Mohamed a expulsé Momo

Publié le par Christophe

momo et mohamed
 
Voici un article de Gabrielle Cluzel qui évoque un fait d'actualité dans mon département de naissance : le Gard. Je n'y vais plus car je ne m'y sent plus en France. Je ne suis pas surpris de l'information ci-dessous mais j'en reste tout de même meurtri. Il est loin le temps ou les Mohamed se faisaient appeler Momo pour faire moins « arabe ». Personne n'était dupe car il était évident que le gars ne s’appelait pas Maurice mais cela avait malgré tout son petit effet d'assimilation dans la société française. Aujourd'hui plus de « Momo », les Mohamed sont affirmés comme une défiance. Va falloir s'y faire. On pourrait peut-être s'y faire si Mohamed acceptait de vivre comme momo... Seulement voilà, les Mohamed veulent nous jeter à la face leur culture. Ce qui se passe dans le Gard n'est pas anodin et il augure de ce qui va se passer à l'échelon national. C'est comique de voir à quel point le petit Mohamed est beaucoup moins intégrés au mode de vie français que son grand-père Momo. Pourtant Mohamed a la nationalité française alors que son grand-père Momo n'avait qu'une carte de séjour. Ne pensez vous pas qu'il y a comme un problème ? Mohamed a expulsé Momo...
 
 
Mohamed, prénom star dans le Gard !
  
Mohamed a été, avec Hugo, le prénom masculin le plus donné en 2012 dans le Gard rhodanien. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le quotidien Midi Libre. Mais le rapporter, c’est déjà suspect. Et rapprocher ce score de celui, depuis plus de dix ans, de ce même prénom dans les maternités de Seine-Saint-Denis, des Bouches-du-Rhône, mais aussi de Bruxelles, de Milan, ou encore, comme le rapportait CNN cet été, de l’Angleterre toute entière, c’est carrément coupable.
Et vous, là, devant votre ordinateur, qui tirez in petto les mêmes évidentes conclusions que moi quant aux bouleversements démographiques en Europe, vous devriez avoir honte. Vous ne valez pas plus cher que moi : aussi bouchés, bornés, réfractaires à la bonne parole. Puisqu’on vous dit que tout cela n’est pas grave, et que vous feriez mieux d’aller jouer au loto, faire votre réservation de sports d’hiver, vous inscrire dans un club de fitness, tchater sur un site de rencontres, regarder en streaming la énième saison de Dr House, enfin bref, vous changer les idées, plutôt que de rester là bêtement à vous poser des questions inconvenantes.
Et, sans vous vouloir vous vexer, ce prénom de saint millénaire dont, comme moi, vous avez affublé votre bébé il y a quelques mois, ce n’était pas une idée très fashion… On vous avait prévenus pourtant. Souvenez-vous de cette émission récente de téléréalité intitulée baby-boom dont, paraît-il, raffolent les ménagères de moins de 50 ans, ce documentaire qui filme le quotidien de la maternité de Poissy, dans les Yvelines.
Mohamed
Regards croisés sur une famille turque et une famille catho un peu « vieille France »… Cette dernière livre le choix de ses prénoms juste avant la naissance de ses jumeaux : « Tancrède et Madeleine ». Ambiance chevalerie et Comtesse de Ségur. La sage-femme prend note et ne dit rien. Mais n’en pense pas moins. Sitôt sortie dans le couloir, on la voit faire la grimace : « Tancrède, ça sort d’où ce prénom ? ». Et sa copine de pouffer de rire : « Et Madeleine, alors ! » Sur le palier, même les aides-soignantes y vont de leur couplet : « Il paraît que les frères et sœur s’appellent Enguerrand, Marguerite et Théophile ! » Gros plan sur le grand frère évoquant avec un journaliste les inconvénients de porter un « prénom moche », et notamment celui d’avoir, à l’âge adulte, des difficultés à trouver du travail.
Dans la salle d’à côté, un autre accouchement est imminent. Un maçon turc jovial et prolixe (il est vrai qu’il parle pour deux car son épouse, explique-t-il, arrivée en 1998, ne parle pas français), épelle obligeamment :« Notre fille s’appellera Murvvett, comme sa grand-mère. Avec deux v ». Cette fois, la caméra ne filme aucun commentaire. La sage femme griffonne docilement son dossier sans faire l’ombre d’une remarque, et dans le couloir, personne ne s’étonne. Tout est normal. Comme s’il était entendu dans la France de 2012 que le prénom de Madeleine était beaucoup plus extravagant, baroque, étrange, lourd à porter que celui de Murvvett.
Alors, pour le suivant, il va falloir éviter de taper dans la Sainte Famille, les archanges, les apôtres, les martyrs, les Pères de l’Église et tout le reste de ce sanctoral qui peuple les Monuments aux Morts mais déserte peu à peu les maternités. Montrez-vous raisonnables. Ou pas.
 
Gabrielle Cluzel
   
 
chris

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article