La monnaie Basque est lancée

Publié le par Christophe

La monnaie basque

 

Du 19 au 21 octobre 2012 ont été lancées les adhésions des particuliers et professionnels à Euskal Moneta, l’association gérant l’eusko, afin d’ être les premiers à utiliser cette monnaie locale basque, écologique et solidaire dès janvier 2013. Euskal Moneta a tenu pour cela un stand à Lurrama, salon de l’agriculture paysanne du Pays Basque, à la Halle d’Iraty, à Biarritz.
Dès le 22 octobre un communiqué sur le site de Euskal Moneta annonçait que plus de 70 visiteurs ont adhéré à l’association Euskal Moneta pour faire partie des premiers utilisateurs de l’eusko en janvier 2013. Ils se sont engagés à changer quelque 5 000 euros en euskos.

http://www.euskalmoneta.org/?p=1376

 

L'Eusko

 

L'Eusko se veut être une monnaie locale, basque, écologique et solidaire.

D'entrée on comprend bien que le nom (compression d'Euskadie et d'Euro) a été choisi pour ne pas froisser les instances Européennes et le caractère écolo de la monnaie est bien dans la lignée de ce que prône l'UE. De toute façon l'UE qui, comme vous le savez favorise le régionalisme afin d'affaiblir le nationalisme, aurait approuvé la démarche, mais pour le coup les Basque ont assurés.

Le but de cette monnaie est de promouvoir le lien social et la solidarité entre les Basques par des projets locaux d'intérêt commun, des échanges locaux et la relocalisation d'une partie de l'économie en s'astreignant à réduire l'impact écologique.

Un lot de billets infalsifiables de 1, 2, 5, 10 et 20 unités a été édité.

 

 

Fonctionnement et intérêts de l'Eusko

 

Les billets sont échangeables contre leur équivalent en euros. Les particuliers qui procèdent à cet échange ne peuvent plus faire l’échange inverse. Les entreprises, commerces, associations, municipalités, producteurs, artisans, indépendants divers qui adhèrent à la Charte de la monnaie locale peuvent recevoir ces billets comme moyen de paiement. Eux par contre peuvent les échanger contre des euros mais en perdant dans ce cas là 2 % de leur valeur. Ils sont donc incités à les remettre en circulation.

       

L’effet global espéré pour les entreprises est une relocalisation de la production et une redynamisation de l’activité économique locale. La monnaie locale favorise l’emploi local et le commerce de proximité. Cela représente pour les particulier la garantie de faire ses achats auprès d’entreprises manifestant un intérêt linguistique et culturel pour le territoire où elles sont installées, Elle lui permet de manifester au quotidien, son attachement à son territoire et à un modèle de société et d’économie. La place de l’euskara dans la vie publique se voit renforcée et promue par cette monnaie locale.

 

Pour répondre strictement aux réglementations en vigueur, les euros récoltés sont conservés sur un compte en banque et constituent le fonds de garantie. Ce fonds de garantie est placé auprès d’une institution financière solidaire ou éthique. Il permet de garantir qu’à tout moment l’ensemble des euskos en circulation sont reconvertibles en euros.
Une banque pouvant avec un euro en dépôt emprunter 12 euros pour les prêter à ses clients,cette banque solidaire pourra, pour chaque euro déposé au fonds de garantie, financer à hauteur de 12 euros des projets écologiques et/ou solidaires.

 

Enfin pour le côté écolo, en relocalisant une partie de la consommation, de la production et des services, la monnaie locale permet de limiter les transports, grands consommateurs d’énergie et d’infrastructures, et grands émetteurs de gaz à effets de serre responsables du dérèglement climatique.

 

 

Charte de l’eusko

 

La charte de l'Eusko se suffit à elle même pour démontrer que c'est un système pro-européen et anti- français.

Ainsi par leur adhésion à Euskal Moneta et au réseau de l’eusko, les utilisateurs s'engagent :

- Pour la relocalisation de l’économie et les dynamiques locales, par une priorité donnée aux productions locales et aux commerces de proximité dans les villes et villages

- Pour la solidarité entre commerces, entreprises, associations et producteurs locaux

(NDRL : et a discriminer celle des autre régions de la France)

- Pour la promotion de la langue basque

(NDRL : et contre la langue Française)

- Pour des pratiques plus sociales et plus écologiques

- Contre les pratiques économiques socialement ou écologiquement non responsables

(NDRL : typique philosophie PS/EELV)



Les points noirs

 

J'ai relevé quelques points parmi les 40 règles de fonctionnement qui démontrent que le projet EUSKO n'est pas que paix et amour.

 

- L’eusko est lancé le 1er janvier 2013 sur tout le Pays Basque nord. Son extension au Pays Basque sud est possible. Mais aucune information sur l'éventualité de le propager au Pays Basque Espagnol. Moi qui pensait que la nation Basque n'avait pas de frontières...

- L’eusko est échangé contre des euros à un taux de 1 pour 1, sans frais.

(NDRL :Oui mais après deux années d'utilisation il sera mis en place un système rendant obligatoire l'utilisation des Euskos. Un système qui prévoit une perte de valeur de 2 % par trimestre de chaque billet, afin d’accélérer la circulation de la monnaie, car l’utilisateur préférerait alors utiliser ses euskos plutôt que ses euros, ceux-ci ne perdant pas de valeur).

- L’eusko ne sera pas reconvertible en euros pour les particuliers. L’eusko sera reconvertible pour les prestataires, avec des frais de commission de 5 % du montant changé. Les prestataires recevront par exemple 95 euros pour 100 euskos.

 (NDRL C'est un impôt en faveur des banques basques...)

- Le prestataire devra mettre en place un affichage bilingue soit dans son commerce, soit sur ses produits et sa communication s’il s’agit d’une entreprise de production ou de services. Le prestataire pourra s’il le souhaite, au lieu du défi affichage, choisir de prendre ou de faire prendre à ses salariés 20 heures de cours de basque, financés par le fonds de formation professionnelle auquel il cotise obligatoirement. Il s’agit de modules de formation adaptés aux besoins, au niveau et aux disponibilités des prestataires, l’objectif étant de permettre à chaque prestataire d’assurer un accueil minimum en langue basque, ou d’améliorer leur niveau.

(NDRL La promotion de l’usage public de la langue basque sera obligatoire quitte a ce que les employés prennent des cours de Basque ! )

 

 

L'Eusko c'est plus d'Europe

 

Ne nous méprenons pas, cette création qui met à l'honneur une région de France n'est pas un simple élan sympathique de chauvinisme franchouillard mais avant toute un moyen d'assouvissement des sentiments indépendantistes des Basques et d’ingérence de l'UE à la souveraineté de la France.

Si ce système monétaire local échappait à tout contrôle des banques européennes et s'il ne prônait pas le régionalisme il n'aurait jamais été autorisé.

 

 

chris 

Publié dans Enquête

Commenter cet article