L'éternel débat sur les fonctionnaires

Publié le par Christophe

 medium fonctionnaire2
 
Au moment ou l'état racle les fonds de tiroirs pour trouver de l'argent et cherche par tous les moyens de faire des économies, l’éternel débat sur les salaires et les primes des fonctionnaires revient inlassablement sur la table.
On ne peut pas dire que l'état tente de faire des économies par tous les moyens car s'il nous laissait lui faire des suggestions, il pourrait en faire beaucoup plus. L'immigration et la préférence nationale pouvant être des sources d'inspiration très efficaces...
L'état préfère s'en prendre aux pauvres travailleurs Français et l'opinion publique montre du doigt les fonctionnaires en particulier.
Les commentaires des internautes sont implacables, j'ai pourtant essayé d'y répondre sans trop de parti-pris, certains d'entre vous diront que je n'y ai pas réussi. On verra aux commentaires...
 
 
Dans les médias
 
Dernier épisode en date le 20h00 de France 2 qui fait passer les fonctionnaires pour des nantis.
Le reportage ici :
 
Nouvelles de France publie également un article intitulé « Les primes des fonctionnaires mutés en outre-mer : un coût important et des effets pervers »
Extrait :
« Les primes des fonctionnaires d’État mutés en outre-mer représenteraient 1,3 milliard d’euros chaque année : indexation, prime d’éloignement, prime de déménagement, aide au logement plafonnée… À Saint-Pierre-et-Miquelon, les primes permettent même de multiplier ses revenus par trois, à Tahiti de les augmenter de 84% et dans les Antilles de 40% ! Mais en Nouvelle-Calédonie, l’indexation serait responsable de la hausse du coût de la vie. Stéphane Hénocque, un jeune fonctionnaire fondateur du parti politique Convergence Pays, explique que « les fonctionnaires sont extrêmement nombreux en Nouvelle-Calédonie, très bien payés grâce à l’indexation, et du coup, l’économie est artificiellement surrévaluée ». Autrement dit, tout est horriblement cher et « les petites gens n’arrivent pas à suivre ». Depuis 1979 et Valéry Giscard d’Estaing, personne n’a osé réouvrir le débat sur les primes accordées aux fonctionnaires d’État mutés en outre-mer… »
 
 
Les commentaires des internautes
 
Parmi les 11 réponses que NDF a reçu à son article j'en ai choisi quelques un que je vous présente ci-dessous accompagné de mon analyse pour chacun d'entre eux.
 
Frédérique dit :
 
Beaucoup de fonctionnaires de l’éducation nationale qui profitent de ce système pour se dépayser. Il serait pourtant plus intelligent et moins coûteux d aider les familles locales pour qu elles puissent envoyer les meilleurs élèves en métropole décrocher des diplômes et revenir prendre leurs places parmi les leurs. Combien d exilés des dom-tom poussés en France par le chômage chez eux, n ont plus la moindre chance de revenir vivre avec leurs familles?
Là je suis mort de rire. Ainsi il faut que les ultramarins fassent leur études en métropoles et qu'ils aillent travailler dans leur territoire ou département d'origine...
 
NDLR :
 
Primo/ A quel titre un département ou un territoire français n'aurait pas le droit d'avoir ces propres établissements scolaires ? Vous prônez donc la disproportion entre les services publics ? C'est de la discrimination.
Secundo/ Pourquoi les ultramarins devraient être obligés d'aller travailler outre-mer et ne pas pouvoir rester à Paris s'ils en ont le désirs et si le job est disponible ? Personne ne demande aux auvergnats installés dans la capitale d'aller ouvrir des bistrots à Saint-Nectaire... Décider par avance à la place des citoyens le lieu de leur futur job c'est une pratique soviétique dont les Russes ont souffert 70 ans. Vous aimez les Dom Tom à ce point pour leur souhaiter la même chose ?
 
Ainsi les exilés des dom-tom poussés en France par le chômage chez eux, n ont plus la moindre chance de revenir vivre avec leurs familles?
Tertio/ En employant le mot exilé vous suggérez que leur patrie c'est leur ile et que leur ile n'est pas la France. Ils seraient en exil... Punis de vivre en France métropolitaine... Levez la punition et vous verrez qu'aucun ne repartira.
Quarto/ Le chômage « chez eux » (pour reprendre votre expression) dans la majorité les arrange bien. Le RSA suffit à leur bonheur du moment qu'il ne faut pas travailler. Ceux qui ne s'en contente pas sont déjà à Paris. Enfin, concernant le retour dans la famille, ils sont plus intéressés de faire venir la famille avec eux en métropole.
 
