Notre drame de St Mihiel

Publié le par Christophe

Caroline Alamachère
 
Tout récemment un article retentissant de Caroline Alamachère (photo ci-dessus) nous apprenait qu'à l’école primaire privée Notre-Dame de St Mihiel dans la Meuse, on exige des élèves de CM1 qu’ils apprennent par cœur un verset du coran dans le cadre d’un cours sur l’islam. Les récalcitrants sont sanctionnés et les parents non dhimmis sont éconduits. De la part d'une école privée catholique les bras nous en tombent et nous sommes en flagrant délit de catho-islamophilie ! Fort heureusement les réactions des lecteurs et des blogueurs ont produit un tsunami de courrier adressés à la direction de cette école et le buzz se poursuit encore aujourd'hui. Cela passera peut-être l'envie à d'autre écoles d'islamo-collaborer et rien qu'en cela c'est une victoire.
 
L'article de Caroline Alamachère
 
Caroline AlamachèreOutrées et inquiètes, deux mamans se sont alarmées de ce que leurs enfants d’une même classe devaient apprendre les rudiments d’une idéologie totalitaire qui se rend de plus en plus imposante, de plus en plus visible et de plus en plus dangereuse dans le monde entier.
L’une des deux mamans a fait part à l’équipe enseignante de sa désapprobation. Lors du cours suivant, les élèves ont été soumis à un contrôle sur les éléments constituant une mosquée. La seconde mère d’élève a à son tour protesté sur les cours donnés et mis un mot dans le carnet de correspondance dont l’usage est précisément réservé à cet effet.
On se serait alors attendu à un échange civilisé de petits mots, comme le veut l’usage, entre un parent et l’enseignant de son enfant, que chacun expose ses arguments et son point de vue en adultes responsables, organise un rendez-vous pour dialoguer et résoudre le problème. Mais la maîtresse ne l’a semble-t-il pas entendu de cette oreille et, en guise de vengeance, de rétorsion pour l’exemple au cas où d’autres auraient eu l’envie de l’éclairer sur les « bienfaits » du sacro-saint dogme, a préféré très courageusement s’en prendre à l’élève qu’elle a envoyé dans le bureau de la directrice. Suite à cela la maman protestataire a elle-même été convoquée pour subir une mesure disciplinaire et être réprimandée comme on l’aurait fait d’une élève insolente et désobéissante. La directrice les a fort aimablement encouragés elle et son fils à quitter l’école si elle n’était pas contente, et si elle persistait à refuser qu’on distille les préceptes coraniques dans les veines et le cerveau de son enfant.
Le fascisme islamique n’a même plus besoin des musulmans pour propager son virus, le corps enseignant fait preuve d’un zèle ostensible et remarquable pour contaminer des centaines de milliers d’enfants par une gigantesque PMA (Propagande Musulmane Accélérée).
Voilà.
Nos enfants sont utilisés, endoctrinés par le système scolaire, qu’il soit public ou privé. Et les parents qui entendent garder un droit de regard légitime sur « l’enseignement » dispensé à leur enfant sont contraints au silence, par la menace à la répudiation pendant que l’enfant, lui, est puni en raison d’un désaccord entre adultes censés donner l’exemple. C’est très grave.
Nos enfants sont jetés au plus tôt dans les rouages d’une machine monstrueuse destinée à leur broyer le cerveau, à leur inculquer des choses qui ne relèvent certainement pas de l’instruction mais du plus pur prosélytisme. Et gare à qui ose contester le système. La dictature est à nos portes avec les petits soldats rouges de l’Education Nationale et de l’enseignement privé au garde à vous, prêts à éliminer la tête qui dépasse, à l’envoyer dans la chambre 101 pour la rééduquer.
Il y a non assistance à personne en danger.
Cette école de St Mihiel ne déroge donc pas à la règle, sa directrice et son équipe, en parfaits petits soldats du système obligent des petits à ingurgiter des versets coraniques, à se familiariser à une idéologie qui n’a rien à envier au nazisme. Et chacun se tait, se soumet, regarde ailleurs, tandis que dans ce coin de France on écrase dans un étau de silence et de chantage des mamans et leur enfant.
Caroline Alamachère
 

