Face à la victimisation restons "islamo-réalistes"

Publié le par Christophe

calimero-copie-1
 
La victimisation, terme inusité en France il y a encore quelques années, désigne une tendance coupable à s’enfermer dans une identité de victime, est désormais passé dans le langage courant, par le lobbying de la communauté musulmane l'utilisant pour faire valoir ses droits en allant toujours plus loin dans la supercherie.
 
Cette tactique récupérée auprès des descendants d’esclaves, de colonisés, des féministes, s’applique à toutes les formes de plainte, de contestation ou de revendication.
 
La définition de Wikipédia
 
« Une victimisation est le fait d'être considéré comme étant victime. Une victime d'un acte ou d'un phénomène donné (agression, terrorisme, catastrophe naturelle, racisme, rejet social, etc.). Ce terme est utilisé lorsque cette considération est jugée abusive. Par extension, le terme désigne la tendance à conférer aux victimes un statut social et une attention exagérée, proche de la sacralisation ».
 
Avis d'un avocat - Thierry Lévy
(la notion de victime fait son entrée dans le droit)
 
Le fait que la victime d’un dommage dispose de certains droits n’est pas nouveau et se comprend parfaitement. Ce qui pose problème, ce sont les dérives du système juridique actuel, dans lequel les victimes se voient reconnaître des droits excessifs. Il y aurait désormais des catégories types de victimes: si, lors d’un procès, le plaignant entre dans une de ces catégories, alors sa parole est sacralisée. La défense de l’accusé devient donc impossible, tout le monde étant inconsciemment persuadé de sa culpabilité.
C'est comme une idéologie désormais établie selon laquelle «l’agresseur ment et la victime dit vrai».
Celle-ci aurait donc naturellement tous les droits.
(Éloge de la barbarie judiciaire, Odile Jacob, 2004).
 
Avis d'un sociologue – Guillaume Erner
 
Dans la société des victimes, un nouvel ordre moral qui s’instaure et confère à la victime un statut sacré, puisqu’elle serait une version laïcisée des martyrs et des saints. La victime, en prenant la parole publiquement pour dire sa souffrance, susciterait la compassion d’autrui, ce qui lui permettrait d’être reconnue. Les frontières morales auraient donc bougé en moins d’un siècle: si avant, on était respecté parce qu’on taisait sa souffrance, aujourd’hui on est reconnu parce qu’on la dit.
Par ailleurs, les médias feraient des victimes leur fonds de commerce, écrit encore G. Erner.
Enfin, les politiques eux aussi joueraient désormais sur la fibre victimaire.
(La Société des victimes, La Découverte, 2006).
 
Retrouvez un texte plus complet de ses deux analyses en cliquant ici.
 
Et revoilà encore George Soros !
 
Les Marseillais musulmans seraient victimes de discrimination selon deux chercheurs de l’Institut sur le monde arabe et musulman. (Françoise Lorcerie et Vincent Geisser)
Ces allégations sont issues d'un rapport de l’Open Society Foundation, organisme privé créé par le financier milliardaire américain George Soros qui a “exploré la situation des musulmans dans onze villes européennes. (Parcourez le blog et vous verrez que nous avons déjà parlé de Soros)
Plus de détails en cliquant ici.
 
Le CCIF – Faire valoir de la victimisation en France
 
Je ne vous présente plus le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF), si vous me lisez vous le connaissez. Mais, il m'étais impossible d'évoquer la victimisation sans évoquer cet organisme qui est en quelque sort le « ministère de la victimisation ».
 
J'ai analysé les 298 cas recensés d'islamophobie par le CCIF dans leur rapport 2011. Cet organisme déclare 262 cas envers les individus et 36 cas  envers les institutions.
Sur les 262 cas envers les individus on peut recenser au moins la moitié comme étant des cas de provocation et de mauvaise foi.
 
Près de 90% des cas concernent des femmes. Elles sont instrumentalisées par leur communauté pour user de l'instrument imparable pour la provocation, à savoir le voile.
 
Il y a 6 cas de problèmes dans les cantines scolaires entre parents et le personnel des établissements. Il s'agit de cas de consommation de viande, cela démontre que nous n'avons pas finit de parler du Halal.
 
J'ai relevé au moins 25 cas de provocation caractérisées envers les personnels administratifs et les forces de l'ordre. A titre d'exemple on peut citer les cas ou les femmes se présentent voilée ou semi voilée à des guichets pour se faire remettre des pièces d'identité. On leur demande alors logiquement de se découvrir pour justifier de leur identité et aussitôt on évoque l'islamophobie.
Il y a aussi les cas avec les forces de l'ordre qui lors de contrôles demandent le retrait du voile, là encore : islamophobie !
 
4 cas relevés dans une auto-école. Si l'examinateur ou le moniteur jugent que c'est plus adapté à la séance d'être tête nue pourquoi ne pas l'accepter ?
 
9 cas relevés dans un cadre ayant rapport avec la formation au métier d'assistante maternelle ou l'exercice de ce métier. Là aussi, provocation. Doit on confier nos enfants à des femmes voilées si nous ne le voulons pas ? Nous n'avons pas envie que nos enfants vivent cette situation et c'est notre droit.
 
Bien sur, le lieu de travail n'échappe pas à la règle. On notera cet homme voulant absolument faire sa prière dans un vestiaire professionnel alors qu'une femme souhait s'y changer.
Autre cas, celui de cette femme qui se présente non voilée à l'entretien d'embauche et qui ensuite vient travailler voilée. Si ce n'est pas de la provocation !
 
La mauvaise foi atteint des sommets avec les deux cas suivants.
Un reproche est fait aux éditions Nathan pour son analyse réaliste de l'islam dans une encyclopédie. Puis, ce sont les supermarchés Cdiscount accusés d'avoir fait une publicité avec un musulman au visage pas sympathique.
 
Mais les cas les plus nombreux concernent des centres de formation ou des établissements de l'éducation nationale, ils sont au nombre de 64. Elles le savent, mais non il faut qu'elles tentent ! Le plus simple serait de se présenter tête nue mais il y a toujours se besoin de défier, d'essayer et ensuite de crier à l'islamophobie. L'école est laïque, combien de centaines de fois faudra t-il encore le répéter.
 
Les 36 cas envers les institutions sont principalement des actions plus ou moins sérieuses contre les mosquées. Cela arrive aussi aux synagogues et aux églises, et de plus en plus souvent. Je n'en entends pas autant parler. Il y a deux poids deux mesures suivant qui est la victime... 
 
Pat Condel ou le talent de clarifier
 
Ecoutez Pat Condel parler de l'islamophobie et de la victimisation aux USA.
Son discours s'adapte très bien à l’Europe également.
   
Plus que jamais face à la victimisation grandissante et destinée à nous faire croire que nous sommes islamophobes, restons islamo-sceptique et islamo-réalistes !
 
Christophe
Ref : C0033 

Publié dans Billet d'humeur

Commenter cet article