Tous les chemins mènent aux Roms

Publié le par Christophe

roms en france
J'ai déjà parlé des Roms dans un article intitulé : Roms, les premiers à les persécuter furent des musulmans. Je pensais m'arrêter là, seulement voilà le sujet revient sans cesse dans l'actualité, à croire que tous les chemins mènent aux Roms !
 
Ayant encore des choses à dire sur le sujet, j'ai décidé de ne pas me contenter d'une mise à jour mais de publier un autre article.
Je vous disais donc il y a quelques temps que les premiers à persécuter les Roms furent les musulmans. Aujourd'hui, il est fort possible que rien n'ai changé... 
     
L'exemple Marseillais
 
Vous avez tous entendu parler du dernier fait-divers marseillais impliquant des Roms :
 
L'affaire s'est passée dans les quartiers nord de Marseille, où un camp de Roms a été incendié par des gens de la cité, exaspérés par les nuisances, les vols et la saleté. Le lieu, ainsi que la précision quant au fait que la police aurait laissé faire sans relever d’infraction, laisse deviner que les incendiaires devaient être traités avec toutes les précautions d’usage. On devine la bienveillance qui régulièrement accordée aux « chances de la France »... Essayez donc, vous, Souchiens de la « communauté nationale », de mettre le feu à un camp de Roms ! Vous serez vite en garde à vue !
  
Il est tout à fait vraisemblable que les riverains qui ont osé se rebeller sont sans doute musulmans puisque cela se passe dans les quartiers nord de Marseille, fortement islamisés.
       
Les habitants et riverains ont contraint à la fuite les familles roms installées à proximité et incendié les restes de leur campement, sans violences physiques.
Les policiers sont arrivés sur place vers 19h00 afin de séparer une trentaine d'habitants mécontents et les familles roms, qui ont reflué avec caravanes et véhicules, laissant quelques affaires qui ont été incendiées dans la soirée, selon la même source, qui a précisé qu'aucune interpellation n'avait été effectuée en l'absence d'agression physique.
  
Il est également tout à fait vraisemblable que ce n'est pas sans menaces que les Roms ont été incité à partir. On peut penser qu'ils ont eu le choix entre partir avant de voir leur camp brûler ou rester et brûler avec leur camp. Les « richesses de la France » ont le droit de menacer les Roms, mais ce n'est pas le cas des souchiens...
   
L'arroseur arrosé
 
Le comique de l'histoire, c'est que quelques jours après les Roms ont commencés à parler et à expliquer dans quelles conditions ils ont été « virés » par les Marseillais de la diversité.
L'un d'entre eux affirme avoir vu des bidons d'essence : « Les habitants étaient physiquement menaçants, des gens ont vu des bidons d'essence », raconte-t-il.
 
Les Roms se victimisent en reprenant pour l'occasion l'attitude favorite de leurs ennemis. C'est l'arroseur arrosé. Nos chances de la diversité, détenteur du brevet officiel de victimisation, se voient imités par leurs victimes...
  
Une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer les circonstances de ce premier départ et du petit incendie qui a suivi.
Premier départ en effet, car la police a procédé mardi 2 octobre à l'évacuation en urgence des Roms installés dans le nord de Marseille sur un parking géré par la ville.
La préfecture dans un communiqué, indique que ces familles ont décliné l'aide au retour qui leur a été proposée par les services de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII).
     
Un problème insoluble...En France...
 
Quelques jours après ces événement, j'entendais un des invités de "c'est dans l'air" sur France 5, annoncer que de toute façon les Roms ne se décourageront jamais et ne retourneront jamais d'où ils viennent, car la vie qu'ils mènent en France reste meilleure que celle qu'ils connaîtraient dans leur pays d'origine.
Cet homme à raison. Les Roms sont « matés » en Hongrie, Roumanie ou Bulgarie. Dans ces pays ils ne la ramènent pas et on comprend pourquoi ils préfèrent venir en France où les communautés parasites sont reines.
 
Je me souviens d'un fait que j'ai vécu il y a quelques années alors que je passais quelques vacances en Hongrie. J'avais loué une maison dans un petit village de viticulteurs de la région d'Eggert où était implanté un camps de Roms. Je me suis trompé de route et je donc engagé dans un sens unique conduisant dans un cul de sac qui était un camps de Roms.  Dès qu'ils m'ont aperçu ils se sont rués sur le chemin à ma rencontre en faisant des grands signes m'indiquant de partir. Quand j'ai vu dans quoi je m'engageais j'ai vite fait demi tour et suis repartis dans l'autre sens sans traîner. J'ai par la suite raconté mon anecdote à Zoltan un Hongrois qui m'a expliqué les us et coutumes locales. Les Roms n'ont pas le droit de sortir de leur camps et les Hongrois n'ont pas le droit de les déranger. Les deux populations n'ont pas contact et chacun vit de son côté. C'est la condition pour que chacun ait la paix et si les Roms se hasardent hors de leur camps c'est à leurs risques et périls...
  
