Nouvelles du front russe

Publié le par Elena

250px-Volga Ulyanovsk-oliv

 

Six années que je n'étais pas repartis en Russie. Me voilà donc pour un mois de retour sur les bords de la Volga avec comme résidence principale Oulianovsk sans oublier les quelques jours passés à Moscou à l'arrivée et au départ de Russie, puis les quelques jours passés à Samara.

 

Beaucoup de choses ont changé surtout à Moscou mais dans le même temps une ville comme Oulianovsk se modifie beaucoup moins vite que la capitale. On peut dire que la différence entre la province et la capitale est encore plus marquée que celle que l'on connaît entre Paris et la province.

Je ne vais pas parler des changements que j'ai constaté dans la globalité mais uniquement de ce qui a attrait à la politique et l'islamisation de la Russie comme Christophe me l'a demandé. Ce blog est politique et ce n'est pas le lieu pour des récits touristiques.

 

Situer la Volga et Oulianovsk

La Volga est le plus grand fleuve d'Europe. Elle prend sa source entre Moscou et Saint-Pétersbourg avant de se jeter dans la mer Caspienne après un long parcours de 3700 km. Les principales villes traversées par la Volga sont Iaroslavl, Nijni Novgorod, Kazan, Oulianovsk, Samara, Saratov, Volgograd et Astrakhan. La partie qui concerne mon article est située entre les villes de Kazan et de Samara (voir carte ci-dessous). Cela concerne 3 régions, le Tatarstan (ou république Tatare dont la capitale est Kazan), les régions d'Oulianovsk  et de Samara qui portent le nom de leur capitale. Dernière info pour les amateurs d'histoire, Oulianovsk s'appelait autrefois Simbirsk (ville de naissance de Lénine). S'inspirant de son nom, Vladimir Ilitch Oulianov (Lénine) les communistes rebaptisèrent Simbirsk en la nommant Oulianovsk.

 

Volgarivermap 

Sur le Halal

 

Les Russes sont totalement indifférents et ignorants sur ce qu'est le halal.  C'est le dernier de leurs soucis. Ce qui frappe lorsqu'on se promène à Moscou c'est la présence des panneaux publicitaires qui vantent la viande halal. Cela n'existait pas il y a quelques années, les Russes n'y font peut-être plus attention mais lorsqu'on débarque de France après une absence cela saute aux yeux. Je me souviens de cet immense panneau publicitaire situé à Kazanskiï vakzal (gare de Moscou desservant la région de Volga) : « Tchaïkhona halal » Une chaîne de restaurants halal..

 

Les Russes ne savent pas ce qu'est la viande halal et certains pensent même que c'est une nouvelle qualité supérieure de viande, riche en goût parce que « bio ».

 

Lorsqu'on explique aux Russes la réalité sur la viande halal ils restent imperméables à la chose. Les problèmes de vie quotidienne sont plus importants que le fait de financer ou pas le culte musulman.

 

Concernant le côté sanitaire, ceux à qui j'ai expliqué les dangers de la viande halal, me répondent comme Ludmilla : « les repas halal, ils se vendent dans les magasins, mais nous, les Russes, n'y faisons pas attention, on ne les achète pas. Nous ne mangeons jamais de la viande saignante ».

 

 

 

Sur l'islamisation de la Russie

 

Même chose que sur le halal. Les Russes sont imperméables à tout discours de danger sur l'islamisation du pays. C'est le dernier de leur soucis, le principal étant de vivre au mieux dans la Russie d'aujourd'hui. Les Russes tiennent Poutine responsable de leurs difficultés économiques. A cet effet Ludmilla nous dit : « Ce qui est désagréable dans sa politique c'est que dans notre société il y a une différence énorme entre les riches et les pauvres. Tandis qu'en URSS tous étaient égaux. Oui, on vivait modestement, mais on était sur du jour prochain. »

 

« Je ne peux pas dire que je m'occupe de la politique, mais tout de même ça m’intéresse beaucoup plus que la plupart de mes connaissances ».

 

Les tatares d'Oulianovsk (peuple musulman) vivent à la russe, les femmes s'habillent comme les russes, mais on commence à voir des femmes qui sont vêtues en longue robes, avec des foulards sur la tête.

 

Ludmilla : « c'est par exemple ma voisine, elle habite dans notre maison avec son jeune mari, sa mère est une tatare normale. mais sa fille et son mari visitent le cercle musulman extrémiste. c'est désagréable. A présent ce n'est encore répandu, mais qui sait comment ça ira dans le futur ».

 

Pour l'instant rien qui n'inquiète les russes de la Volga malgré la présence de nombreux musulmans du fait de la proximité du Tatarstan. Comme le déclare Ludmilla : « les gens d'Oulianovsk vivent sans rien penser, ils travaillent, mangent, dorment, éduquent leurs enfants, font les achats et se désintéressent de la politique ».

 

Les Russes ne voient pas de raison de s'alarmer. Ils sont habitués à côtoyer les Tatares musulmans modérés depuis toujours. Ces derniers vivent à la Russe, ils boivent la vodka, ils mangent le saucisson.  

