Le PCF fait la passerelle entre les Soviets et l'Europe

Publié le par Christophe

drapeau eussr

 

Le 36e Congrès du Parti communiste français c'est ouvert le 7 février à Saint-Denis (93) avec pour devise un « communisme de nouvelle génération ». Pierre Laurent, a été réélu le 10 février à son poste de secrétaire national du PCF avec 100% des suffrages exprimés. Un vrai résultat soviétique ! pierre-laurent

L’URSS est morte et le PCF a perdu ses troupes. Le seul changement notoire c’est l’abandon du marteau et de la faucille comme signe distinctif du parti. Le marteau du prolétariat ouvrier et la faucille des paysans seront rayés des cartes d’adhérent. Oui, mais « on a ajouté le sigle du Parti de la Gauche Européenne » a déclaré Pierre Laurent. On peut donc oser dire que l'Union Européenne est la nouvelle Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS).

 

 

Adieu faucilles et marteaux

 

Emmanuel Dang Tran, secrétaire de section à Paris, s’est lâché au micro de France Info : « Ça choque les communistes, les vétérans. Tout le parti est choqué par ça. Ça révèle que, pour être politiquement conforme, il ne faut plus de faucille et de marteau. Parce que ça représente, pour la classe ouvrière de ce pays, un point historique de résistance contre la politique du capital, contre les licenciements, contre l’écrasement des salaires »

Le Parti communiste, ne change pas de nom mais retire sa faucille et son marteau. Il est vrai que le PC n'est plus dans les champs depuis longtemps et que les ouvriers votent massivement pour le Front National de Marine le Pen. La disparition du PCF n'est peut-être plus qu'une question de temps. L'abandon de la faucille et du marteau est visible sur les nouvelles cartes d'adhérents :

 

 ancienne carte du PCnouvelle carte du PC

L'ancienne carte avec le marteau et la faucille puis la nouvelle carte "européenne"...

 

 

Bonjour les étoiles

 

L'apparition des étoiles de l'Europe sur la carte du PCF sont comme une reconnaissance par ce parti que l'URSS a été supplanté dans le cœur des communistes par l'union Européenne. Souvent les opposants à l'Europe la déclare comme étant la nouvelle Union Soviétique. Il est vrai que le comportement des instances de Bruxelles n'est pas sans rappeler l'URSS. La manière d'imposer un système choisi par quelques uns et sans que celui-ci ne puisse être contesté un seul instant. J'ai donc décidé de ressortir des tiroirs un vieil article de février 2006 qui était prémonitoire.

 

LUnion-europeenne-une-nouvelle-URSSVladimir Bukovksy, 63 ans à l'époque, ancien dissident soviétique nous mettait en garde contre la dictature de l'UE. Il manifestait ses craintes de voir l'Union européenne être en voie de devenir une autre Union soviétique. Dans un discours qu'il a prononcé à Bruxelles M. Bukovsky a qualifié l'UE de «monstre» qui doit être détruit, le plus tôt sera le mieux, avant qu'elle se développe dans un état totalitaire ! Il a écrit en 2005 un ouvrage intitulé : L'Union européenne, une nouvelle URSS ?

Il avait bien raison et les étoiles que nous voyons maintenant sont autant issues du logo de l'Union Européenne que du mal de tête que nous donne le fait d'en être prisonnier...

 

 

Qui est Vladimir Bukovksy ?

 

Vladimir BukovskyVladimir Bukovksy, est un ancien dissident soviétique. Jeune homme il a révélé l'utilisation des internements psychiatriques des prisonniers politiques dans ancienne URSS (l'Union des Républiques socialistes soviétiques, 1917-1991) et a passé un total de douze ans (1964-1976), de son 22ème à sa 34ème année, dans les prisons soviétiques, les bagnes et les institutions psychiatriques. En 1976 les Soviets l'ont expulsé à l'Ouest. En 1992 il a été invité par le gouvernement russe à témoigner comme expert durant une sorte de procès conduit pour déterminer si le Parti communiste soviétique avait été une institution criminelle. Pour se préparer à son témoignage on a accordé l'accès à M. Bukovsky à un grand nombre de documents des archives secrètes soviétiques. Il est une des rares personnes a avoir vu ces documents toujours classifiés. En utilisant un petit scanner de reportage et un ordinateur portable, il a réussi à copier beaucoup de documents (certains avec la haute habilitation de sécurité), en incluant des rapports du KGB et du gouvernement soviétique.

Dans un discours qu'il a livré dans un restaurant polonais en face du Parlement européen à Bruxelles en février 2006, M. Bukovsky a fait part de ses craintes que l'Union Européenne soit sur sa voie à la formation d'une autre Union Soviétique. Il a qualifié l'UE de "monstre" qui doit être détruit, le plus tôt possible avant qu'il ne se développe en un véritable état totalitaire.

