Vacances à 120 milliards d'euros

Publié le par Gérald Bottosso

Europe
 
Le 3 juillet 2012 au Parlement Européen (Strasbourg), Nigel Farage explose littéralement Barroso (président non élu de la commission européenne) qui s'est ridiculisé lors du G20 où il a déclaré "nous n'avons pas besoin de leçon de démocratie ..." ainsi que Van Rompuy qui avait déclaré que "le plus gros de la crise était passé".
Nigel Farage termine sur un bon conseil: "n'allez pas passer des vacances trop longues sur des bateaux de milliardaires parce que la crise nous imposeras d'être de retour en Août".
 
 
Le «pacte de croissance» a été adopté au sommet européen ce vendredi 29 juin et Nigel Farage a très bien compris que le tour de passe-passe qui s'y est joué, n'avait que pour but de passer les vacances. Ces 120 milliards d'euros n'existent pas et vont peut-être coûter cher à Angela Merkel lors des élections de 2013.
 
Ainsi Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a pu faire un peu de pub pour Normal 1er en déclarant : «Sous l’impulsion de François Hollande, une stratégie de croissance est en train de remplacer la politique d’austérité généralisée qui était imposée depuis 3 ans.» et que «ce sommet marque un tournant de la politique européenne». C'est bien ça le problème, ça fait 19 fois qu'on passe par la case départ. Comprenez : on vient d'ajouter de la dette à la dette ! L'austérité ça viendra après la légalisation du Cannabis, quand tout le monde sera "cool".
 
« Les gens ne se rendent pas compte qu’on est en train de les enfumer ! Ça fait deux ans que ça dure et on leur raconte, passez moi l’expression, des conneries toute la journée ! (…) On va demander à des pays qui sont ruinés, l’Espagne, la Grèce, l’Italie d’aller apporter des sous dans un fond pour qui puissent se les reprêter ? Mais enfin il n’y a pas de système plus con que ça ! » explique Olivier Delamarche désabusé.
 
 
Tout comme l'UKIP, le Front National fait parti des "Euro-Lucides", nous ne sommes pas contre l'Europe, mais pour une "Europe des Nations".
 
Traités européens
 
Gérald Bottosso 
 
Voir aussi :

Publié dans Actualités

Commenter cet article

Christophe GILLES 05/07/2012 22:04


Ce Nigel Farage est décidément fort sympathique. Dans son attitude il me rappelle l'excellent journaliste Irlandais Vincent Browne, qui
lors d'une conférence de presse, s'est montré particulièrement tenace avec un représentant de la Banque Centrale Européenne.


Véritable légende du journalisme dans son pays, Vincent Browne, chroniqueur dans plusieurs journaux et animateur de talk-shows politiques durant toute sa carrière,  a également
lancé un magazine d’investigation dans les années 70. Il a fait sa réputation par sa capacité à déstabiliser des politiciens expérimentés lors de son émission Tonight with Vincent Browne. 


Le 19 janvier 2012, c’est le représentant de la BCE Klaus Masuch qui a été la victime
de l’insistance du journaliste. C'est un grand moment !


Voir la vidéo ici.


Finalement les Britanniques souvent antipathiques et à qui l'on reproche bien des choses sont plutôt des exemples à suivre dans leur attitude vis à vis des fossoyeurs de l'Europe des nations.

Brice 04/07/2012 07:51


De toute façon se sont toujours les même qui vont payer : les français qui se lèvent tôt pour aller travailler et qui paient des impôts.