Normal 1er au bled (dhimmitude et repentance)

Publié le par Christophe

dhimmitude     

 

Il y a deux mois je vous annonçais le futur voyage en Algérie de notre président et que la crainte de voir notre pays se flageller et se repentir (de quoi) par son intermédiaire était bien réelle. Je vous remémore la phrase de la ministre de la Francophonie Yamina Benguigui : « l'Afrique a été très humiliée, (…) Il faut avoir un nouveau langage et définitivement se débarrasser des oripeaux du colonialisme. Le président Hollande ira porter cette parole ».

Des signes de dhimmitude sont envoyé à Alger afin que l'accueil soit le meilleur possible les 19 et 20 décembre prochain. Il y a les mesures que nous connaissons comme la construction des mosquées, l'imposition du halal, l'introduction de l'islam à l'école, la remise en cause des racines chrétiennes de la France, la lutte contre les patriotes, le vote des étrangers, l'assouplissement de la naturalisation etc... Mais il y en a d'autres plus intimistes...

 

La repentance en point de mire

 

On se rappellera que Saïd Abadou, secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), a demandé le 28 septembre au chef de l’État français de prendre des« initiatives courageuses » pour reconnaître les crimes coloniaux et ouvrir une nouvelle page dans les relations avec l’Algérie.

http://www.tsa-algerie.com/diplomatie/said-abadou-ouvre-les-hostilites-contre-francois-hollande-et-la-france_22278.html

« Hollande doit retirer la loi du 23 février 2005 glorifiant la colonisation parce qu’elle est toujours en vigueur ». « L’ex président français Jacques Chirac a certes vidé cette loi d’une partie de son contenu, mais le texte prévoit toujours d’enseigner dans les écoles et les universités françaises le caractère positif de la colonisation française », précise M. Abadou qui demande à Hollande de présenter des excuses pour la période coloniale et de rendre à l’Algérie tout ce que la France coloniale avait spolié comme richesses de son ancienne colonie.

 

 

L'Elysée va donner les clefs d’Alger à Bouteflika qui ne les demande pas !

 

Les clés d’honneur d’Alger, remises par le dey Hussein à l’armée française après la capitulation de la ville le 5 juillet 1830, sont restées dans les musées d’Alger jusqu’à l’indépendance, puis rapatriées en métropole et inscrites sur l’inventaire du Musée de l’Armée. « Il s’agit donc de trésors nationaux, inaliénables, souligne Didier Rykner dans La Tribune de l’Art.

http://www.latribunedelart.com/les-cles-d-alger-du-musee-de-l-armee-transformees-en-cadeau-diplomatique-par-l-a0-00lysee-article004125.html#nh2

La Tribune de l’Art souligne premièrement que le ministère des Affaires étrangères et le président de la République ne sont pas au-dessus des lois, deuxièmement que le mode d’acquisition des clefs d’Alger n’a « rien de contestable puisqu’il ne s’agit pas d’un pillage mais bien de la conséquence d’une reddition, un fait historique dont il est possible de regretter les conséquences mais dont on ne peut contester qu’il a eu lieu » (…) « Les œuvres des musées français appartiennent à tous les Français. Ils ne peuvent servir de cadeaux diplomatiques. »

 

 

Création de l'Observatoire national de la laïcité

 

Normal 1er a annoncé la mise en place en 2013 d'un « Observatoire national de la laïcité », chargé notamment de formuler des propositions sur la transmission de la morale publique à l'école (?).

http://fr.news.yahoo.com/hollande-annonce-observatoire-la%C3%AFcit%C3%A9-2013-132317714.html

Il a fait cette annonce le jour anniversaire de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État. « L'observatoire aura aussi la charge de formuler des propositions sur la transmission de la morale publique pour lui donner une place digne d'elle au sein de l'école », ajoute la présidence de la République. En septembre, le ministre de l’Éducation Vincent Peillon avait annoncé la mise en place d'une mission sur la transmission de la morale laïque à l'école, qui deviendrait une discipline à part entière. L'initiative doit aussi permettre de préparer l'inscription de la loi de 1905 dans la Constitution, comme l'avait promis le président durant sa campagne présidentielle. Nous savons que si l'église respecte en général la loi de 1905, la communauté musulmane quand à elle s'assoit dessus et profite des failles qu'elle comprend pour s'implanter de force chaque jour un peu plus dans notre pays. La laïcité et ses failles ont pour conséquence que toute personne qui tente de s'opposer à l'islamisation de la nation est qualifiée d'islamophobe. Plutôt que le nom « d'observatoire de la laïcité », le terme d' « Institut de la collaboration islamique » serait plus approprié.

 

 

Un accident d'avion

 

Six personnes sont mortes dans le crash de l'avion de fret militaire algérien le vendredi 9 novembre vendredi près du village de Trelans en Lozère. L'appareil regagnait l'Algérie au moment du crash.

Rien d'anormal me direz vous. Oui mais soit je suis parano soit j'ai vraiment l'impression que l'on en a très peu parlé dans les médias et pour un accident qui a fait 6 morts c'est surprenant.

Lorsque j'apprends certaines choses en lisant la presse, je m'interroge.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/lozere-crash-d-un-avion-de-fret-algerien_1185445.html

L'appareil un bimoteur de type CASA (militaire) avait décollé de l'aéroport du Bourget. Un avion militaire décolle de l'aéroport civil du Bourget bien connu pour sa discrétion puisque c'est celui que les personnalités et les stars utilisent, alors qu'il y a par exemple une base aérienne militaire à Villacoublay dont la raison même est d'accueillir des aéronefs militaires.

Ces musulmans algériens étaient si pressé de rentrer quitte à faire le vol un vendredi jour de prière ? Parmi les personnes à bord il y avait en plus des cinq militaires un représentant de la Banque d'Algérie. Tien... Outre les personnes à bord, l'appareil transportait aussi du papier fiduciaire servant à la fabrication de billets de banque. Cela expliquerai donc la présence du représentant de la banque d'Algérie. Mais y avait t-il que cela ?

 

chris 

Commenter cet article