Poursuivant la discussion je demande à Zoltan pourquoi on ne voit jamais de Roms dans les magasins et les supermarchés. Sa réponse : « Pour y aller il faut une tenue correcte, et eux, ils n'ont jamais une tenue correcte » répond t-il mord de rire. J’apprends par la suite qu'ils ont leur réseau de magasins et qu'il n'y a jamais de contacts entre les Hongrois et les Roms. Ces derniers pour le peu que j'ai vu, vivent comme au temps de Notre-Dame de Paris, c'est assez impressionnant ce retour dans le passé. J'ai expliqué à Zoltan que l'Europe finirait par mettre la Hongrie au pas en matière de droits de l'homme et cela l'a bien fait rire...
   
La population Roms en Europe
 
Actuellement, dix à douze millions de Roms vivent en Europe. C’est en Roumanie que la population est la plus nombreuse avec 8,63 % de la population.
·Roumanie : 1.860.000
·Bulgarie et Hongrie : 750 000
·Slovaquie : 490.000
·Espagne : 750.000
·Grèce : 175.000
·Italie : 150.000
·Portugal : 52.000
·France : 15.000

Seulement 15 000 en France ! On a l'impression qu'ils sont des millions ! Il est vrai qu'ici ils se sentent pousser des ailes, ce n'est pas la Hongrie où ils n'ont pas le droit de bouger une oreille.
De ce fait ils nous pourrissent bien la vie et certainement qu'ils seront de plus en plus nombreux.
   
En France, plus nombreux et moins surveillés
 
La loi du 3 janvier 1969, qui institue le "livret de circulation" des gens de voyage, est discutée devant le Conseil constitutionnel. Benjamin Abtan, président du Mouvement antiraciste européen EGAM, Alain Daumas et Francine Jacob, président et vice-présidente de l'Union française des associations tsiganes, Cindy Léoni, présidente de SOS Racisme, Jonathan Hayoun, président de l'Union des étudiants juifs de France et Cindy Pétrieux, présidente de la Confédération étudiante, appellent à sa suppression au nom de l'égalité républicaine.
  
Cette loi s’inscrit dans la filiation directe de celle du 16 juillet 1912, que la Chambre des députés avait adoptée dans l’objectif de mettre sous surveillance les populations nomades.
Les Roms sont des populations nomades et font partie des gens du voyage.
Le carnet de circulation doit être visé tous les trois mois par un commissaire de police ou un commandant de brigade de gendarmerie. Il est précisé que la période séparant deux visas est obligatoirement décomptée de date à date. Cependant, il n'est pas nécessaire que l'intéressé se présente tous les trois mois à date fixe ; il suffit que l'intervalle séparant deux visas n'excède en aucun cas trois mois (calculés de date à date).
Avec la suppression de ces documents, les gens du voyage et donc les Roms seront dispensés de faire connaître leur position. Voilà un moyen de contrôle retiré aux forces de l'ordre...
  
Carnet   
Même si légalement il n'est pas possible aux forces de l'ordre d'utiliser le carnet de circulation dans ce cadre là, cette procédure leur permet de localiser ou tout au moins définir un axe de recherche pour les familles qui posent problème et qui sont souvent impliquées dans les faits divers. Les forces de l'ordre auraient bien tord de s'en priver...
 
Avec la suppression de ces documents, les gens du voyage et les Roms seront dispensés de faire connaître leur position. Voilà un moyen de contrôle retiré aux forces de l'ordre...
 
A une époque lointaine, on avait le droit de dire que ce genre de population devait être surveillé car plutôt génératrice de délinquance. De nos jours c'est terminé. Dire cela serai les discriminer.
 
Seules les populations immigrées de banlieues ont la possibilité de dire qu'ils sont voleurs et sales.
       
Terminons sur un fait amusant
       
Même si cela ne concerne pas des Roms mais des gitans, je ne peux m'empêcher de relater cette petite guéguerre sympathique entre Suisses dans les cantons de Vaud et de Fribourg.
 
Mi février les autorités du canton de Vaud ont convoyé une vingtaine de caravanes de gitans en direction du canton de Fribourg sans que ce dernier n'est donné son accord pour les accueillir sur son territoire. 
 
Les autorités du canton de Vaud se sont débarrassé du « saucisson » et ont dégagé les gitans indésirables en organisant leur déplacement par un convoi encadré par la police chez leurs voisins de Fribourg.
 
C'est assez amusant de voir que les suisses se refilent entre eux la « patate chaude » selon l'expression d'une élue. Surtout que l'on apprend que le canton de Fribourg aurait déjà procédé de la sorte en « refilant » des gitans à celui de Vaud.
 
Personne ne veut les gens du voyage et cela c'est une constance dans tous les pays du monde. C'est normal, tout le monde tien préserver la tranquillité de ses concitoyens. 
 
Voyez le reportage de la télévision Suisse RTS ci-dessous
 
       
Connaître les résolutions à adopter
      
On a compris que les conditions de vie qui leurs sont offertes en France, même si elles paraissent indignes à nos gauchistes, sont bien meilleures qu'ailleurs. Il ne faut donc pas compter sur un retour au pays définitif. Je dis définitif car les retours provisoires seront légion, ils vont bien profiter de la prime au retour... Sachant qu'a compter du 31 décembre 2013 ils ne seront plus expulsables : http://suite101.fr/article/qui-sont-les-roms--a35308
 
Autant renoncer à l'idée de les voir partir et autant axer nos efforts sur le fait de les inciter à se tenir tranquilles. C'est là que nos « chances pour la France » peuvent justifier leur surnom !
 
 Christophe
 
Ref : C0067 

Publié dans Enquête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article