Caroline Alamachère a publié les coordonnées de l'école et le nom de la directrice. La réaction ne s'est pas fait attendre et la responsable de l'établissement a reçu une montagne de courriers dénonçant la politique d'enseignement de l'établissement de la part de parents et de lecteurs ulcérés par l'attitude contre des enfants et des parents qui refusent que les enfants apprennent des sourates d'une religion potentiellement dangereuse et le contraire de ce que l'on veut nous vendre, à savoir la paix et l'amour. Le meilleur exemple étant le sort des chrétiens du monde persécutés par l'islam au nom du Coran et des haddits.
Un journaleux de gauche (pléonasme), Nicolas Galmiche a pondu un article hallucinant dans le journal « l'Est Républicain ».
Pour lui il est clair qu'avoir peur de l'islam est raciste. Mais pour nous il est clair qu'il faut avoir peur de l'islam !
La directrice Christelle Lainet : « Je reçois des coups de téléphone très menaçants de personnes qui me traitent plus bas que terre et ma boîte mail est saturée par 300 lettres d’insultes et de menaces personnelles ». Elle a décidé de riposter en déposant plainte pour « diffamation », auprès du procureur de la République de Bar-le-Duc.
La directrice dit: « Tout ça pour une leçon d’histoire… » L'histoire des religions ce n'est pas le contenu d'une religion! On peut bien sûr expliquer la naissance des religions sans être pour autant obligé de faire apprendre par cœur des versets et de noter voire de sanctionner les élèves qui n'ont pas appris ces versets.
Quand au nombreux courriers qu'elle a reçu, on se doute bien que la plupart n'était en aucun cas injurieux et ne contenait aucune menace! Mais pour ses bien-pensants ne pas être d'accord avec eux c'est être fasciste et islamophobe !
 
Mais je laisse Caroline Alamachère répondre, personne d'autre qu'elle ne pouvant le faire aussi bien.
 

 
 
