Du refus de voir à la peur de savoir (partie 2)

Publié le par Christophe

 la peur  
 
Du refus de voir à la peur de savoir par Joëlle-Anne Robert,
 
 

...La question que l'on peut se poser, face à ce refus de voir une réalité évidente aux yeux de tous les Français, c'est celle du pourquoi.
  
 
II) POURQUOI REFUSE- T- ON DE VOIR ?
 
Parmi les raisons de ce refus de voir, certaines sont bien connues et même parfois explicites, d'autres sont plus profondes ou cachées, et peut-être encore plus graves.
 
1) Les raisons plus ou moins explicites :
 
a) La première est la question des droits de l'homme. Les principes des droits de l'homme interdisent de juger ou de traiter un individu en fonction de ses origines ou de ses opinions. La France se considère comme la patrie des droits de l'homme, et ne manque jamais de le rappeler, mais ces principes ont bon dos et permettent de justifier beaucoup de choses. Ainsi s'est développée une « idéologie des droits de l‘homme » au nom de laquelle certains groupes, généralement très politisés, s'arrogent le droit exclusif de juger ce qui est conforme ou pas à ces principes. On retrouve ainsi un processus classique dans les mouvements révolutionnaires, dans lesquels les éléments les plus extrémistes assoient leur pouvoir en dénonçant tous les autres comme des tièdes voire des traîtres.
Dans le cas qui nous intéresse, on voit bien que toute personne essayant d'avoir un jugement nuancé ou réaliste sur la question de l'immigration risque d'être taxée de racisme si ce n'est de nazisme. Parler immigration est politiquement incorrect ; c'est donc un sujet tabou à éviter. Ces dénonciations pouvant s'appuyer sur des dispositifs juridiques comme la loi Pleven-Gayssot, on en arrive à une autocensure, où les gens n'osent même plus évoquer le sujet, ce qui ne contribue évidemment pas à l'avancement du débat. Comme ce processus a conduit à un élargissement incessant du domaine considéré comme faisant partie des droits de l'homme (droit à la santé, droit à l'éducation, droit au logement etc... ), on finit par se demander sur quel sujet on pourra encore parler ou discuter sans risquer d'avoir un procès.
Or ce sont des sujets, notamment l'éducation, la santé et le logement, qui jouent un rôle essentiel à la fois sur le coût de l'immigration et sur les finances de notre pays. La santé et l'éducation sont considérés comme des droits absolus sans obligation de régularité du séjour ni d'aucune vérification d'identité. L'AME (aide médicale d'Etat) permet à tout étranger en situation illégale d ‘être soigné gratuitement au même titre que les Français relevant de la sécurité sociale, ce qui a un coût de un demi-milliard d'euros.... Et que dire du paradoxe pour les clandestins qui ne peuvent résider sur le sol français mais bénéficient des droits sociaux (hébergement, scolarisation des enfants, allocation spéciale à l'enfance).

On préfère se taire plutôt que de prendre le risque d'aborder un sujet tabou, on passe du juridique à l'émotionnel en n'osant pas appliquer les lois pourtant votées démocratiquement.

b) La seconde raison qui nous fait éluder le débat sur le coût de l'immigration est la mauvaise conscience entretenue intentionnellement notamment dans le cadre de ce que l'on appelle la repentance :
L'ancienne France colonisatrice devient une terre d'accueil , comme pour s'excuser d'avoir colonisé tous ces pays, comme si elle devait faire acte de repentance, alors qu'elle leur a apporté aussi, entre autres, ses compétences pour la construction d'hôpitaux et d'écoles, etc... Une culpabilité diffuse qui s'exprime, par exemple, par un fait symbolique : en avril 2007, la Cité Nationale de l'Histoire de l'Immigration remplace l'ancien Musée des colonies. Faire oublier les horreurs de la colonisation et montrer les bienfaits de l'immigration !! L'immigration apparaît comme un juste retour des choses après la décolonisation. Plus personne n'ose évoquer les bienfaits de la colonisation, par contre il faut se persuader de ceux de l'immigration.

