Nous partîmes trois mille

Publié le par Christophe

Don Rodrigue - le Cid à Burgos

 

Nous partîmes trois mille; mais par un prompt renfort d'imagination
Nous nous vîmes trois cent mille en arrivant au port contre l'islamisation !

 

Voilà plus d'une semaine que nous avons fait cette marche contre le fascisme islamiste organisée magistralement par Résistance Républicaine. Avec une semaine de recul le sentiment qui domine largement est la satisfaction mais nous ne pouvons pas cacher une petite pointe d'amertume...

 

Sur les Médias

 

Seuls I-télé (en qualifiant l’initiative d’extrême droite), France Info (même qualificatif) et l’AFP (idem) ont relayé l’information. Rien dans les autres médias. On ne s'attendait pas à des compliments mais il y a un boulevard entre ne pas complimenter et ne pas faire son travail de journaliste.

Car en effet, les médias Français n'ont pas fait leur travail. Un vrai journaliste relaie l'information sans en occulter une partie sinon ce n'est plus de l'info mais de la propagande. On savait les médias Français tous à gauche mais là c'est carrément un scandale.

On peut ressortir un point positif à ce mépris en se disant que la marche s'est tellement bien passée que les médias n'ont pas voulu le reconnaître. Une seule parole raciste, un seul incident aussi minime qu'il soit et c'était une avalanche de critiques qui aurait envahie les médias.

Les médias étrangers ont bien couvert la marche et particulièrement les Américains. Je pense qu'il y a un certain Charles Rivkin qui doit enrager, mais nous reparlerons de lui dans quelques jours...

 

Sur les rebelles médiatiques

 

Qu'arrive t-il à Eric Zemmour ? Il est étrangement silencieux. On ne lui demande pas d'applaudir mais il aurai pu en glisser deux mots dans une chronique. Moi qui suis un de ses fans je suis déçue.

Et Robert Ménard ? Sur Boulevard Voltaire il a parlé des identitaires, de l'islamophobie, du mariage homo mais rien sur la marche… C'est quoi le problème ?

 

Sur les politiques

 

De même, bien que nombre de militants du Front national aient été présents dans le cortège, on s’étonne qu’aucune réaction de la direction de ce parti. Il n'était point nécessaire d'approuver officiellement la démarche mais saluer le réflexe patriotique de 3000 personnes (électeurs) aurait été plutôt bien. Dans sa quête de dé-diabolisation, le FN est peut-être si soucieux de son image qu'il en fait preuve d'aveuglement. Au FN on ne se permet plus de critiquer l'islam ?

Jamais les musulmans modérés ne voteront FN. D'ailleurs les musulmans modérés existent-ils ? Pas un pour critiquer les islamistes intégristes ! La peur a bon dos, il y a un moment où ce silence est douteux.

Si c'est une stratégie pour les municipales, nous verrons le résultat en 2014, mais bof... Etre absent de la résistance active à l’islamisation de notre pays pour n'être que dans le débat d'idée sera t'il suffisant ? Là encore déception.

Quand aux autres, les Dupont Aignant, les Paul-Marie Coûteaux, ils avaient l'occasion d'exister, ils n'ont pas voulu.

 

Sur les présents et les absents

 

Les gens présents ont été formidables. Ambiance détendue, bonne humeur. Aucune haine ni émise ni ressentie dans la rue. Il y a bien eu un œuf jeté d'une fenêtre en direction d'Alain Wagner, mais c'est un journaliste américain qui l'a reçu. Il va pouvoir témoigner de la démocratie à la Française aux état-unis ! Mais c'était vraiment le seul petit incident.

Sur les absents, s'ils nous ont lu, certains regrettent déjà de ne pas être venus. D'autres pensent que ce que nous avons fait est bien mais ils pensent que ce n'est pas pour eux. D'autres s'en occupe très bien, alors pourquoi ils se déplaceraient. Ils sont dans l'erreur et j'aimerai tellement avoir les mots pour leur faire comprendre. Il est temps de bouger, montrer que nous sommes nombreux. Plus nous nous le serons, plus les indécis oseront venir. Pour la marche suivante, car il y en aura certainement d'autres, il faut impérativement être plus nombreux pour montrer à nos biens-pensants que nous ne nous laisserons pas faire sans lutter.

 

De denfert-Rochereau à Italie

 

Nous partîmes trois mille; mais par un prompt renfort d'imagination
Nous nous vîmes trois cent mille en arrivant au port contre l'islamisation !

Contents de nous et euphoriques nous nous sommes imaginés être des milliers de plus, mais cela c'est peut-être pour la prochaine...

 

chris 

Publié dans Billet d'humeur

Commenter cet article