Les réactions en Russie

Les réactions de l'église orthodoxe

église russie

 

L’église orthodoxe a de son côté réagi en organisant une grande manifestation autour de cette même cathédrale en avril dernier. Des dizaines de milliers de fidèles ont pris part à cette manifestation dédiée à « a correction de ceux qui souillent les lieux sacrés et la réputation de l’Église » pour afficher leur soutien à l’église et au patriarche.

En France on voudrait nous laisser penser que cette manifestation est le fruit de quelques arriérés isolés, mais il en est rien. Voyez plutôt ces clichés qui attestent de l'ampleur du mouvement :

http://zyalt.livejournal.com/553301.html

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à nouveau le 22 juillet 2012 sur la place Souvorov de Moscou pour défendre l’Église orthodoxe russe.

Le discours de l’église orthodoxe est ferme, le porte-parole du patriarcat, Vsevolod Tchapline affirmant même que les jeunes femmes avaient commis un « crime pire qu’un meurtre » et « devaient être "punies ».

Bien que de nombreux adeptes de l’Église orthodoxe aient supplié le patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies de pardonner les profanatrices, M.Tchapline est persuadé qu'on ne peut pas pardonner quelqu'un avant qu'il ne se repentisse.

« Si elles se repentent, l’Église changera d'attitude à leur égard, mais nous ne pouvons pas nous ingérer dans les affaires de la justice. Une fois le verdit rendu, nous pourrons donner notre opinion », a-t-il indiqué.

Fin août 2012, tout en dénonçant l'action de Pussy Riot, l'Eglise orthodoxe russe hors frontières (EORHF) demande aux autorités judiciaires russes d'atténuer la peine infligée aux intéressées.

Le 01 octobre 2012 Vladimir Legoïda, porte-parole de l'Église orthodoxe, a déclaré que le tour de force des Pussy Riot ne devait pas rester impuni, quelle qu'en soit la justification, appelant cependant les jeunes femmes à se repentir. Une grâce ou une réduction de peine seraient envisageables si les trois jeunes femmes admettaient leur culpabilité, ce qu'elles se sont pour l'instant refusé à faire.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121001.REU7190/le-proces-en-appel-des-pussy-riot-reporte-en-russie.html

 

La réaction de la population Russes avant procès

N'en déplaise à nos biens pensant Français, seuls 15% des Russes sondés à ce sujet souhaitent que ces dernières soient amnistiées !

http://french.ruvr.ru/2012_08_04/Pussy-Riot-proces-scandale/

32 % pensent que les membres du groupe Pussy Riot seront condamnées pour insulte aux reliques sacrées et aux sentiments des croyants, tandis que près de 13 % sont persuadés que le tribunal les condamnera pour des appels à la démission de Vladimir Poutine. 6 % considèrent que les chanteuses seront condamnées pour les deux motifs à la fois.

Un tiers de Russes (46 % en mars) qualifient d’adéquate la peine, à laquelle les jeunes filles peuvent être condamnées par rapport aux actes ce qu’elles ont commis.

43 % (contre 35 % en mars) pensent qu’une condamnation à la peine de prison est trop excessive.

15 % sont opposés à une quelconque peine pour les Pussy Riot.

 

La réaction de la population Russes après procès

La condamnation à deux ans de prison chacune est équitable pour 53% des Russes, selon les résultats d'un sondage présentés le 30 août 2012 par le fonds russe Opinion publique (FOM).

http://fr.rian.ru/society/20120830/195829486.html

Le sondage a été réalisé les 25 et 26 août auprès de 1.300 habitants de 43 entités de la Fédération de Russie.

27% des personnes interrogées estiment que le jugement est inéquitable.

19% des Russes sont sans opinion.

66% des Russes dénoncent la "prière punk" de Pussy Riot et seuls 7% l'approuvent.

Pour 9% des personnes interrogées, l'intérêt de la communauté internationale pour le procès de Pussy Riot s'explique par une mauvaise disposition à l'égard de la Russie. D'ailleurs, 56% des Russes croient que le procès ne nuira pas à l'image de la Russie.

 

La réaction de Poutine

 Vladimir Poutine

Le président Vladimir Poutine est lui-même intervenu le 3 août 2012 à Londres, appelant à la clémence et jugeant que les Pussy Riot avaient obtenu ce qu’elles souhaitaient, à savoir un battage médiatique fort. Il retire ainsi cet argument à ceux qui ont affirmé que les Pussy Riot étaient enfermées pour des raisons politiques, car elles s’en seraient prises à lui via les paroles de leurs chansons.

« la prière punk improvisée par le groupe féministe Pussy Riot dans la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou est déplorable, mais les chanteuses ne doivent pas être jugées trop sévèrement » « Il n'y a rien de bon dans leur action, je ne voudrais pas trop en dire, mais je crois que si elles avaient profané quelque chose en Israël par exemple, il leur aurait été difficile de s'en tirer comme ça », « Ou peut-être qu'elles auraient mieux fait d'aller dans le Caucase et de profaner un lieu de culte musulman. Nous n'aurions pas eu le temps de les mettre sous protection », « Pourtant, je ne crois pas qu'il faut les juger trop sévèrement ».

« J'espère qu'elles tirerons elles-mêmes les conclusions de cette affaire et que le tribunal rendra la bonne décision, une décision fondée ».

 

Le 5 septembre 2012, le président Poutine a déclaré ne pas avoir l'intention de s'ingérer dans l'affaire Pussy Riot et a refusé de commenter le jugement.

Pourtant un mois plus tard sans doute excédé par la médiatisation organisée par les Pussy Riot, le président Vladimir Poutine a déclaré dans une interview à la chaîne de télévision russe NTV qu'il jugeait "correcte" la décision d'un tribunal moscovite de condamner à deux ans de prison les trois membres du groupe.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/10/07/poutine-soutient-la-decision-de-condamner-a-2-ans-de-camp-les-pussy-riot_1771413_3214.html

« En fait, il est correct qu'elles aient été arrêtées comme il est correct que le tribunal ait pris une telle décision. Car il ne faut pas saper les fondements de la morale et des mœurs et détruire le pays. Que nous restera-t-il alors ?Ma première réaction a été de demander aux fidèles de les pardonner, j'ai cru que l'affaire allait s'arrêter là. Mais l'affaire a été médiatisée, puis menée au tribunal. Je n'y suis pour rien. Elles ont obtenu ce qu'elles voulaient » a expliqué M.Poutine avant d'ajouter que les jeunes femmes avaient politisé exprès cette affaire.

 

La réaction de Medvedef

       dmitri medvedef

Le 12 septembre 2012, lors d'une rencontre avec des militants du parti Russie unie à Penza dans l'Oural, le premier ministre Dmitri Medvedev a estimé que les Pussy Riot ont passé assez de temps en détention pour prendre conscience de leur acte et qu'il serait inutile de les garder en prison, une condamnation avec sursis serait suffisante.

« Je trouve contre-productive la détention réelle dans ce cas. A mon avis, une condamnation avec sursis serait suffisante compte tenu du temps qu'elles ont passé en prison ».

M. Medvedev a dans le même temps souligné qu'il trouvait nauséabonds l'accoutrement des Pussy Riot et leur comportement hystérique et vulgaire.

http://fr.rian.ru/russia/20120912/196027682.html

 

 

 

Chapitre suivant :   Soutiens et ingérences (artistes, France)

 

Ou : Retour à l'introduction et à la liste des chapitres