Marie Le Pen a été condamné à plusieurs reprises pour des propos qu'il a tenu et souvent en étant victime d'une chasse aux sorcières. Mais il y a une chose que l'on peut lui reconnaître c'est qu'il n'a jamais été condamné dans l'exercice d'une fonction électorale. Ce n'est pas un ripoux. On ne peut pas en dire autant de bon nombre de politiques de droite comme de gauche.

 

Voyez ci-dessous une liste de personnes condamnées par la justice. La liste est impressionnante. Il en manque certainement et je n'ai pas fait figurer les personnes mises en examen puisqu'elles sont présumées innocentes. Si cela avait été le cas, la liste aurait triplé.

 

Lors des prochaines élections municipales, souvenez vous de cette liste car certains d'entre eux seront candidats aux municipales et votez RBM / FN, pour une politique respectueuse des lois.

chris 

En bas de page vous trouverez une liste de liens. Si vous avez trois jours devant vous vous pouvez toujours les consulter pour retrouver les personnes ci-dessous. Bon courage !

 

 

Manuel Aeschlimann député UMP des Hauts-de-Seine, condamné le 21 janvier 2011 à Versailles à 18 mois de prison avec sursis et 20 000 euros d'amende et 1 an d'inéligibilité pour « favoritisme dans l'attribution de marché public ». Pourvu en cassation (suspensif). Condamné pour favoritisme dans l’attribution d’un marché public en 2009.
Alain Agostini (UMP) 2008, condamné pour proxénétisme aggravé en bande organisée.
Thérèse Aillaud (UMP) 2002, condamnée pour détournement de fonds publics.
Jean-Paul Alduy (UMP) 2008, son élection est annulée pour fraude.
Jean-Marc Ayrault premier ministre socialiste, condamné le 19 décembre 1997 à 6 mois de prison avec sursis et 30 000 franc d'amende pour, « délit de favoritisme dans l'attribution d'un marché public ».
Patrick Balkany (UMP) 2003, condamné pour injure publique et pour diffamation. 1999, condamné pour avoir rémunéré aux frais du contribuable trois personnes désignées comme des employés municipaux mais qui ne s’occupaient que de son appartement de Levallois-Perret et de sa résidence secondaire près de Giverny.
Philippe Brun (UMP) 2011, condamné pour fraudes et multiples abus de biens sociaux.
Pierre Bédier (UMP) 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Brigitte Barèges  (UMP) 2011, condamnée pour refus de mariage.
Michel Buillard (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

 

Claude Biwer ex sénateur du nouveau centre de la Meuse, maire de Marville, condamné le 25 février 2011 à Nancy à 6 mois de prison avec sursis, 5 ans d'inéligibilité et 10 000 euros d'amende pour « prise illégale d'intérêts ». Condamné à Nancy en mai 2008 à 10 000 euros d'amende pour « escroquerie, faux en écriture, détournement de fonds publics et complicité de travail dissimulé ».
Pascal Buchet maire socialiste de Fontenay-aux-Roses, condamné le 27 juin 2011 à Nanterre à 8000 euros d'amende et 15 000 euros de dommages et intérêts pour « harcèlement moral » après le suicide de sa directrice de communication. A fait appel.
Christian Bourquin sénateur socialiste des Pyrénées Orientales, condamné le 12 janvier 2012 à Bordeaux pour « favoritisme dans l'attribution de marché public » et condamné le 01 novembre 2010 à Aix en Provence à 5000 euros d'amende pour « minoration de compte de campagne ».
Marie-Jeanne Bozzi (UMP) 2002, condamnée pour proxénétisme aggravé, association de malfaiteurs et dissimulation de travail clandestin.

2007, condamnée pour soustraction au paiement de l’impôt, omission de déclaration et fraude fiscale.

2009, mise en examen pour association de malfaiteurs en vue de la commission d’un homicide en bande organisée.

Richard Cazenave  (UMP) 1999, condamné pour abus de biens sociaux.

2004, condamné pour recel et complicité d’abus de biens sociaux. 

Lyne Cohen-Solal socialiste, adjointe au maire de Paris, condamnée le 15 décembre 2011

à Douai au remboursement de 19654 euros plus intérêts à la communauté urbaine de Lille pour recel d'abus de confiance. Bénéficie d'une amnistie au pénal.