J Chapin dit :
 
il ne faut pas oublier les fonctionnaires en retraite qui bénéficient de ces primes !!!et qui restent à l’étranger pour doubler leur retraite c'est insupportable !!! ils ne travaillent plus donc ils doivent rentrer en France !! cela coûte trop cher !!!! il faut supprimer ces avantages !!! alors ils vont revenir car ce qui les intéresse c'est toutes ces primes !!! alors Mr Hollande vous devez supprimer ces avantages qui nous ruinent !!!
 
NDLR :
 
Là encore, information erronée. Il n'y a pas de retraite doublée mais seulement des retraites indexées au coût de la vie afin d'en inciter certains à s'installer localement pour contribuer au développement de l'économie locale. Sans cette indexation, personne ne resterai et la majorité des volontaires abandonne pour rentrer en France après quelques années. Ce que vous voyez à la télévision vous dire « ici c'est le paradis » sont forcément heureux de leur sort et contribuent à entretenir le mythe. Les autres, ne sont jamais interviewés...
Avant la retraite, supprimez les primes et vous n'aurez aucun volontaire pour travailler en ces lieux où la vie est si différente du quotidien des métropolitains.
 
Martre30 dit :
 
Ce d’autant que ces professeurs rentrent tous les ans en métropole aux frais du contribuable, ce qui n’est pas le cas de certains autres fonctionnaires comme les militaires par exemple qui, bien que profitant des primes d’éloignement ne rejoignent la France qu’à l’issue de leur séjour.
 
NDLR :
 
Chacun est libre de rentrer en métropole pendant ses congés et ce n'est pas l'état qui leur paye leurs vacances. Pourquoi les militaires ne rentreraient qu'a la fin de leur séjour ? Ils font comme les autres et prennent des vacances en France métropolitaine. C'est un bol d'air nécessaire avant de repartir pour une année...
 
MarcS dit :
 
Beaucoup de fonctionnaires qui ont goûté à la douce vie des îles n’envisagent pas de revenir en métropole pour leur retraite, (si ce n’est pour se faire soigner) donc continuent à profiter de ces avantages exorbitants payés par le contribuable métropolitain
 
NDLR :
 
Incroyable. Vous parlez comme si c'était deux pays différents. Nous parlons de part et d'autre de citoyens Français bénéficiaires et contribuables des services publics de l'état. Avant de parler de douce vie des îles, partez y bosser quelques mois, scolarisez y vos enfants et ne vous contentez pas d'un séjour de vacances en tout inclus dans un hôtel 3 étoiles puis on en reparle...
 
Fab dit :
 
Ces primes sont néanmoins incitatives pour les agents de l’État à servir outre-mer, à y être muté loin de leur famille, au sein d une population pas toujours très accueillante et dans des conditions parfois rustiques.
Le gros problème est qu en 1983, le président Mitterrand a étendu ces primes aux fonctionnaires issus de la population locale pour des considérations d égalité. Résultat : aujourd’hui, devenir fonctionnaire est devenu le but ultime pour les jeunes ultramarins. Sans pour autant favoriser l'efficience de l administration!
 
NDLR :
 
Je ne peux qu’acquiescer.
 
hector galb. Dit :
 
Incitative, quelle prime ne l’est pas, Fab ? Les gens ne disent jamais rien contre un rabiot.
 
NDLR :
 
Pour les ultramarins le rabiot est le même que pour les provinciaux : la travail à la capitale où dans les grandes villes.
 
gueydan dit :
 
Effectivement la plupart des gens pensent que ce sont uniquement les fonctionnaires venant de Métropole qui touchent les 40% supplémentaires aux Antilles, d’où la mauvaise presse vis à vis des fonctionnaires métropolitains. Or, c’est faux, tous les fonctionnaires même les antillais bénéficient de ces 40%…
Par contre, la population locale qui a la chance d’être propriétaire d’un logement, loue leurs logements assez chers à ces fonctionnaires, cela fait marcher l’immobilier!!!
D’autre part, aux Antilles lorsque vous êtes à la retraite il est faux de dire que vous bénéficiez de ces 40%, ils sont supprimés, et ceux qui restent, bien que n’ayant plus les 40% c’est pour la douceur du climat et parce qu’ils pensent avoir du mal à se réadapter à la Métropole!!!
 
NDLR :
 
Je suis donc discriminé si je prends ma retraite dans mon département d'origine ! En tant que métropolitain je n'aurai pas ces 40% en plus. Quelle injustice !
 
