Maastricht : 20 ans déjà !

Publié le par Christophe

europe poubelle
 
Selon un sondage Ifop pour le Figaro, les Français voteraient "non" aujourd'hui au traité instaurant la monnaie unique.
  
Vingt ans après Maastricht, le référendum qui avait tant divisé les Français serait perdu s'il avait lieu aujourd'hui.
 
Le 20 septembre 1992, les Français avaient ratifié d'extrême justesse le traité européen, avec 51% des voix contre 49%. Ceux qui ont voté à l'époque - qui sont donc nés avant 1974 - choisiraient le non à 64%.
Oui mais 20 ans c'est long, les dégâts de l'Euro sont irrémédiables. Même si les Français regrettent leur choix, ce n'est pas pour autant qu'ils ont l'intention de tenter une « réparation » en abandonnant l'Euro puisque le sondage nous apprend que les Français, même à contre cœur, ont l'intention de continuer avec lui pensant que ce serai bien pire de faire marche arrière.
Non vraiment, le FN n'a pas convaincu les Français sur le sujet et cela semble mission impossible...
 
Vous pouvez consulter l'analyse du Figaro ici :
 
Vous pouvez consulter le sondage IFOP ici :
 
Vous pouvez consulter le traité Maastricht ici :
 
Les grandes lignes relevées par le Figaro
 
Les Français sont désormais 67% à dire que l'Union européenne va «plutôt dans la mauvaise direction» depuis la ratification de Maastricht alors qu'en 1999, ils étaient 53% à estimer qu'elle allait «plutôt dans la bonne direction».
 
Un rejet à l'égard du projet fédéral européen et une attitude eurosceptique s’installe dans la tête des Français qui ne semblent plus croire en l'Europe protectrice.
45% des sondés pensent que l'euro a été un handicap face à la crise. Ils n'étaient que 34% à le penser en août 2010.
     
Les Français jugent que le passage à l'euro a eu des conséquences négatives sur la compétitivité de l'économie (61%), le chômage (63%) et le niveau des prix (89%).
 
Mais les Français ne sont pas à un paradoxe près, et ils restent favorables au principe d'une union politique européenne: 47%, contre 27%, jugent qu'il est dans l'intérêt du pays de rester associé à l'ensemble politique européen.
 
Le projet souverainiste d'un retour à la France d'avant le traité de Rome n'est pas souhaité.
Sur le retour au franc: 65% rejettent cette perspective, contre 35%.
(ndlr - En décembre 2011, c'était 36%. Ce qui veut dire que rien ne bouge :
 
Quelques graphiques intéressants que je m'amuse à commenter :
Stat1
Sur celui-ci on constate que les Français préfèrent dans l'ordre : Leur pays, leur ville, leur région et en dernier l'Europe.
 
On dirait du Jean-Marie Le Pen ! Mais hélas cela ne se traduit pas dans le comportement des Français.
Stat2
Sur celui-ci on constate une véritable cassure entre les cadres et les ouvriers dans leur opinion. La fracture sociale est de retour. Et Chirac ?
Moi ce qui m'interpelle c'est les "ni l'un ni l'autre". J'aimerai bien savoir où l'on peut être si l'on est ni dans l'Europe ni hors de l'Europe... J'espère que ce n'est pas en Union Soviétique ni aux États-Unis d'Amérique !
Stat3

Ici les Français sondés déclarent que l'Euro a bien aggravé la situation. Mais...
 
Stat4

….. les Français étant incorrigibles, ils préfèrent garder l'Euro. Sans doute que dans un élan de solidarité ils souhaitent atteindre un niveau de pauvreté digne de la Somalie. C'est tout à l'honneur de nos concitoyens.
Stat5On dit les Français inquiets au sujet de la crise de la dette. Ils ont même identifié la raison de leurs problèmes. Mais ils ne changeront rien...
Stat6
Ils veulent plus d'indépendance budgétaire pour les états. Trop tard ! Le MES c'est la fin de toute indépendance budgétaire !
   
Doit on s'attendre à une prise en compte par les politiques ?
     
Non pas du tout. Normal 1er gardera le cap droit dans son pédalo malgré la tempête. Même si ce type de sondage place François Hollande dans une situation inconfortable, au moment où il doit faire ratifier le traité européen sur la zone euro, signé par son prédécesseur Nicolas Sarkozy en mars 2012.
 
Hollande, déjà traumatisé par le référendum de 2005 qui avait failli avoir raison de l'unité du Parti socialiste, se retrouve de nouveau face à l'impopularité de l'Europe, notamment dans son propre camp. Les électeurs de droite sont en effet plus pro-européens que ceux du PS: 39% des électeurs de Sarkozy pensent que l'euro a été un atout face à la crise, 24% seulement au PS.
    
Quelques particularités que j'ai relevé dans le rapport IFOP concernant le choc des générations :
     
Page 9 - La communauté d’appartenance - En premier
 
Les + de 65 ans placent la France en première position loin devant la ville, la commune et l'Europe.
 