 

Sur l'attentat contre le grand Mufti de Kazan

 

Les gens, qu'ils soient Slaves Russes ou musulmans Tatares Russes ne sont pour la plupart pas au courant malgré la proximité des faits. Ma copine Tatare comme presque tous les gens d'Oulianovsk s'occupe de ses affaires personnelles et se fout de cet attentat.

 

Le président du Tatarstan, Minnihanov veut lutter contre les islamistes, il soutient la politique de l'islam traditionnel. Les pouvoirs du Tatarstan tachent de faire quelques chose contre ce danger, qui les inquiète. Ils ont promis 1 million de roubles pour celui qui peut aider dans l’enquête

 

Un citoyen de l’Ouzbékistan a été arrêté en plus des 4 personnes déjà arrêtés une semaine plus tôt. Poutine veut adopter une nouvelle loi, interdisant à toute personne qui n'a pas la nationalité russe de créer une organisation lié à l'islam.

 

Il y a eu tout de même à Kazan une manifestation d'environ 100 personnes opposées à l'arrestation des auteurs de l'attentat.

 

Ce qui concerne l'attentat, dans je journal "Arguments et faits" (très lu en Russie) les journalistes de Kazan écrivent qu'avant les musulmans de la région de Volga étaient toujours tolérants envers les gens de l'autre religion, mais dans les années 90 plusieurs musulmans sont partis dans les pays arabes, notamment l'Arabie saoudite pour étudier la religion islamique. Peu a peu en Russie, est née la communauté des musulmans extrémistes. L’extrémisme vient du Caucase.

 

J'ai personnellement été surpris par l'augmentation de la population en provenance des ex-républiques soviétiques d'Asie comme le Tadjikistan, Ouzbékistan, Azerbaïdjan. Jamais il n'y en avait eu autant. Les russes les utilisent pour faire du travail non déclaré en les payants pas cher. Les ressortissants de ces pays (maintenant indépendants) préfèrent venir travailler en Russie malgré les conditions de vie et malgré le fait qu'ils sont tous ici en célibataire. Dans la plupart des commerces et sur les marchés se sont des personnes des pays musulmans d’Asie qui travaillent. 

 

Sur la politique de Poutine

 

Les gens sont hostiles à Poutine. Il est impossible de trouver quelqu'un qui déclare avoir voté pour lui. Alors les élections étaient-elles truquées ? Certains le disent. Mais il est vrai aussi qu'il est très difficile de rencontrer quelqu'un qui est allé voter.

 

Les gens tiennent Poutine responsable de tous leurs maux : Difficultés économiques, insécurité, magouilles, dégradation de la qualité de vie etc...

 

Un dernier mot sur la future base de l'OTAN à Oulianovk, une manifestation d'opposants à ce projet à réuni une centaine de personnes qui pensent que cela n'apportera rien de bon à la ville si ce n'est de la drogue et de la prostitution.

 

Elena

 

Ref : E0001 

       

Commentaires de Christophe

 

Si seulement l’électorat de Poutine s'est déplacé aux urnes, il est logique qu'il ait gagné.

 

Les russes les appellent péjorativement entre eux les ressortissants du Tadjikistan et Ouzbekistan les « Tchourkis ».

 

En France, l'équivalent d'un tel mot serai par exemple dire « les bougnoules » en parlant des arabes. Autant dire que l'on serai poursuivi pour propos racistes.

 

En Russie, ce n'est encore pas le cas, des organisations anti-russes et financées par l'état n'existent pas encore. Bien sur les ONG occidentales et Russes vont y remédier et les Russes devront arrêter de dire le mot « tchourki ».

 

En Russie avec les ex républiques soviétiques et en France avec les ex départements africain de France, il existe des similitudes. Plutôt que de bosser au renouveau de leur pays devenu indépendant, les ressortissants de ces pays préfère immigrer dans le pays des colons qu'ils ont chassés. Les regrettent-ils déjà ?

 

Tout comme les boboïsés de France, les Russes (toutes classes confondues) sont hermétiques aux dangers de l'islamisation de leur nation. Il y a un sacré travail d'information à faire.

 

Poutine semble être la seule personne qui a compris, le danger. Dès que les Russes l'auront viré, le pays subira le même sort que l'Europe.

 

L'épisode du halal est tellement triste et comique à la fois que je ne vois pas l'utilité de le commenter.

 

A quand les premiers viols en série de filles Russes par les « tchourkis » ?

 

Enfin, je terminerai en disant que la ville d'Oulianovsk est une particularité et qu'elle ne peut pas être prise en exemple pour définir la Russie de province. Une partie de la population de cette ville, est nostalgique de la période soviétique. On peut le mesurer au travers de plusieurs exemples, j'en relèverai simplement deux :

 

Le nom de la ville qui est resté celui d'Oulianovsk comme en Union Soviétique. Les autorités n'ont pas repris le nom d'avant la révolution, Simbirsk, contrairement à toutes les autres villes...

 

Les autorités d'Oulianovsk ont conservé l'heure de Moscou, comme au bon vieux temps des soviets, alors qu'en réalité il est + 1 heure par rapport à la capitale. Cette débilité fait que si vous allez à Kazan ou a Samara, pourtant dans le même fuseau horaire, vous n'avez pas la même heure... Ces deux dernières villes sont moins campagne profonde qu'Oulianovsk mais pas plus mobilisées sur les dangers de l'islamisation.

 

 

 

Publié dans Billet d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article