c) la troisième raison est à rechercher dans les stratégies ou les tactiques politiciennes
Les polémiques basées sur le respect des droits de l'homme peuvent au moins se targuer d'une certaine noblesse dans leur principe. Il n'en va pas de même des manœuvres politiciennes qui ont instrumentalisé la question de l'immigration, ou plutôt la diabolisation de cette thématique, pour assurer le succès électoral d'un parti sur l'autre. L'initiative en revient à François Miterrand, qui a assuré, grâce à la proportionnelle, la percée électorale du Front National, tout en diabolisant son chef et en stigmatisant son thème principal l'immigration, pour priver J. Chirac d'une partie de son électorat. Opération en partie réussie, mais qui s'est retournée contre les socialistes en 2002, la même manoeuvre permettant à Jacques Chirac de se faire réélire triomphalement au 2éme tour contre Jean-Marie Le Pen, avec l'appui unanime des milieux antiracistes. Ici, clairement, on est dans la manoeuvre politicienne. La diabolisation concomitante du Front National et du débat sur l'immigration a conduit au refus d'une discussion sereine et objective sur ce sujet.

Tout cela, la plupart des Français le savent, ou au moins le sentent confusément, même s'ils ne voient pas nécessairement à quel point ces considérations idéologiques ou politiques empêchent un véritable débat démocratique, appuyé sur des faits et des chiffres, sur le coût de l'immigration. Mais si une majorité de Français accepte, tout en s'en rendant plus ou moins compte, d'être privée d'une bonne partie des informations nécessaires à ce débat essentiel, on est en droit de se demander s'ils ont vraiment envie de connaître la vérité, ou si leur résignation ne tient pas à un phénomène plus profond : la peur de savoir la vérité.
 
2) Des raisons plus profondes, qui concernent tous les Français : la peur de savoir
 
a) la difficulté de renoncer à la « pensée magique ».
La « pensée magique » se concentre exclusivement sur ce que l'on souhaite ou sur ce que l'on juge bon, et se refuse à prendre en compte des considérations « vulgaires » comme «comment faire ? » ou « combien cela coûte ? ». Ceci est particulièrement valable pour les choses qui « n'ont pas de prix » par exemple, « l'environnement n'a pas de prix», donc on n'hésiterait pas à remplacer le pétrole par des éoliennes qui coûtent 3 fois plus cher. Ou bien, « l'accueil de l'autre » et sa dignité n'ont pas de prix, donc si une famille immigrée s'entasse dans un logement étroit et insalubre, il suffit de lui attribuer un cinq pièces avec tout le confort ! Il faut reconnaître que les Français se complaisent volontiers dans cette « pensée magique », où l'on croit que le gouvernement peut résoudre n'importe quel problème s'il veut bien s'en occuper. L'Eglise catholique elle-même se place volontiers dans cette approche lorsqu'elle évoque des questions économiques ou sociales. Renoncer à cette « pensée magique », c'est perdre un peu de ses illusions et de ses rêves, et cela ne fait jamais plaisir.

b) La peur de devoir reconnaître que l'on s'est trompé depuis longtemps et même très longtemps sur des choses essentielles. Il n'est jamais agréable de devoir reconnaître que l'on s'est trompé, ou que l'on a fait confiance à des gens qui nous ont trompés. Au bout d'un certain nombre d'années, une opinion fausse finit par faire tellement partie de notre univers mental qu'y renoncer, c'est presque renoncer à une part de notre identité. A la limite on va en vouloir à celui qui nous oblige à reconnaître que nous nous sommes trompés ou que nous avons été trompés. Autant ne rien savoir !

