Goldman Sachs double ses bénéfices en 2012 et veut baisser tous les salaires de 30% en France

Publié le par Christophe

goldman sachs

 

La banque qui dirige le monde, qui a réalisé un bénéfice record en le doublant en 2012 et qui a su profiter de la crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l’impunité des justices américaine et européennes, n'a pas honte pour proposer de baisser tous les salaires de 30% en France afin de regagner de la compétitivité. Quel mépris pour le salariés de notre pays ! Il faudra qu'un jour quelqu'un s'occupe de lui régler son compte...

 

 

La banque Goldman Sachs veut baisser tous les salaires de 30% en France


Comment redresser l’économie française ? Il faut abaisser tous les salaires de 30 %. C’est la réponse de Huw Pill, l’économiste en chef de la banque américaine, Goldman Sachs. Dans une interview accordée au Huffington Post, le « Monsieur Europe » de la banque internationale d’investissement a déclaré : « Il faudrait s’appuyer sur une baisse des salaires générale, afin de regagner de la compétitivité. On estime que la France devrait réduire sa moyenne salariale d’environ un tiers…». Soit 33% de moins en moyenne. Des mesures comparées plus loin dans l’entretien à des « ajustements »afin que la France prenne « la bonne direction ».

Des propos incroyablement provocateurs quand on sait que la banque avait annoncé en janvier 2011 que le salaire annuel de son PDG, Lloyd Blankfein, passait de 600 000 à… deux millions de dollars.

 

 

Goldman Sachs : bénéfice plus que doublé en 2012, meilleur qu’attendu

 

La banque d’affaires américaine Goldman Sachs a réalisé un bénéfice record en le doublant en 2012, et le triplant pour le quatrième trimestre. Ces résultats sont meilleurs que prévus grâce à un chiffre d’affaires en forte hausse. Le bénéfice net annuel du groupe est ainsi ressorti à 7,3 milliards de dollars.

Ce qui fait dire au PDG Loyd Blanfein « Bien que les conditions économiques soient restées difficiles pendant presque toute l’année, la solidité de notre modèle d’activité et l’accent mis sur une gestion rigoureuse ont généré de bonnes performances pour nos actionnaires ». Pour rappel la banque Goldman Sachs est accusée d’avoir spéculé sur l’effondrement des produits de type « subprimes » qu’elle avait écoulés elle-même à ses clients. Et selon un journaliste du New York Times, d’avoir investi au sein d’une entreprise impliquée dans de nombreuses affaires de trafic sexuel aux Etats-Unis.

 


Sans pitié

 

Alors que le krach financier s’exporte en Europe depuis 2009 via la mondialisation, Goldman Sachs est devenu l’un des protagonistes de la crise de l’euro en pariant contre la monnaie unique, après avoir maquillé les comptes de la Grèce. Les gouvernements européens tombent les uns après les autres, et « la Firme » en profite pour étendre son formidable réseau d’influence sur le Vieux Continent. Elle devient « la banque qui dirige le monde »… La banque sans pitié qui veut notre peau, qui détruit l’Europe, la France et les ménages.

Voir le film « Goldman Sachs - La banque qui dirige le monde » ici :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=oXcWtXcc93c



chris

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article