Dans son discours M. Bukovsky a fait allusion aux documents confidentiels des services secrets Soviétiques qu'il a pu lire en 1992. Ces documents confirment l'existence d'une "conspiration" pour transformer l'Union Européenne en organisation socialiste.

 

 

Extraits traduits de son discours


L'original en anglais ici :

http://www.brusselsjournal.com/node/865

 

Paul Belien : Vous étiez un dissident soviétique très célèbre et maintenant vous faites un parallèle entre l'Union Européenne et l'Union Soviétique. Pouvez-vous l'expliquer ?

 

Vladimir Bukovsky : Je me réfère aux structures, aux idéologies qui étaient inculquées. Au plan de destruction des nations, qui était le but de l'Union Soviétique (…) Le but ultime de l'Union Soviétique était de créer une nouvelle entité historique, les soviétiques, tout autour du globe. C'est la même chose dans l'UE aujourd'hui. Ils essaient de créer un nouveau peuple "les Européens".

(…) l'état soviétique est devenu un état très puissant, mais les nationalités ont été effacées. Quand l'union soviétique s'est effondrée les sentiments réprimés d'identité nationale sont revenus et ils ont failli détruire le pays.

(…) la même chose peut arriver quand l'Union Européenne s'effondrera. D'autant plus qu'il rappelle que les pays qui ont rejoint l'Union Européenne ne l'ont pas tous fait volontairement.

Il évoque le Danemark qui a voté contre le traité de Maastricht deux fois. L'Irlande qui a voté contre le traité. Il évoque également les pays qui ont subit d'énormes pressions et du chantage comme la Suisse forcée de voter cinq fois NON à un référendum. Toutes les cinq fois ils l'ont rejeté, mais qui sait ce qui serai arrivé la sixième fois, la septième fois... Les gens doivent voter aux référendums jusqu'à ce qu'ils votent le résultat qui est voulu.

(...)

Je crois que l'Union Européenne, comme l'Union Soviétique, ne peut pas être démocratisée. Gorbachev a essayé de le démocratiser et il a sauté. Cette sorte de structures ne peut pas être démocratisée.

(...)

Le Parlement européen est élu sur la base de la représentation proportionnelle, qui n'est pas la vraie représentation. Et sur quoi vote-t-il ? Le pourcentage de graisse dans le yaourt, ce genre de chose. C'est ridicule.

En 1992 j'avais l'accès sans précédent aux documents secrets de Central Committee et de Politburo qui ont été classifiés et le sont toujours, même maintenant, depuis 30 ans. Ces documents montrent très clairement que l'idée de transformer le marché commun européen en État fédéral a été concordée entre les partis de gauche de l'Europe et de Moscou.

(...)

Tout a commencé en 1985-86, quand les Soviets ont fait un accord avec les partis de gauche européens avec qui ils ont collaboré pour détourner le projet européen et le basculer. En état fédéral au lieu d'un marché ouvert.

(...)

En janvier de 1989, une délégation est venue pour voir Gorbachev. L'ancien premier ministre japonais Yasuhiro Nakasone, l'ancien président français Valéry Giscard d’Estaing, le banquier américain David Rockefeller et l'ancien Secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger. Ils ont essayé d'expliquer à Gorbachev que la Russie soviétique devait s'intégrer dans les institutions financières du monde, telles que le GATT, le FMI et la Banque Mondiale.

Au cours de la conversation, Giscard d’Estaing a dit : “M. le Président, je ne peux pas vous dire exactement quand cela arrivera – probablement au cours de 15 ans – mais l'Europe va être un État fédéral et vous devez vous y préparer (…) Vous devez vous préparer à voir les autres pays d'Europe de l'Est en faire partie.

(...)

C'était en janvier 1989, quand le brouillon du traité de Maastricht (1992) n'avait même pas été fait. Comment Giscard d’Estaing savait-il que cela allait arriver dans 15 ans ? Comment est-il devenu l'auteur de la constitution européenne (2002-03) si ce n'est pas une conspiration ?

(...)

Heureusement pour nous (la Russie) la partie soviétique de cette conspiration s'est effondrée plus tôt et il n'a pas atteint Moscou (…) Les structures de l'Union Européenne ont été initialement construites avec le but d'intégrer la structure soviétique. C'est pourquoi ils sont si semblables dans le fonctionnement et dans la structure.

(...)

