Point de vue sur la crise en Espagne

Publié le par Christophe

514914

 

De retour de mes vacances en Espagne, j'ai voulu joindre l'utile à l'agréable, en évaluant quel sont les dégâts de la crise en Espagne. La situation est-elle aussi critique que les médias nous l'annoncent ? Les mesures d'urgences que j'ai évoqué avant mon départ sont-elles une généralité applicable partout ? Une première réponse : La crise est là mais elle ne touche pas tout le monde...

 

Le lieu

 

J'étais dans la ville de Péniscola en région de Valencia sur la Costa del Azahar. C'est une petite station balnéaire très sympathique que j'apprécie, la preuve c'est mon quatrième séjour là bas en 8 ans. Cette fidélité me permet aujourd'hui d'avoir quelques repères pour analyser l'évolution de la station depuis 8 ans. Mon dernier séjour datait de 2008.

Le soleil y est garantis et la plage de Papa Luna est une des plus belles d'Espagne.  

La citadelle et la vieille ville avancées dans la mer ont beaucoup de charme.

Enfin, lors du grand Schisme d'occident, la ville a été habitée par l'anti pape Pedro Martínez de Luna, plus connu sous le nom de Pape Luna. Cet Aragonais succéda à Clément VII comme Pape d'Avignon sous le nom de Benoît XIII et s’installa à Péniscola  du 21 juillet 1411 jusqu'à sa mort le  23 mai 1423 , alors que l'autre Pape Boniface IX s'installait à Rome.

 

Y ressent-on la crise ?

 

En premier lieu on peut répondre non. Les locations, les hôtels et les restaurants y sont bondés. En 4 séjours je n'y avais jamais vu autant de monde. Il paraît que cette année l'Espagne a bénéficié d'une forte augmentation du tourisme, je confirme. Ceux qui vivent du tourisme ne ressentent pas du tout la crise et s'en mettent plein les poches.

En second lieu, oui, loin du bord de mer, la situation semble plus difficile même si l'ambiance est festive et si l'insouciance est là.

Il y a 25 % de chômage ? Qu'a cela ne tienne ! Les Espagnols redoublent d'intensité dans le travail au black. Dolores qui loue des appartement de vacance me dit que « il n'y a pas une seule journée  pendant laquelle je ne suis pas sollicité par des artisans de tout type qui proposent leur services au black » « Tous les jours, j'arrache leurs petites annonces de ma boite aux lettres ».

Alors, c'est vrai, Dolores confirme que beaucoup de subventions ont été supprimées en Espagne, la région de Valencia est d'ailleurs une des plus touchées.

L'aéroport flambant neuf situé à 20 km de Péniscola n'a jamais ouvert et il n'est pas prévu qu'il le soit pour l'instant. Les Britanniques qui comptaient bénéficier des vols directs avec les Royaumes Unis commencent à mettre en vente leur maison...

 

L'immobilier

 

On nous montre régulièrement à la télévision Française les quartiers d'immeubles inoccupés faute d'acheteurs. J'ai vu la même chose à lé télévision Espagnole.

Comme je l'ai écrit plus haut, la situation n'est pas catastrophique en bord de mer par rapport au reste du pays. Mais, les effets sont malgré tout visibles.

1er exemple :

Il y a 6 ans un petit appartement ancien avec deux chambres sur le bord de mer était à vendre 200 000 milles euros alors qu'il était entièrement à rénover. Un scandale. En 2012, un appartement identique dans la même résidence, habitable de suite est en vente à 198 000 euros non négociables. C'est toujours un scandale mais l'inflation est belle et bien stoppée.

2ème exemple :

Michelle et Antoine des « jubiladors » Français résidant à Péniscola depuis 11 ans viennent de vendre leur maison en pleurant. Il y a 8 ans il ont fait construire une superbe villa 200 000 euros. Il y a 4 ans les agents immobiliers n’arrêtaient pas de sonner à leur porte pour les faire vendre tout en estimant le bien à 400 000 euros. Ils ont refusé de vendre. En 2012, ils ont vendu 210 000 euros !

3ème exemple :

Discussion avec une famille de Russes sur la plage. Ils ont acheté un très bel appartement de 150 M2 au prix de 400 000 euros. Tant qu'il y aura des pigeons pour acheter aux Espagnols des biens immobiliers 3 fois le prix, le marché restera assez haut sur le bord de mer.

4ème exemple :

Des appartements à Oropesa Del Mar (50km) affichés l'année dernière à plus de 100 000 euros sont soldés aujourd'hui autour de 70 000. Vous vous souvenez de la pub débile ?« Marina d'or, centre de vacances ! »  

 

L'islamisation

 

Dolores me dit que les musulmans se tiennent calmes et ne revendiquent rien. Son opinion est faussée par le fait que dans ce lieu touristique les arabes sont peu nombreux et si l'on en voit se sont souvent des « chances » de la France venus en vacances (la prochaine fois faudra peut-être que je descende plus au sud, les autres années ils ne venaient pas jusque ici...).

