Les infiltrés mis en examen

Publié le par Christophe

LES-INFILTRES-The-Departed

 

Le 27 avril 2010 France 2 diffusait un reportage consacré « à l’Extrême-droite du père » dans le cadre de l’émission « Les Infiltrés ». Le lèche babouche David Pujadas avait pour l’occasion réalisé un montage soviétiforme montrant les catholiques traditionnels comme des nazis. Dans son costume de policier et de juge France 2 n'avait pas hésité à utiliser des artifices mensongers pour arriver à ses fins. Témoin direct de ce nouveau procès en sorcellerie, Daniel Hamiche, directeur de la rédaction de Riposte-Catholique, qui a participé à l'enregistrement de l'émission le 10 avril 2010 ne cachait pas son scepticisme quand au déroulement des événements et au résultat qui allait en résulter, dans un entretien du 11 avril 2013. La diffusion de ce numéro des infiltrés confirma que les craintes de Daniel Hamiche étaient justifiées. Cette émission fut une véritable attaque contre les catholiques. Il s'en suivit une polémique et des péripéties judiciaires qui aboutissent aujourd'hui à trois mises en examen. France 2 se gardera bien de vous l'annoncer dans son journal de 20h00 même si son présentateur a été oublié lors des mises en examen...

 

Chronologie d'un nouveau procès en sorcellerie contre la Tradition catholique

 

L'interview de Daniel Hamiche pré-alerte tout le monde :

http://www.riposte-catholique.fr/riposte-catholique-blog/breves/scandale-rance-2-sen-prend-aux-catholiques-de-tradition#.UWGJX5NBmIg

Bien avant la diffusion de l'émission, de nombreuses personnes et de nombreuses entités mise en cause par la scandaleuse émission de France 2 tentent de mettre en garde la chaîne de télévision du service public. Parmi celle-ci, l'Association d’Education Populaire Saint Projet, gestionnaire du Cours Saint Projet, directement mise en cause dans le reportage dénonce les faits et fait part de son indignation. Un père de famille de l’école Saint Projet témoigne. L'avocat de Fabrice Sorlin, président de l’association Die Irae, mis en cause dans le reportage de la série écrit à France 2, tout comme Daniel Hamiche. Toutes les réactions ici.

 

Rien n'y fait, le numéro des infiltrés est diffusé comme prévu le soir du 27 avril 2012.

La présence de la laïcarde Caroline Fourest Gump est sans aucun doute le début du conflit qui l'a vu s'opposer à CIVITAS dans le débat du mariage Gay... L’abbé de La Morandais n’avait rien à dire et le montrait. Daniel Hamiche comprenait qu'il était dans un piège et le complot faisait son œuvre utilisant chaque propos des intervenants catholiques pour créer le malaise, n'hésitant pas à manipuler des enfants pour leur faire dire n'importe quoi.

Comme disait Fouquier Tinville : « Donnez moi une phrase de n’importe qui et je le fais monter à la guillotine », parce qu’à partir des mots je vais lui prêter des intentions et en tirer un complot etc.

Mais le plus grave c'est que l'émission a été modifiée et Daniel Hamiche en donne des éléments édifiants dans un article au lendemain de la diffusion. Cela laisse quand même peser un soupçon sur les méthodes de ces journalistes...

 

Les autorités religieuses font part de leur mécontentement et même le Maire de Bordeaux Alain Juppé monte au créneau. Celui-ci réclame des poursuites judiciaires pour les « propos présentés aux téléspectateurs qui tombent manifestement sous le coup de la loi car racistes et antisémites ».

De son côté, le groupuscule d’extrême droite bordelais Dies Irae fondé par Fabrice Sorlin, exclu du Front national en février 2008 après avoir été candidat aux législatives, a réagi, estimant que « le but » de ce reportage est « de salir encore une fois l’église catholique tout en stigmatisant la mouvance traditionnelle ». Dans le documentaire, on voit certains des membres de Dies Irae, plutôt jeunes, tenir des propos anti-juifs, anti-arabes, anti-noirs. Juppé a été entendu par le Parquet qui a engagé des poursuites bien que la qualification des propos pourrait constituer un véritable casse-tête, du fait qu’ils sont tenus au sein de sphères privées, et enregistrés sans l’accord des personnes.

Mais ce n'est pas grave, pour le mainstream il faut punir ces cathos intégristes !

 

Puis le vent a tourné

 

Seulement voilà, ce n'est pas Cahuzac qui prétendra le contraire, parfois la vérité finit par éclater. Un mois après après la diffusion du reportage sur France 2, grâce à « minute » on apprend que l'un des personnage les plus virulents de la mouvance catho, celui qui se comporte comme un nazi, était en fait une taupe gauchiste ! Son boulot à la solde de France télévision, consistait à faire passer les cathos pour des nazis. On verra même celui-ci quelques semaines plus tard dans les rues de la capitale Girondine pour manifester contre la réforme des retraites, en compagnie de ses amis, un drapeau du NPA entre les mains.

 

Et trois années après, l’affaire des « Infiltrés » aboutit à trois mises en examen par un juge. La présomption d’innocence étant sauve, trois des principaux protagonistes de ce scandale médiatique anticatholique à l’état pur viennent d’être mis en examen pour atteinte à la vie privée, publication d’un montage et escroquerie pour avoir fait usage d’une fausse qualité dans le but d’obtenir des propos et des images ayant servi au montage de propagande de CAPA vendu à France 2, à savoir : Patrick de Carolis, alors président de France Télévisions, Hervé Chabalier, dirigeant de CAPA, et Matthieu Beurier alias Mathieu Maye, le journaliste infiltré…

Manque une personne : Le journaliste lèche babouche de France 2 David Pujadas.

 

 

NDLR

 

Si vous avez 01h30 devant vous, vous pouvez revoir l'émission :

http://www.youtube.com/watch?list=UUmF4VJngL2r0gXRjkuyOe1Q&feature=player_embedded&v=KToxxaN2Syc

 

Patrick de Carolis est mis en examen. Qui en parle ?

Pourquoi ces personnes sont-elles mises en examen si le reportage est correct et fait honnêtement ?

Tout simplement ils ont voulu « bouffer » du catho, mais la digestion est difficile...

 

 

 chris

Publié dans Actualités

Commenter cet article