La Grèce rachète la moitié de sa dette aux mains du privé

Publié le par Christophe

grèce
 
Selon Reuters, la Grèce s'apprête à racheter à peu près la moitié de sa dette se trouvant aux mains d'investisseurs privés. Ainsi le gouvernement Grec fait ce que depuis 1973 l'Europe nous interdit de faire : emprunter à la banque nationale plutôt qu'aux banques privés !
Depuis toujours Marine Le Pen et ceux qui réfléchissent un minimum savent que le système monétaire actuel est sans issue et appauvrit les état irrémédiablement jusqu'à la ruine totale.
 
 
Un passe droit face à la loi de 73
 
Les détenteurs privés d'obligations, grecs et étrangers, ont offert de présenter à l'opération les 30 milliards d'euros attendus par le gouvernement qui souhaite, avec ses bailleurs de fonds internationaux, ramener la dette publique à un niveau gérable.
"Le rachat s'est bien passé, de manière générale. Le montant proposé par les investisseurs est dans la fourchette prévue, environ 30 milliards d'euros", a dit un responsable grec qui a requis l'anonymat. Il n'a pas donné de précisions.
Ce rachat par l'Etat représente la moitié du plan de 40 milliards d'euros accepté par Athènes en novembre sous la houlette de l'Union européenne et du Fonds monétaire international.
Ce plan prévoit de doubler la durée de vie moyenne des prêts de sauvetage accordés à la Grèce pour la porter à près de 30 ans ainsi qu'une baisse d'un point de pourcentage du taux d'intérêt facturé, ce qui fait descendre ce taux bien au-dessous de 1%.
Dans le cadre de ce plan, Athènes a prévu de dépenser dix milliards d'euros d'argent qu'elle aura emprunté pour racheter des obligations représentant une valeur nominale autour de 30 milliards d'euros.
Ces 30 milliards représentent près de la moitié des 63 milliards d'euros de dette grecque aux mains des investisseurs privés et répertoriés comme éligibles à ce plan.
Du fait du rachat de ces obligations nettement sous leur valeur nominale, la dette nette du pays va être de fait réduite d'une vingtaine de milliards d'euros.
 
 
Rallongement de la souffrance
 
Ce plan de rachat réussi va permettre de débloquer le versement d'une nouvelle tranche d'aide à la Grèce de 34,4 milliards d'euros d'ici la fin du mois.
Depuis mai 2010, la Grèce a reçu 148,6 milliards d'euros de fonds de l'UE et du FMI. D'ici la fin 2014, elle devrait avoir reçu 90 milliards supplémentaires.
Ce sauvetage a un prix très lourd en terme de mesures d'austérité auxquelles a dû se résoudre la Grèce. Ce qui rend très difficile une sortie de récession. En septembre, le taux de chômage a touché un record de 26%. C'est le plus élevé de toute la zone euro.
La Grèce va pouvoir continuer à creuser le trous de sa dette. Si elle n'avait pas eu le passe droit de l'Europe elle aurait coulé. Rassurez vous ou inquiétez vous, la Grèce finira tout de même par aller à la faillite, on a simplement rallongé le temps de son agonie et offert un peu plus de souffrance à son peuple.
C'était ça ou la Grèce arrêtait de rembourser sa dette. Et que ce serai t-il passé ? Rien. Il suffirait que la Grèce refuse de payer sa dette et revienne au Drachme avec dévaluation pour qu'elle reparte de zéro. Le risque de la voir réussir et de donner des idées à d'autres pays européens était trop grand. Mieux vaut maintenir sous perfusion la Grèce et sous anesthésie les autres pays européens.
 
 
L'aberration d'une loi
 
Ainsi la loi de 1973 peut être bafouée lorsqu'on le veut bien. Pour rappel cette loi interdit aux états d'emprunter à 0% à leur banque centrale et les oblige à emprunter avec intérêts à des banques privées. Résultat les états endettés empruntent à des taux de plus en plus importants pour payer simplement les intérêts de leur dette. La dette ne se rembourse jamais et les prêts sont fait pour seulement payer les intérêts des autres prêts. Une voie sans issue...
Pourquoi nos dirigeants ont mis en place un système si débile ? Et pourquoi ils le maintiennent alors qu'il suffirait d'abroger la loi de 1973 ? Tout simplement parce que nous avons été vendu aux pays arabes en échange du pétrole. L'islamisation de l'Europe est dans le contrat. Si Marine avait été élue elle aurait arrêté tout cela pour la France et associé à un rétablissement de nos frontières cela aurait fonctionné. Il n'en est rien et nous devons faire avec en espérant que ceux qui ont compris seront de plus en plus nombreux.
 
 
La vidéo
 
Vous l'avez déjà vu mais on ne s'en lasse pas. Voici la vidéo qui explique de manière simple et claire que la dette ne verra jamais le bout du tunnel. Tout le monde peut comprendre avec cette explication très pédagogique...
 

 

chris

 

Publié dans Décryptage

Commenter cet article