Jacques Chirac ancien président de la République, condamné à 2 ans de prison avec sursis pour « détournement de fonds publics, abus de confiance et prise illégale d'intérêts ».
Alain Carignon (UMP) 1999, condamné pour corruption, abus de biens sociaux et subornation de témoins.
Frédéric Chazal (UMP) 2010, condamné pour diffamation.
Henry Chabert (UMP) 2002, condamné pour recel d’abus de biens sociaux. 
Joëlle Ceccaldi-Raynaud condamnée (UMP) 2006, condamnée pour diffamation et complicité de diffamation.
Renaud Donnedieu de Vabres (UMP) 2004, condamné pour blanchiment d’argent. 2011, mis en examen dans le cadre de l’affaire Karachi.
Xavier Dugoin        (UMP) 1997, condamné pour trafic d’alcool, salaires fictifs et corruption.1999 à 2000, condamné pour abus de confiance, détournement de fonds publics, falsification de documents administratifs et prise illégale d’intérêt.2001. 
Gérard Dezempte         (UMP) 2006, condamné pour discrimination. Delessard, maire socialiste de Pontault-Combault, condamnée en mai 2010 à Paris, à 15 mois de prison avec sursis et 3 ans d'inéligibilité et privation de droits civiques, pour « faux en écriture publique ». Pourvoi en cassation (suspensif).       
Roxane Decorte Conseillère municipale UMP du 18ème arrondissement de Paris, condamnée en décembre 2011 à 4 mois de prison avec sursis et 6000 euros d'amende, pour « abus de confiance ».
Serge Dassault sénateur UMP de l'Essone, condamné en 1998 en Belgique à 2 ans de prison avec sursis pour « corruption ». 2010, condamné pour procédure abusive. 2009, condamné pour avoir acheté des voix lors des municipales.
Guy Drut (UMP) 2005, condamné pour avoir bénéficié d’un emploi fictif.
Henri Emmanuelli député socialiste, ex ministre, condamné le 16 décembre 1997 à 18 mois de prison avec sursis et 2 ans de privation de droits civiques, pour « complicité de trafic d'influence ».
Jean-Paul Fournier (UMP) 2009 à 2010, condamné pour prise illégale d’intérêt.
Gilles Forray (UMP) 2006, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Alain Ferrand (UMP) 2006, condamné pour faux et usage de faux. 1998, condamné pour prises illégales d’intérêts et condamné pour fraude fiscale.
Joëlle Ferrand (UMP) 2010, condamnée pour prise illégale d’intérêt et malversations.
Charles Fabre (UMP) 2010, mis en examen pour favoritisme.
Gaston Flosse (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts.

Michel Fontaine – Sénateur maire UMP de Saint Pierre la Réunion, condamné le 28 juin 2012 par la cour d'appel de la Réunion à 4 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende pour « détournement de biens et favoritisme » dans le cadre de marché public

Thierry Gaubert (proche de l’UMP, collaborateur de Sarközy) 2008, mis en examen pour abus de biens sociaux et escroquerie.
Maurice Gutman (UMP) 2010, condamné pour proposition sexuelle à une mineure de 12 ans.
Jean-Louis Garnier (UMP) 2011, condamné pour coups et blessures.

 

Bernard Granié  socialiste, adjoint au maire de Fos sur Mer, condamné le 7 septembre 2011 à Aix à 2 ans de prison ferme, 100 000 euros d'amende et 5 ans d'inéligibilité pour « corruption dans le cadre d'un marché public ». 
Michel Habig   (UMP) 2006, condamné pour avoir fait incendier 14 caravanes appartenant à des Roms installées sur un terrain municipal.       
Brice Hortefeux   (UMP) 2010, condamné pour atteinte à la présomption d’innocence. Il a également été condamné pour injure non publique envers un groupe de personnes à raison de leur origine. Le Parquet Général a requis sa relaxe, la décision a été mise en délibéré au 15 septembre. 
Denis Jacquat    député UMP de Moselle, condamné en 2011 à 10 000 euros d'amende à Reims pour « abus de confiance » et infractions sur financement de campagne électorale.       
Alain Juppé (UMP) 2007, condamné pour abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt.
Gérard Larrat (UMP) 2011, condamné pour constitution de partie civile abusive ou dilatoire dans le but de nuire à son adversaire socialiste.

2011, mis en examen pour complicité d’atteinte à la sincérité du scrutin, complicité de faux administratif et usage et complicité de manœuvre frauduleuse tendant à l’exercice irrégulier du vote par procuration, son élection a été annulée.

Thierry Leprince (UMP) 2007, condamné pour viol sur une mineure de 12 ans
Lucette Michaux-Chevry (UMP) 2002, condamnée pour favoritisme dans l’attribution de marchés publics. 
Arnaud Montebourg Ministre du redressement Productif, président du Conseil Général de Saône et Loire, condamné le 23 mai 2012 par le tribunal de grande instance de Paris à 1 euro de dommages et intérêts à verser à chacun des cinq demandeurs et 3000 euros au titre des frais de justice pour « injure publique ». Il a fait appel de ce jugement
Jacques Masdeu-Arus (UMP) 2006 à 2009, condamné pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux.
Jean-Louis Masson (UMP) 1997, condamné pour avoir financé la campagne d’un concurrent afin d’affaiblir sa rivale à droite.

