Un maire écologiste teste localement la précarité prévue à l'échelon national

Publié le par Christophe

maire sevran 

La ville de Sevran a réclamé au gouvernement par l’intermédiaire de son maire écologiste (EELV) Stéphane Gatignon, une aide spéciale de plus de cinq millions d’euros. L’État devrait utiliser la dotation de solidarité urbaine prévue dans le budget voté en ce moment et dont les fonds devraient être augmentés. Autrement dit les communes bien gérées vont payer pour d'autres comme Sevran.

 

 

Un exemple de faillite

 

Les banques refusent de prêter aux villes déficitaires. C'est le cas de Dexia, la banque chargée de prêter aux collectivités locales, qui est au bord de la faillite pour avoir proposé des prêts à taux variables aux communes. Maintenant que les finances de la ville sont asséchées, quel serai l'intérêt pour les banques d'accorder un prêt à la commune, autant prêter à d'autres villes solvables jusqu'à obtenir leur faillite. Peu importe la situation des résidents, le principal pour les banques étant de faire des profits sur le dos des citoyens. A l'échelle de la ville, cet appauvrissement est le même que celui proposé par l’Europe aux états.

Sevran, commune aux faibles rentrées fiscales et connue pour ses zones de non droit et son trafic de drogue, a bénéficié de 8,2 millions d’euros en 2012 pour clôturer son budget.

C'est l'exemple type de la ville gangrenée par une population vivant à la charge de l'état et n'apportant aucune plus value. Vous connaissez les maux : allocations, AME, indemnité de chômage etc... Et en contre partie, pas d'impôts locaux qui rentrent. Les quelques travailleurs réguliers qui y vivent ne suffisent pas à financer le gaspillage accordé aux autres.

 

 

Le chantage du mauvais gestionnaire

 

Stéphane Gatignon, a commencé vendredi une grève de la faim jusqu'à au moins mardi, jour d'un vote décisif pour le budget de sa commune à l'Assemblée. (dotation de solidarité urbaine).

Il réclame une réforme des finances et de la fiscalité locale. La DSU, qui a atteint 1,37 milliard d'euros en 2012, doit progresser de «120 millions d'euros» en 2013, avait indiqué le ministre délégué à la Ville, François Lamy dans un courrier adressé fin octobre à Stéphane Gatignon, précisant également que «la dotation de développement urbain (DDU)», réservée aux 100 villes les plus pauvres, serait «reconduite à hauteur de 50 millions d'euros». Le maire demande une hausse de 180 millions d'euros de la DSU, montant qui selon lui doit en outre être réservé aux communes éligibles à la DDU. Il réclame aussi le doublement de la DDU «de 50 à 100 millions d'euros».

http://www.lefigaro.fr/politique/2012/11/09/01002-20121109ARTFIG00642-le-maire-de-sevran-en-greve-de-la-faim-devant-l-assemblee.php

 

 

La pleureuse sera entendu

 

« J'ai la désagréable impression de devenir in maire mendiant » déclare le maire de Sevran. Qu'il se rassure l’Etat devrait utiliser la dotation de solidarité urbaine prévue dans le budget voté en ce moment et dont les fonds devraient être augmentés.

Il y aura répartition de la dette entre les biens des communes qui collectent correctement les impôts et qui sont bien gérées d'une part et celles qui dilapident les aident de l'état sans jamais rien demander en échange à « nos chances pour la France » d'autre part.

 

Le maire comparait il y a peu de temps sa ville au Mexique avec ses milliers d'assassinats chaque année, à cause du trafic de drogue. Il y a aussi « un vrai risque mafieux ». « Il y a aujourd'hui du trafic de drogue et d'armes », dit-il. « On va vers le contrôle par les dealers de pans économiques », assure-t-il. « Dans les dix ans, si on ne fait rien, ce sont eux qui décideront qui sera maire ».

Aurait-il peur pour sa place ? Mais quel aveux d'impuissance !

http://www.lepoint.fr/societe/drogue-le-maire-de-sevran-plaque-tournante-du-cannabis-pour-la-fin-de-la-prohibition-04-04-2011-1314835_23.php

 

 

Ils sont incompétent et nous détestent

 

Au début on fait du social, puis on devient un dhimmi tout en haïssant les Français, leur préférant les « chances de la France ». Une fois la ville islamisée et gangrenée par le banditisme on y perd le contrôle et effectivement le but des racailles islamiques est de prendre le pouvoir ville après ville.

Sevran, une des communes les plus pauvres de France, abrite 51.000 habitants, dont 20% sont au chômage. Trafic de drogue, ghettoïsation, désert médical, enclavement, cette ville de Seine-Saint-Denis connaît les difficultés de beaucoup de banlieues du nord-est parisien.

C'est cela qu'ils veulent pour la France ? Sevran est perdue pour la France, ce n'est peut-être plus la France, mais en 2014, aux municipales, il y aura beaucoup de communes à sortir des mains de ces incompétents.

 

chris   

Publié dans Billet d'humeur

Commenter cet article