L'euro-Titanic

Publié le par Gérald Bottosso

Le 13 juin 2012 au parlement européen, Nigel Farage a tenu des propos très pertinents sur l'aide de 100 Milliards d'euros d'aide aux banques espagnoles.
Cette aide ne suffira pas, il faudra près de 400 milliards d'euros.

Quant à la BCE, la sortie de la Grèce de l'euro marquera la faillite de cet établissement trop exposé aux divers renflouements des états en faillite dissimulée. L'euro-Titanic est en train de sombrer.
 
 
le FESF va donc devoir intervenir pour sauver l'Espagne. Mais qui est derrière?
 
Réponse :
-1 L'Allemagne apporte une garantie de 211,045 milliards d'euros, soit 27,06 %.
-2 La France apporte une garantie de 158,487 milliards d'euros, soit 20,32 %.
-3 L'Italie apporte une garantie de 139,267 milliards d'euros, soit 17,85 %
-4 L'Espagne apporte une garantie de 92,543 milliards d'euros, soit 11,86 %
 

En clair : pour sauver l'Espagne, le FESF va intervenir et va lui prêter 50 ou 100 milliards d'euros. Mais le FESF est une coquille vide. Comme le FESF ne possède pas ces 50 ou 100 milliards d'euros, le FESF va devoir les emprunter sur les marchés internationaux, pour pouvoir ensuite les reprêter à l'Espagne!

L'Espagne est écrasée sous des montagnes de dettes. Et donc on va empiler des montagnes de dettes supplémentaires sur les montagnes de dettes qui existent déjà ! Et on va continuer à croire que ces montagnes de dettes peuvent monter jusqu'au ciel ! (Comprendre la crise Espagnole)

 

Cet argent c'est à vous qu'il va être volé pris, réveillez vous !

 

Pour rappel, le montant de remboursement de la dette publique par électeur s'élève à 39 534 euros (62 962 euros par travailleur).

Ainsi, chaque électeur en France s'endette désormais au rythme de 293 euros supplémentaires chaque mois (467 euros par travailleur). Et l'accélération se poursuit.

 

Ne laissez pas votre argent dans les banques, on est pas loin de ce qui est arrivé à l'argentine.   

 
"Condamner le présentateur météo parce qu'il annonce du mauvais temps, ne vous protégera pas de la tempête !"
 
En évoquant la possibilité de sortie de l'Euro dans son programme, le Front National n'a fait que son devoir d'alerte afin de protéger les Français.  
 
Gérald Bottosso    
 
Voir aussi :

Publié dans Actualités

Commenter cet article

Christophe GILLES 08/07/2012 00:16


La Finlande préfère se préparer à sortir de l'euro plutôt
qu'à payer les dettes des autres pays de la zone euro, affirme la ministre finlandaise des Finances Jutta Urpilainen dans le quotidien financier Kauppalehti du vendredi 6 juillet 2012.


« La Finlande est engagée à être membre de la zone euro et nous estimons que l'euro est bénéfique pour la Finlande. Toutefois, la Finlande ne s'accrochera pas à l'euro à n'importe quel
prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie unique européenne, déclare-t-elle. »


Après l'accord intervenu la semaine dernière lors d'un sommet à Bruxelles où ont été annoncées de fortes mesures destinées à soutenir les pays actuellement chahutés par les investisseurs (Espagne
et Italie), Helsinki a fait part de sa réticence vis à vis du Mécanisme européen de stabilité (MES) !

Gerald Bottosso 08/07/2012 00:21



Ca bouge, des pays moins idiots que nous commençent à se poser des questions.


La finlande sera suivit par d'autres, ça va aller de plus en plus vite ! 



Christophe GILLES 16/06/2012 21:40


C'est en effet une catastrophe ce FESF.


François Lenglet qui n'a pas arrêté de critiquer Marine Le Pen pendant la campagne présidentielle sur sa position sur l'euro et l’Europe avoue maintenant l'absurdité du système que notre
candidate montrait du doigt. Écoutez le dans sa chronique du 4 juin 2012 chez Bourdin.


Quel scandale ! Il ose même parler de système à la Charles Ponzi et à la Bernard Madoff pour évoquer le FESF ! Et bien sur les journalistes qui s'étonnent que l’Europe est choisie un système aussi absurde !
Quelle mauvaise foi, c'était bien la peine d'ironiser sur le programme de Marine Le Pen et de tenir de tels propos maintenant que Normal1er est élu et qu'il va précipiter notre chute
monétaire...


Donc on le sait et pourtant on continue ?


Pourquoi notre sacrifice ? Pour qui ?