Goupille dit :
 
Amusant… Dès que l’on traque des abus et des privilèges éhontés, on tombe sur le même nid : les fonctionnaires. Territoriaux, Etatiques, Européens, le grand voiturin-à-phynances. Et vive le Père Ubu.
Au détriment des populations autochtones, et de leur économie vivrière : ont-ils vraiment besoin d’acheter des camemberts Président (pasteurisés, dégu…) dont le prix est gonflé au kérosène, et, théoriquement, au coût en émission de CO2.
Vivement la nuit du 4 août.
 
NDLR :
 
Oui repentons nous ! Nous sommes de vilains colonisateurs !
Une fois que l'on a dit cela, pourquoi les métropolitains en poste outre-mer n'auraient pas le droit de conserver un attachement à leur vie d'avant. Et si cela passe par un Camenbert qui coûte 4 fois son prix peu importe ! C'est mauvais pour l'écologie parce que cela brûle du kérosène ? OK. Soyons joueurs. Que les métropolitains arrêtent de manger du Camenbert et que les ultramarins arrêtent de s'approvisionner dans les magasins exotiques qui devront être fermés. Et puis dans la foulée, puisque chacun doit s'en tenir à ses origines et à ses coutumes alimentaires, que l'on supprime tout abattage rituel ! On verra qui c'est qui craquera le premier...
 
Richard dit :
 
Oui ils sont bien payés! mais qui veut s’exiler? si c’est pour toucher le même salaire qu’en France, ce n’est pas la peine, la vie est plus chère, il ne faut pas croire les métros ne sont pas bien vus, ils vivent loin de leur famille, la plupart si, ils font cette démarche, c’est pouvoir acheter un bien en France, et d’assurer un avenir à leurs enfants, car en France métropolitaine j’ai des doutes!!!
 
NDLR :
 
Oui c'est vrai. En outre-mer le racisme anti blanc est bien réel et celui là ne doit pas être dénoncé. La bien-pensance ne veux pas en reconnaître l'existence...
 
blanche54 dit :
 
Rien n’oblige à « s’exiler » comme vous le dites, c’est un choix juteux, soyez honnête, mais peut être en bénéficiez vous. Les paradis fiscaux doivent être purement et simplement supprimés, on peu former des fonctionnaires sur place. Mais quel Président aura ce courage ?
Vous, monsieur Hollande, j’en doute ?
 
NDLR :
 
Former des fonctionnaires sur place ! LOL. Va falloir entrer en contact avec Frédérique qui elle veut les former en métropole et les renvoyer chez eux !
Si les départements d'outre-mer sont des paradis fiscaux, alors les îles Caïment, la Suisse et le Luxembourg sont sur une autre planète !
 
ACL dit :
 
Un exemple de plus, s’il en était besoin, des effets catastrophiques pour notre pays et son équilibre de la confiscation par la classe politico-bureaucratique des richesses de la France.
Les politiques sont tous fonctionnaires (à quelques exceptions près) et ne peuvent pas se sanctionner eux mêmes ; ils participent à la mise en coupe réglée du pays à leur entier bénéfice ; des richesses, il y en a ; elles sont confisquées et qui plus est par de très mauvais gestionnaires qui gaspillent tant et plus.
 
NDLR :
 
La confiscation des richesses de la France c'est le financement de l'assistanat de la population ultramarine et certainement pas le contraire. Alors ceux là on les accepte parce qu'ils sont des Français. Mais faut pas pousser quand même et nous demander de la repentance pour cela...
 
Conclusion

Concernant la vie outre-mer pour les métropolitains qui y sont en poste, lorsqu'ils font le bilan en fin de séjour, ils s’aperçoivent qu'ils ont plus de négatif que de positif. Financièrement et familialement. Le niveau scolaire des enfants a baissé et si ils sont restés en pension en France le coût a été tel que l'opération financière est nulle. Sans compter que l'absence des parents même dans une bonne école peut s'avérer préjudiciable à la scolarité.
Le coût du logement, des soins, de l'alimentation, sont importants dans des lieux où les allochtones se font généreusement arnaquer par les autochtones. Les divorces sont fréquents pendant les séjours outre-mer. Le conjoint qui a perdu son job de métropole n'en retrouve pas toujours un localement et l'opération financière s'avère souvent mauvaise à l'heure du bilan.
 
Je sais que bon nombre de personnes dans mon entourage ne seront pas d'accord avec moi mais je n'ai pas l'impression que les fonctionnaires qui sont affecté en outre-mer quelques années volent l'état. Les compensations accordées me paraissent légitimes. D'ailleurs, faites un test. Supprimez les et vous n'aurez plus assez de volontaires pour honorer les postes. Même avec le soleil !
 
 chris

Publié dans Billet d'humeur

Commenter cet article