Impressions de délégué

Publié le par Christophe Gilles

Vote

 

J'ai assuré les fonctions de délégué titulaire et délégué suppléant sur les bureaux de vote de Versailles au cours de la présidentielle et des législatives 2012.

Voici quelques informations et mes impressions sur cette expérience enrichissantes, qui in fine, n'est pas si contraignante que cela.

 

Présidentielle

En ce 22 avril 2012, premier tour d'élection présidentielle me voilà délégué de Marine Le Pen. Nous espérons vivre un jour similaire au 21 avril 2002 lorsque son père Jean-Marie était au second tour... Nous avons beaucoup travaillé pour cela et nous y croyons ferme !

La veille nous avons fait une réunion chez Gérald et en rentrant chez moi, je me suis bien imprégné du code électoral. Je suis prêt...

 

Pour l'occasion je fais équipe avec Françoise et Bernard deux adhérents FN Versaillais. Tous trois nous sommes titulaires et suppléants les uns des autres sur la quasi totalité des bureaux de vote de Versailles nord et Versailles Nord Ouest.

Aussitôt mon devoir électoral accompli pour moi et la personne de qui je suis le mandataire je rejoint mes équipiers après qu'ils en aient fait tout autant.

 

Je met en place Françoise sur Saint-louis, c'est « sa première foi », je l'accompagne dans ses deux premiers bureaux afin de la mettre en confiance et la voilà lâchée comme une grande.

 

J’enchaîne les 5 bureaux de Clagny-Glatigny et je n'y constate aucune anomalie. L'accueil est bon malgré l'effet de surprise (sur Versailles, les délégués FN sont une nouveauté). Seul un président laisse paraître légèrement son animosité envers le FN de manière succincte alors qu'a contrario, je suis gratifié d'un « vous êtes le bienvenu ici » dans un autre bureau.

 

Me voilà sur Jussieu Petits-bois avec Bernard. Tout se déroule bien à quelques petites remarques près.

  1. Dans un des quatre bureaux les bulletins de Marine sont orientés dans le mauvais sens et donc difficilement identifiables pour nos électeurs à moins de se tordre le coup pour les lire. Nous le signalons et la rectification est faite immédiatement.
  2. dans un autre bureau, l'ordre de présentation des tas de bulletins n'est pas respecté. Marine qui par tirage au sort est normalement en deuxième position se trouve placé bien plus loin. Nous en faisons la remarque et c'est aussitôt rectifié.
  3. dans un troisième bureau nous constatons la présence d'un « barbu » à l'accueil, mais il n'est pas porteur de son uniforme de salafiste et nous ne disons rien.

La confiance n'excluant pas le contrôle nous repassons dans les deux bureaux de vote où nous avons fait des remarques après avoir fait le tour du quartier en voiture. Second passage : Tout va bien.

 

La matinée se poursuit, Notre-Dame, Sain-Louis. Puis vers 13h30 nous nous retrouvons avec les délégués présents sur Versailles dans notre crêperie Mauricienne (et oui ça existe) habituelle sur Versailles. Apéro, déjeuner et échange d'impressions sont au rendez-vous. Chacun y va de son anecdotes et on se marre bien.

 

L'après-midi nous enchaînons à nouveau tous les bureaux et aucune anomalie n'est constaté.

Vers 17h30 les résultats nous parviennent par la Belgique, Marine ne sera pas au second tour, inutile de se contraindre a assister au dépouillement. Je libère mes équipiers et nous regarderons la soirée électorale à la télévision pendant que les élites du FN festoient à l'équinoxe.

 

Législatives

Après le bon score de la présidentielle, nous espérons une confirmation avec un vote massif pour Dominique notre candidate.

Même début de journée que pour la présidentielle, je fais mon devoir électoral avant de commencer la tournée des bureaux.

La mobilisations des militants est à l'image de celle des électeurs, aussi nos rangs sont clairsemés et je fais équipe avec Maxime pour couvrir à nous deux la totalité des bureaux de la première circonscription versaillaises.

 

Je suis reconnu dans les bureaux et même souvent bien accueilli. Le jeune Maxime (25 ans) m'observe pour les premiers bureaux. Ce jeune militant fraîchement adhérent au FN à soif d'apprendre et déborde de volonté.