 

Jacques Myard (UMP) 2009, condamné pour diffamation.
Damien Meslot (UMP) 2010, condamné pour outrage à magistrat, mis en examen pour atteinte ou tentative d´atteinte à la sincérité d´un scrutin.
Pierre Mauroy socialiste, ancien premier ministre, condamné dans la même affaire pour recel d'abus de confiance avec amnistie au pénal.
Jacques Mahéas sénateur socialiste de Seine-St -Denis et ex député, maire de Neuilly-sur-Marne, condamné à Paris à 15 000 euros d'amende et 35 000 euros de dommages et intérêts pour « attouchements sexuels et baisés forcés » sur une employée municipale.
Dominique Paillé (UMP) 2004, condamné pour abus de confiance.
Philippe Pemezec (UMP) 2010, condamné pour injures. 2007, condamné pour irrégularités lors de sa campagne, son élection sera annulée.
Elie Puigmal conseiller général socialiste des Pyrénées Orientales, condamné le 1 novembre 2010 à Aix à 2000 euro d'amende pour « faux » dans l'affaire de Christian Bourquin.
Charles Pasqua sénateur, ex ministre, ex député, condamné le 30 avril 2010 par la cour de justice de la République à 1 an de prison avec sursis pour « complicité d'abus de biens sociaux et complicité de recel ».
Axel Poniatowski (UMP) 2010, condamné pour diffamation.
Jean Reynaud (UMP) 2004, condamné pour prise illégale d’intérêt. 2006, condamné pour harcèlement moral et dégradation des conditions de travail.
Olivier Rey (UMP) 2008, condamné pour violences, menaces et dégradation grave du bien d’autrui à raison de la religion.
Laurence Spicher-Bernier (UMP) 2010 à 2011, condamnée pour exercice illégal de la profession d’avocat et escroquerie.
Didier Schuller (RPR-UMP) 1994, il s’enfuit aux Bahamas après la révélation d’une tentative de déstabilisation du juge Éric Halphen puis il continue sa cavale en Dominique Républicaine où il bénéficie d’une protection diplomatique, avant de revenir en France.

2005, condamné pour financement illégal de sa campagne.

2007, condamné pour avoir fait financer de façon occulte des activités politiques.

Bruno Sandras (UMP) 2011, condamné pour détournement de fonds publics et prise illégale d’intérêts
Daniel Simonpieri (FN puis UMP), condamné pour favoritisme, fausses factures et emploi fictif. Il avait déjà été condamné pour harcèlement moral.
René Teulade sénateur socialiste de Corrèze, condamné à Paris à 18 mois de prison avec sursis et 5000 euros d'amende pour « abus de confiance ».
Jean Tiberi député UMP de Paris, condamné à Paris le 27 mai 2009 à 10 mois de prison, 10 000 euros d'amende et 3 ans d'inéligibilité, pour « atteinte à la sincérité d'un scrutin par des manœuvres frauduleuses ». Appel suspensif. Condamné en 2009 pour occupation illégale des locaux de sa permanence et fraude aux électeurs.

Alain Tuduri (UMP) 2009-2010, condamné pour discrimination raciale, pour avoir préempté les biens immobiliers que voulait acheter des personnes d’origines étrangères dans sa commune.

Vincent Toni (UMP) 2008 et 2011, condamné pour corruption passive.
René Vestri (UMP) 2009, condamné pour travail dissimulé.
Olivier Zaragoza Maire de Tignes, condamné le 26 mars 2012 par le Tribunal d'Albertville à 8 mois de prison, avec sursis, 60 000 euros d'amende et 3 ans d'inéligibilité pour prise illégale d'intérêt. A fait appel de ce jugement (effet suspensif).

 

 

Les liens :

http://www.lepoint.fr/politique/ump-manuel-aeschlimann-se-desiste-de-son-pourvoi-en-cassation-25-09-2012-1510093_20.php

http://resistanceinventerre.wordpress.com/2012/01/25/la-liste-cachee-de-sarkozy/

http://www.numerama.com/f/118605-t-liste-des-condamnations-penales-des-elus-ump.html

http://www.politic-watch.com/

http://www.grosseimposture.com/article-les-elus-et-la-justice-la-liste-noire-s-allonge-97122589-comments.html#anchorComment

http://WWW.marche-paris-2012.com/listes-des-responsables-ump-impliques-dans-des-histoires-de-corruption/

http://nopasaranvoxpopuli.over-blog.com/article-liste-des-condamnations-penales-et-mises-en-examens-de-l-ump-105481610.html

http://www.perepeinard.fr/article-l-irreprochable-republique-ump-99740930.html

http://sectionpcfdefrontignanlapeyrade.over-blog.com/article-l-ump-une-serie-de-casseroles-a-quand-les-autres-105557402.html

http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/la-liste-noire-de-la-republique-33735

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/ces-elus-condamnes-et-reelus_769221.html

http://www.delire-des-livres.com/article-hommes-et-femmes-politiques-fran-ais-condamnes-par-la-justice-99102121.html

http://regionales2010.slate.fr/article/1043/quand-condamnation-rime-avec-election/

Publié dans Enquête

Commenter cet article