Par contre les moins de 35 ans placent La France et la Région à quasi égalité. Le travail de promotion du régionalisme effectué par l'Europe au détriment de la nation commence à faire son effet sur ceux qui sont nés et n'ont vécus que dans la CEE...
 
Pourtant, page 12 - L'intérêt perçu de l'appartenance à l'Union Européenne
 
Les + de 65 ans trouvent beaucoup plus d'intérêts que les moins de 35 ans à l'appartenance à l'Union Européenne.
 
Ainsi les seniors qui sont plus attachés à la France que les jeunes trouvent plus d'intérêt à l'Europe que les seconds. Voila un exemple qui montre la contradiction des Français qui ne savent plus quoi penser sur l'Europe tellement les biens pensants s’affairent à semer le trouble dans leur esprit.
   
Page 17 - L’Euro, atout ou handicap dans la crise
 
Les moins de 35 ans pensent que l'Euro n'influence en rien ou qu'il est un handicap face à la crise mais en aucun cas ils pensent que l'Euro est un atout.
 
A contrario les plus de 65 ans pensent en majorité que l'Euro est un atout. Serait-ce parce que c'est eux qui ont voté oui pour nous mettre dans cette merde ? Et que dans un élan de mauvaise foi ils s'enferment dans le dénis ?
   
Page 23 -Le souhait d'un retour à la monnaie nationale
 
Jeunes et vieux souhaitent garder l'Euro ! Unis dans la connerie !
    
Page 25 - Le souhait de sortie de la Grèce de la zone euro en cas d’incapacité de son gouvernement à réduire sa dette
 
Jeunes et vieux n'auront aucun scrupules à sacrifier la Grèce sur l'autel de l'Europe ! Elle est belle la solidarité Européenne...
   
Page 30 - L'intention de vote si le référendum de Maastricht avait lieu aujourd'hui
 
Les + de 65 ans voteraient toujours oui alors que les 38 - 49 ans  voteraient non. Si l'on considère que les + de 65 ans devraient disparaître plus vite, nous avons théoriquement une chance de voir le nombre des opposants à l'Europe augmenter. Sauf bien sur si les 38 – 49 ans deviennent aussi cons que leurs aînés une fois parvenus à 65 ans...
   
Page 37 - L'adhésion à l'entrée de la Turquie en Europe
 
Quel que soit l'âge tout le monde est contre en grande majorité.
 
Comme quoi il fallait simplement trouver une tête de Turc pour réunir les générations !
   
J'en tire des enseignements qui n'appartiennent qu'à moi :
 
Hélas, ce sondage ne fait que confirmer ce que je pensais. Les français sont déçus de l'Europe mais pourtant ils restent persuadés que c'est la solution la moins pire. Les médias et le clivage droite/gauche qui ne cesse de leur promettre l'enfer en cas de sortie de l'Euro et de l'Europe ont la situation en mains.
 
Les jeunes sont très sceptiques sur la capacité de l'Europe à leur offrir un bel avenir. Même s'ils s'en défendent ils sont influencés par les anciens qui eux, veulent conserver le système en place. Les anciens n'ont pas envie de changer des fois que le changement chamboule leur retraite pas si mauvaise actuellement et se disent qu'avant que ce soit bien pire ils seront morts.
 
Les Français sont pleins de contradictions, c'est un pas en avant et un pas en arrière. Un pas à droite un pas à gauche, l'alternance UMPS. Mais l'un ou l'autre, c'est l'Europe qui continue.
 
Le FN n'a pas pu, pas su, convaincre les Français suffisamment sur la nécessité de sortir de l'Euro. Je pense qu'au stade où nous sommes c'est perdu. Nous n'en sortirons jamais. En tout cas jamais de nous même. Comme l'a dit Zemmour sur I-télé le samedi 15 septembre, il faudra toucher le fond, que tout s'écroule, avant d'en sortir. (2 dernières minutes de la vidéo).
 
 
Je vais encore fâcher, mais que voulez vous, je suis incorrigible.
     Christophe
 
Ref : C0056  
 

Publié dans Actualités

Commenter cet article

daniel 20/09/2012 09:31


La France pas touché le fonds, loin de la.


La spirale infernale de l'austérité et de la récession va aggraver la situation.


Toujours plus d'impots, ce sera moins de consommation et moins de secteur privé, donc moins de création de richesse, moins de compétitivité.


En conséquence, le commerce extérieur se dégradera et la dette augmentera encore, les taux de refinancement de l'état ayant de bonnes chances d'exploser.


On voit donc que la situation économique va encore empirer.


Sur le plan politique, il faut rester optimiste. Malgré le catéchisme pro-européen des medias, un pays de l'UE finira par craquer avec une revolte de son peuple ou une élection anti-Europe. Si ce
n'est pas la France, la Grece ou les Pays-Bas, cela peut encore être l'Espagne, l'Italie ou d'autres.


L'Europe n'est qu'une construction artificielle anti-démocratique, un peu comme l'ex-URSS. Elle finira de la même manière.