Selon Dolores tout se passe bien entre les « moros » et les « cristianos » Espagnols.

Nous parlons de la France et là, sans que je ne la mette sur la voie, elle me procure un immense plaisir en me disant : « En France c'est votre laïcité qui vous met dans la votre situation catastrophique » « d'avoir séparé l'église de l'état, vous ne pouvez plus revendiquer votre chrétienté à l'école et dans les administrations alors que les musulmans ne se gênent pas pour revendiquer l'islam puisque eux n'en ont rien à foutre de votre laïcité ». J'ai eu envie de l'embrasser...

Les Moros et Cristianos :

Il s'agit d'une fête qui a lieu actuellement à Péniscola et durant tout l'été dans différentes villes du comunitat Valenciana. Elle célèbre la Reconquista par des processions de croisés et de reconstitutions de scènes historiques en costumes d'époques au cours desquelles les croisés chassent les maures (moros) de la ville. Oui vous avez bien lu ! Imaginez de telles fêtes en France ! Les élus socialistes, EELV, le MRAP, SOS racisme crieraient tous au scandale, à l'offense envers la communauté musulmane et feraient très vite interdire ce genre de manifestations. Les touristes Français qui voient cela pour la première fois hallucinent, bien conscients du fossés qui nous sépare de l'Espagne. A quand le défilé Charles Martel à Poitiers ? Jamais je pense.

Dans certaines villes il y a même une figurine représentant Mahomet qui est jeté d'un balcon et incendiée par des pétards : La Mahoma. Cet aspect de la tradition est menacé, hélas.

Alors bien sur il y a des endroits islamisés en Espagne (la Catalogne est bien affecté) mais dans l'ensemble les Ibériques sont moins dhimmis que nous.

     

croisésRéflexion : Je me demande pourquoi les musulmans s'entêtent à vouloir conquérir un pays au sein duquel le jambon est si important...

 

Les expatriés Français

 

Les nombreux expatriés retraités (jubiladors) Français qui résident à Péniscola se foutent complètement de la France, ils ne savent pas ce qui s'y passe et ne sont pas du tout intéressé de le savoir. Inutile de rechercher des patriotes parmi eux. Ils ont même un petit sourire narquois lorsqu'on leur explique le drame qui se déroule en France.

Ils vivent paisiblement dans leur maison acheté deux fois le prix qu'un Espagnol aurait payé et râlent un peu à cause des nouvelles taxes que le maire de Péniscola leur impose. Ce dernier, après avoir mis en place une répression sans pitié au stationnement des véhicules pour faire du « blé » taxe les gens sur des choses qui chez nous s'appellent arnaques.

Reprenons l'exemple de mes deux retraités, Michelle et Antoine. Il vivent dans une maison qu'en Espagne on catalogue « habitation rurale ». Ce sont en fait des fincas (cabanons) qui ont évoluées pour devenir de très beaux pavillons. Ces habitations considérées jusqu'à présent comme non urbaines, ont été requalifiés par le maire habitations urbaines. Voilà donc nos deux retraités imposés sur le tri sélectif des ordures ménagères, alors que le premier container à leur disposition se trouve à 2 km de chez eux et que le tri n'existe pas du tout. C'est déjà beau quand les ordures sont déposées dans les containers, les gitans espagnols ne s’embêtent pas et balancent leur poubelles par dessus leur mur d'enceinte ou par la fenêtre de la voiture lorsqu'ils vont en ville.

Les arnaques de ce type sont légions, les municipalités font preuve d'ingéniosité pour faire de l'argent vu que les département et les régions ne leur en donnent plus.

 

Qu'en conclure ?

 

L'Espagne marche dans les pas de la Grèce.

Par certains côtés, on se rapproche plus de l'ambiance sud américaine que du standard Européen.

L'Europe tue lentement mais sûrement le pays et nous pouvons assister à l'élaboration de ce qui pourrait être notre futur.

L'islamisation gagne du terrain mais les traditions ont la vie dure...

Pourtant la météo et la mer y sont extraordinaires.

Le Jambon et le melon sont divins.

Pour 15 jours de vacances l'Espagne reste une valeur sure à laquelle je n'ai pas l'intention de renoncer.

 

 Christophe

Ref : C0048

Voir aussi :

Santiago Matamoros

Soupirs  

Publié dans Enquête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gerald 06/09/2012 03:14


J'ai été à Barcelonne cette semaine, effectivement les lieux touristiques sont préservés de la crise et de l'islamisation. J'ai vu sur la plage nudistes et puritains se cotoyer sans gène ce qui a
pour avantage de tenir éloigné tout musulman fondamentaliste. Les seuls musulmans que l'on croise en ville sont plutôt de type Pakistanais et sont totalement occidentalisés en apparence. Si on
compare Barcelonne à une ville comme Marseille ou Lyon, on peut facilement affirmer que l'Espagne est bien moins islamisée que la France.