Ce n'est pas un accident si le Parlement européen, me rappelle le Soviet suprême. Il ressemble au Soviet suprême parce qu'il a été conçu comme cela. Quand vous regardez la Commission européenne elle ressemble au Politburo (…) ils sont exactement les même, élus par personne (…) Quand vous examinez toute cette activité bizarre de l'Union Européenne avec ses 80,000 pages de règlements il ressemble à Gosplan. Nous avions l'habitude d'avoir une organisation qui planifiait tout dans l'économie, cinq ans à l'avance. Exactement la même chose arrive dans l'UE.

(...)

Si vous passez par toutes les structures et les traits de ce monstre européen émergeant vous remarquerez qu'il ressemble de plus en plus à l'Union Soviétique. Évidemment, c'est une version plus légère de l'Union Soviétique. Pas de Goulag ni de KGB – pas encore – mais j'observe attentivement les structures comme Europol par exemple. Cela m'inquiète vraiment beaucoup parce que cette organisation aura probablement des pouvoirs plus grands que ceux du KGB. Ils auront l'immunité diplomatique. Pouvez-vous imaginer un KGB avec l'immunité diplomatique ?

(…) Ils nous auront sur le racisme et la xénophobie. (...) Quelqu'un du gouvernement britannique nous a dit que ceux qui objectent à l'immigration incontrôlée du Tiers-monde seront considérés comme le raciste et ceux qui s'opposent à l'intégration européenne de plus sera considéré comme xenophobes. Je crois que Patricia Hewitt l'a dit publiquement.

(…) Regardez cette persécution des gens comme le pasteur suédois qui a été persécuté depuis plusieurs mois parce qu'il a dit que la Bible n'approuve pas l'homosexualité. La France a passé la même loi de discours de haine concernant les gays. La Grande-Bretagne passe des lois de discours de haine concernant les relations interraciales et un discours maintenant religieux

(...)

Il semble que nous vivions dans une période de démantèlement rapide, systématique et très conséquent de démocratie. (…) Cela peut faire une dictature de votre pays en un rien de temps.

La situation d'aujourd'hui est vraiment menaçante. Les partis politiques importants ont été complètement compris par le nouveau projet d'UE. Aucun d'eux ne s'y oppose vraiment. Ils sont devenus très corrompus. Qui va défendre nos libertés ? Il semble que nous nous dirigions vers quelque effondrement, quelque crise. Le résultat est qu'il y aura fort probablement un effondrement économique en Europe (…) qui va mener à l'effondrement économique. (…) l'introduction de l'euro était une idée folle. (...)

Je n'ai aucun doute. Il y aura un effondrement de l'Union Européenne à peu près comme l'Union Soviétique effondrée. Mais n'oubliez pas que quand ces choses arrivent il y a une telle dévastation que cela prend une génération pour s'en remettre. (…) s'il vient à une crise économique. La récrimination entre les nations sera énorme. Cela pourrait en venir aux coups. Voyez le nombre énorme d'immigrants des Pays du tiers monde vivant maintenant en Europe. Cela a été promu par l'Union Européenne. Qu'est-ce qui arrivera avec eux s'il y a un effondrement économique ? Nous aurons probablement, comme dans l'Union Soviétique à la fin,des conflits ethniques effrayants. (…) comme en Yougoslavie (…) exactement ce qui arrivera ici, aussi. Nous devons y être préparés.

(…)

plus tôt nous finissons avec l'UE plus ce sera le mieux. Plus tôt cela s'effondre moins il y aura de dégâts. Nous devons être rapides parce que les Eurocrates bougent très vite. Il sera difficile de les vaincre. Aujourd'hui c'est encore simple. Si un million de personnes marchent sur Bruxelles aujourd'hui ces gars s'enfuiront aux Bahamas.(...) Mais je ne sais pas ce que la situation sera demain avec Europol pourvu en personnel par d'anciens officiers de Securitate ou de la Stasi. N'importe quoi peut arriver.

 

Impressions

 

Je ne sais pas vous, mais moi j'ai peur. Nous sommes en 2013 et tout ce dont il a parlé en 2006 et écrit en 2005 semble se produire au fil des ans. Mais finalement pourquoi s'en étonner puisqu'il semble que cela corresponde à un plan. Ce qui fait flipper c'est que Vladimir Bukovsky pensait qu'en 2006 il était possible de réagir et d'enrayer la malédiction mais que très vite cela serai trop tard. Dites monsieur, 2013 c'est trop tard ? J'ai tendance à croire que oui, la catastrophe est possible. Vous pouvez m'accuser d'être alarmiste. Je l'accepte. Mais ce qui est écrit aujourd'hui attestera de ma débilité ou de mon malheur d'avoir eu raison d'y croire... Allez, un petit coup de Nigel : https://www.youtube.com/watch?v=gS2BHC8mmRs

 

 

chris 

Publié dans Décryptage

Commenter cet article