En fin de matinée, le lui dit : « allez, maintenant c'est ton tour, présente toi ». Et le voilà parti plein d'aplomb, poli, aimable, souriant, chaleureux, professionnel, serrant des mains ici et là, pendant quelques secondes j'ai cru qu'il était candidat ! Trêve de plaisanterie, il était parfait ! Sa spontanéité était déconcertante pour les personnes rencontrés qui ressentaient bien la fraîcheur de sa démarche. Résultat les gens ne pouvaient pas être hostiles, ils étaient même sympa et plaisantaient avec nous. Qu'on se le dise ! Le FN dé-diabolisé est là et pour longtemps !

 

Alors bien sur, il y a eu les aigris habituels, comme le président de ce bureau de vote de Saint-Louis a qui lorsqu'on demande si tout va bien nous avons en guise de réponse haineuse : « bien sur que tout se passe bien, c'est la démocratie ici, c'est Versailles ! »

Oui c'est vrai c'est la démocratie, c'est Versailles, alors pourquoi le fait qu'il y ai des délégués FN qui visitent aimablement son bureau de vote le met dans cet état ?

 

Il y a eu aussi ce président à Jussieu, qui lorsque nous sommes rentré dans le bureau a lancé discrètement (pas assez) à ses assesseurs : « voilà le FN ». Par cette annonce que nous n'étions pas censé avoir entendu, je savais donc que j'avais été reconnu et identifié. Jouant mon rôle, je me présente à lui, il me demande alors de justifier d'une pièce d'identité. Soucieux de le décevoir en lui donnant une bonne image, je ne l'informe pas que je pourrai me contenter de lui présenter ma carte d'électeur. Je prend mon plus beau sourire, le gratifie d'un « mais oui bien sur » et lui présente ma carte d'identité qu'il ne scrute même pas puisqu'il sait très bien qui je suis.

 

Comme pour la présidentielle, la pause déjeuner aura lieu dans le restaurant habituel et dans une ambiance conviviale.

 

Nous ne relèverons aucun incident au cours de la journée si ce n'est cet épisode dans un des 5 bureaux de Clagny-Glatigny où un bulletin François de Mazières était posé sur la pile de Dominique Touly. Accident, plaisanterie d'enfant ? Possible. Toujours est-il qu'entre mes deux passages dans ce bureau il s'est écoulé environ une heure et c'est une électrice FN qui m'a signalé les faits en venant voter. La suspicion n'étant pas de mise sur ce bureau j'ai demandé de faire preuve de plus de vigilance pour la fin de l'après-midi au président de bureau. Par la suite, la visite de notre candidate finira d’apaiser la situation.

 

Bilan

A/personnel

Le rôle de délégué est le meilleur, on est libre d'aller et venir à sa guise contrairement aux assesseurs bloqués dans un bureau avec des gens hostiles. Au vu du comportement des présidents et des assesseurs, cela donne un certain pouvoir dont il ne faut pas abuser. On peut choisir le bureau de son choix pour le dépouillement. Il faut simplement veiller à ne pas avoir trop de bureaux à s'occuper à la fois, et dans ce cas la mission est plutôt agréable.

 

B/localement

Je laisse les gens de Montigny et de Guyancourt faire leur analyse et je me contenterai d'évoquer Versailles.

Le bilan de la journée des législatives est qu'a deux personnes, le travail est considérable. C'est trop.

Il est évident que si pour les prochaines échéances électorales il n'y a pas plus de volontaires parmi nos militants pour jouer ce rôle, certains bureaux resteront sans surveillance.

 

Concernant la présidentielle, le nombre de personnel a permis de faire face, mais un plus grand nombre n'aurait pas gâché...

 

Avis aux amateurs !     

 

Christophe GILLES

 

Ref : C0009 

Voir aussi :

Résultats du 1er tour des législatives 2012

Bilan Présidentielle/Législative 2012    

 

Publié dans Législatives 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérald Bottosso 17/06/2012 14:42


Merci Christophe d'avoir laissé ce témoignage.


La fonction de délégué est très importante, j'espère qu'il y a aura plus de volontaires à l'avenir.