c) Peur de reconnaître que l'on a échoué par manque de courage politique en refusant de contrôler et d'encadrer cette immigration devenue au cours du temps incontrôlable. Au lieu de faire venir les immigrés qualifiés dont la France a peut-être besoin et qu'elle a la capacité d'accueillir en leur offrant travail et logement, comme cela se fait chez nos voisins britanniques (« the brightest and the best from across the world ») ou allemands, on a laissé les portes grandes ouvertes en laissant croire aux populations immigrées que la France c'est le paradis !!En fait, il s'agit aussi de la peur de savoir que nous n'avons que ce que nous méritons. La société matérialiste et laxiste dans laquelle nous vivons n'incite pas à voir les problèmes. L'immigration devient un phénomène inéluctable contre lequel on ne peut rien et que l'on doit accepter. On préfère son confort matériel et intellectuel et ce qui compte, ce sont la consommation, les loisirs, et les vacances. On veut éviter à tout prix de se poser des questions embarrassantes et de s'empoisonner la vie avec des problèmes insolubles !

d) la peur d'apprendre une très mauvaise nouvelle : celle que nous risquons de disparaître en tant que culture ou que civilisation. Ici, le parallèle avec le patient et son médecin est criant : on retarde le rendez-vous avec le médecin ou le laboratoire d'analyses, parce que l'on n'a pas envie d'apprendre une mauvaise nouvelle. Peur de comprendre que les nouveaux immigrants, de plus en plus nombreux ne cherchent pas à s'intégrer, rejettent notre culture et parfois détestent la France (voir les textes de certaines chansons de rap, ou des déclarations comme celle de Foddé Sylla, ex-président de SOS Racisme, affirmant dans le Monde du 10/12/2005 que « la République blanche, c'est fini ! »). Peur de comprendre que ces nouveaux arrivants cherchent à implanter leurs modes de vie : témoins les étalages halal qui fleurissent dans toutes les grandes surfaces, le port du voile qui envahit les rues et les bancs de l'université, les demandes d'horaires spéciaux dans les piscines pour les hommes et pour les femmes, de régimes alimentaires spéciaux dans les cantines. Peur de voir ces nouveaux immigrés imposer leur religion et leur culture. Petit à petit la société française sent son identité lui échapper. La perspective de voir la culture française se dissoudre dans un méli-mélo multiculturel ne réjouit pas autant de gens que l'on pourrait croire, celle de voir notre pays faire faillite sous le poids des déficits conjugués de l'Etat et de la sécurité sociale non plus. Alors autant discuter de la question de la retraite à 60 ans, ou de la taxation des bonus des banquiers.
 
 
CONCLUSION :
 
Michèle Tribalat écrit avec justesse et réalisme que « Le pouvoir politique ne connaît pas la réalité, ce qui est un obstacle majeur à l'action politique ». Le refus de voir et la peur de savoir viennent du manque de courage et de détermination d'élus qui ne veulent pas voir qu'ils se sont trompés, et d'une élite aveuglée par l'idéologie des droits de l'homme. Devant une maladie grave, il faut regarder la réalité en face pour trouver la solution adéquate. Mais nos élites préfèrent ne pas endosser cette responsabilité désagréable et agissent plutôt selon le principe « Après moi le déluge ».

Cette démission des élites, mais aussi le refus de beaucoup de nos concitoyens de regarder la réalité en face, peuvent nous conduire à nous poser de graves questions, de portée historique, sur l'état de notre démocratie : après deux siècles de République, la démocratie française ne serait-elle pas encore parvenue à la maturité, qui permet de discuter sereinement des grands sujets? Ou bien, après y être parvenue, aurait-elle connu dans les 50 dernières années une dérive ou un déclin ne lui permettant plus de se confronter à la réalité ? Nous laissons aux historiens le soin de répondre.
Si nous voulons faire face, pour notre part, à nos responsabilités, nous ne devons pas considérer l'immigration « comme une chance ni comme un fléau, mais plutôt comme un défi à relever », comme le dit Maxime Tandonnet dans son livre Immigration sortir du chaos (Flammarion 2006). Mais, pour relever un défi, il faut avoir toutes les données en mains, et notamment toutes les données chiffrées qui permettent de raisonner sereinement et rationnellement sur les coûts et les avantages.

Vous savez que le cauchemar est déjà bien avancé, mais vous savez aussi que vous n'êtes pas seul. Alors Réveil et Vous !
chris
 

Publié dans Enquête

Commenter cet article