Quel est ce monde ?

Publié le par Christophe Gilles

Kilyan 1

 

Tous avons tous été horrifiés par le drame survenu dans un collège de Rennes le 23 juin 2012 : La mort de Kylian (13 ans) provoqué par un autre jeune de 16 ans.

 

Les médias ont tentés en vain de nous cacher l'identité du mis en cause, tout en essayant de minimiser les faits en parlant d'une rixe entre adolescents qui a tourné au drame.

Nous avons appris depuis que le mis en cause, de trois ans l’aîné de la victime aurait commencé à lui asséner des coups violents avant de procéder sur lui à une strangulation. La lutte était d'autant plus inégale que le « présumé innocent » pratiquerait des sports de combat.

Nous savons que la désinformation est une pratique courante de nos médias et lorsque des délinquants ou agresseurs sont d’origine immigrée la presse ne donne pas leur nom, ce qu'elle ne manque pas de faire lorsqu'il s'agit d'un FDS.

 

JJ Bourdin avait fait la « Bourde » en parlant de Souleymane à l'antenne, vite rappelé à l'ordre par l'avocat de ce dernier avec une demande de ne pas divulguer le prénom de son client...(toutes mes félicitations à celui qui réalisera l'exploit de trouver un fichier audio de cela).

Toujours plus loin dans la désinformation, l'édition du « Monde » du 25 juin 2012 évoquait le meurtre du jeune Kilyan d'une manière plus que surprenante.  Non seulement le journal ne donnait pas le prénom de l’assassin de Kylian mais il tentait d’égarer le lecteur en lui prêtant celui de Vladimir !

Fait grave, non seulement le journal cache la réalité aux Français mais le choix du prénom met délibérément l’opprobre sur les Russes, avec un petit clin d’œil qui ne peut être le fait du hasard, Vladimir étant le prénom de Poutine. Le président Russe que l'on veut nous présenter comme un dictateur, alors qu'il n'a fait (lui) que défendre son peuple en s'opposant aux revendications des rebelles tchétchènes qui, outre l’indépendance, revendiquaient l’application de la charia.

 

Si même un grand journal comme « Le Monde » s'adonne à de telles pratiques où allons nous !

Heureusement la manipulation du journal a été dénoncée par des patriotes.

Et voilà que bizarrement, quelques jours après, le prénom de Vladimir à disparu sur la nouvelle version de l'article présent sur le site internet du journal. La nouvelle version nous indique que l'étrangleur se prénomme « S ». « S » comme Souleymane, le prénom du mis en cause, je suppose. Mais pourquoi ne pas écrire le prénom en entier ? Après la désinformation voilà la rétention d'information ?

A  moins que ce ne soit une ultime tentative pour nous faire croire que le mis en cause se prénomme Sacha...

 

Kilyan

 

Et si j’écrivais à l'ambassade de Russie à Paris pour dénoncer les faits...

 

Christophe Gilles 

 

Ref : C0014 

Publié dans Billet d'humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Brice 02/07/2012 21:41


Ce n’est pas avec ces socialo-communistes au pouvoir qui vont faire changer les chausses et mettre de l’ordre dans ce pays.

daniel 27/06/2012 22:17


Seul le journal, "les dernières nouvelles d'Alsace", moins politiquement correct que tous les medias nationaux, indique que le tueur est le fils d'un réfugié politique tchétchène.


Aucun n'a le courage de dire qu'il faisait partie d'une communauté musulmane.


Bravo les journalistes !!!


on cache la vérité pour ne pas risquer le procès de la part des officines bien connues.


Vive la pensée unique !!!

Gérald Bottosso 27/06/2012 21:05


Présumé est à géométrie variable. Un tueur est un tueur présumé quand il est musulman ; un islamiste est toujours présumé. Ce relativisme borné, au sens de « stupide »,
s’arrête à fasciste, à raciste, à xénophobe, etc. et même à français, quand ce mot désigne des musulmans partis au Pakistan apprendre le djihad et assassiner à
leur retour de malheureux autochtones : présumé alors disparaît. Il n’y a pas de raciste présumé, mais des racistes tout court ; il n’y a plus des Français présumés, mais des Français
tout court. Du tueur d’enfants juifs, on ne présume pas qu’il soit autre que français, bien qu’il soit né de parents algériens.