Caroline AlamachèreJe n’imaginais pas, en dénonçant le fait que des enfants soient contraints d’apprendre une leçon avec des versets du coran dans une école catholique sous contrat, qu’allait se déclencher un tel déferlement médiatique et des réactions telles qu’un procureur en soit saisi.
Mon intention n’était certainement pas d’appeler à insulter la directrice de l’école et encore moins à la menacer. J’entendais, en indiquant ses coordonnées, provoquer une alerte collégiale à son intention sur le danger d’un dogme aux antipodes de l’amour du prochain, un dogme qui appelle au contraire au meurtre de celui-ci.
L’affaire aurait dû rester au stade d’un simple fait divers ne suscitant que la colère des résistants à l’islam, et l’article n’aurait été qu’un parmi une multitude d’autres du même ordre.
C’était sans compter sur la capacité d’internet à s’emparer d’un fait pour le faire grossir démesurément. Après les très nombreux mails reçus par l’école et les craintes de la directrice, l’Est Républicain et BFM TV se sont emparés de l’affaire, puis France 3 Lorraine et Europe 1. J’attends le moment où Pujadas viendra à l’heure de la soupe du soir froncer ses sourcils indignés par tant d’amalgame nauséabond rappelant les heures les plus sombres de notre histoire.
Pour l’auteur de l’Est Républicain qui relate les faits (que la directrice confirme d’ailleurs en évoquant l’intervention des parents suite à la « leçon » avec « évaluation » – qu’il s’agissait donc bien d’apprendre – même si elle réfute la punition), l’article proviendrait d’un site « bleu blanc rouge » qu’il répugne à nommer, sans doute pour éviter que les lecteurs n’aillent y découvrir des choses interdites par le politiquement correct, insinuant par là que tout ce qui a trait à l’amour de la France serait forcément malodorant et fort suspect.
Y sont dénoncés explicitement les parents, désignés par la directrice au journaliste de France 3 comme ayant rapporté les faits à notre journal alors qu’il n’en est rien, qui sans les nommer donne suffisamment de précisions pour qu’ils soient reconnus par les autres habitants de St Mihiel, et qui auraient donc eu le tort de se plaindre de ce qu’on enseignait à leur enfant, et dont les propos sont qualifiés comme étant « teintés de racisme » sans toutefois qu’il en soit précisée la teneur. Car de nos jours, il est généralement convenu de qualifier de racisme toute critique de l’islam. Les parents sont depuis désignés comme coupables, montrés du doigt, traités de racistes, simplement parce qu’ils ont refusé que leur gosse soit confronté à l’apprentissage des rudiments d’une idéologie qui considère ouvertement que la charia doit primer sur la démocratie !
Comment ne pas comprendre l’indignation de ces parents et leur refus de laisser endoctriner leurs enfants avec une idéologie qui appelle à les tuer s’ils sont chrétiens ?
Comment comprendre que cet enseignement, prôné par l’Education Nationale, soit apporté dans une école précisément catholique, et dispensé à des enfants qui doivent majoritairement l’être ?
Comment ne pas s’inquiéter d’un dogme qui a participé activement au génocide des Juifs durant la guerre, quand Hitler en personne prenait conseil auprès du mufti pour favoriser leur extermination ?
hitler mufti-300x224  grand-mufti-faisant-le-salut-nazi-300x191  Waffen-SS-Handshar-Mufti-8S-300x212
Comment ne pas s’alarmer quand un Qaradawi invité en France durant des années avec la bénédiction silencieuse des autorités réclame précisément de « finir le travail » inachevé de l’odieux führer ?
Comment feindre d’ignorer la dangerosité d’une idéologie qui appelle au meurtre en la faisant passer pour une religion « comme les autres », pour un message de paix et d’amour quand le mot « amour » en est désespérément absent si ce n’est pour glorifier le seul Allah, et qui a pour symbole un glaive de guerre ?
Comment ne pas avoir envie de brandir l’article 375 du Code Civil sur la protection de l’enfant mineur face à la folle entreprise du système destinée à le familiariser avec l’islam et à lui enseigner la biographie du pédophile le plus célèbre de l’histoire du monde, celui-là même qui a « consommé » une petite fille de leur âge ?
Comment admettre qu’on fasse l’apologie d’un machin qui dit « Lorsque vous rencontrez les incroyants, qu’ils soient massacrés jusqu’à leur domination (47:4) », qui a perpétré plus de 20 000 attentats dans le monde depuis septembre 2001, qui massacre les Coptes, persécute les chrétiens du monde entier, en Afrique, en occident, en Asie et ailleurs, et ce depuis des siècles ?
« Ceux qui ne croient pas à nos versets (ou à nos signes), nous les pousserons au feu. Chaque fois que leur peau sera brûlée, nous leur donnerons une autre peau pour qu’ils goûtent le tourment (56:4) »; « On taillera des vêtements de feu pour les incroyants, on leur versera de l’huile bouillante sur la tête (22:19) ». Paix, amour et tolérance ? Spiritualité ?
Le site Atlantico donne des chiffres édifiants (1) : « Le nombre de Chrétiens persécutés dans le monde oscille entre 100 et 150 millions d’âmes. Ce chiffre, en hausse constante, fait du christianisme la religion la plus persécutée. Selon Portes ouvertes, « un chrétien meurt toutes les 5 minutes ». Et comme l’explique Marc Fromager, directeur de l’Aide à l’Eglise en détresse (AED), « sur 131 pays de culture chrétienne, il n’y en a pas un seul où la législation sur la liberté religieuse laisse à désirer. Sur 49 pays de culture musulmane, 17 ne tolèrent aucune autre religion et contrôlent étroitement les croyants non musulmans, 19 reconnaissent théoriquement la liberté religieuse mais ne l’appliquent pas en pratique. Les chrétiens restent le groupe religieux le plus discriminé dans le monde : 75 % des cas d’atteintes à la liberté religieuse les concernent ».
N’y a t-il pas de raison légitime à s’inquiéter et à protester contre un dogme qui incite tant à la haine et à l’extermination de qui ne s’y soumet pas ? Est-ce à cette idéologie mortifère que les catholiques bien-pensants appellent à adhérer au sein de leurs murs en exigeant des parents contestataires qu’ils le tolèrent aussi ?
Et nous n’aurions pas le droit de protester ? De refuser ? Et nous devrions accepter sans rien dire qu’on inculque à nos enfants que l’islam est une « religion comme les autres » ?
Je reste pleinement solidaire des parents et m’associe à leur colère. L’islam est un danger pour nos enfants et pour notre civilisation, se familiariser avec est irresponsable et suicidaire. Il est plus que jamais urgent d’en prendre pleinement conscience.
J’invite la directrice de l’école de St Mihiel et tous ses collègues de France et de Navarre, du privé ou du public, à prendre conscience du danger qu’ils propagent, sans doute de bonne foi et à leur insu, à se renseigner sur la vraie nature de l’islam et à s’opposer massivement à son enseignement, même rudimentaire.
Caroline Alamachère

 
 chris

Publié dans Actualités

Commenter cet article

villecroze 09/05/2013 09:18


Bjr je suis scandalisé d'apprendre cela !! il y'a qu'une chose a faire une revolte !!!!! une reunion devant l'ecole avec un max de personne et une sanction est obligatoire . surtout ne pas
laisser faire cela en FRANCE .

Gérald 04/02/2013 16:42


Je connais personnellement une amie qui enseigne dans le primaire, elle a été agressée verbalement par une famille immigrée au prétexte que leur
enfant était mal noté par racisme. Mon amie qui se dévoue à tous les enfants quels qu'ils soient a voulue se défendre. L'inspection lui a fait comprendre qu'elle devait se taire, les syndicats
n'ont pas levé le petit doigt, on lui a donné 5 jours de repos forcés pour que l'affaire se tasse. Serait t'on déjà des sous citoyens ?