Ceux qui condamnent Pussy Riot et défendent la Russie

Quelques personnes qui condamnent

 

asselineau-150x120François Asselineau le président du mouvement souverainiste français Union populaire républicaine (UPR), à accordé une interview à RIA Novosti.

« l'opération Pussy Riot a été montée et orchestrée par les services américains dans le but de ternir l'image du régime russe et tenter de le déstabiliser ».

Pour étayer ses dires, M. Asselineau a cité le comportement de trois jeunes Allemandes qui ont perturbé une messe, le 19 août 2012, dans la cathédrale catholique de Cologne en criant "Libérez les Pussy Riot". Rares sont les médias occidentaux à avoir mentionné cet épisode.

M. Asselineau a cité un exemple encore plus révoltant. Il s'agit de la décision de la cour d'appel du Bahreïn de condamner à perpétuité sept responsables des manifestations de février-mars 2011 contre le gouvernement de cette monarchie du Golfe, soutenu par l'Arabie saoudite. L'un des condamnés est de nationalité danoise, donc théoriquement citoyen de l'Union Européenne.

Selon le président de l'UPR, « infliger la prison à perpétuité à un citoyen européen pour avoir participé à une manifestation antigouvernementale est une peine beaucoup plus sévère que les deux ans de camps infligés à des femmes encagoulées hurlant des propos scatologiques et se roulant par terre dans une église de Moscou ».

« Pourquoi ce double standard et ces indignations à géométrie variable ? Pourquoi les pays occidentaux dénoncent-ils la paille dans l'œil russe et font-ils silence sur la poutre dans l'œil du Bahreïn ? Tout simplement parce que le Bahreïn est un petit État satellite de Washington, où est installé l'état-major de la Ve Flotte américaine dans le Golfe Persique », a constaté M. Asselineau.

 

L’ancien maire de New York approuve le verdict du tribunal de Moscou au sujet des Pussy Riot http://www.orthodoxie.com/actualites/monde/lancien-maire-de-new-york-approuve-le-verdict-du-tribunal-de-moscou-au-sujet-des-pussy-riots/#more-22260

« … L’élite culturelle occidentale se mobilise pour la défense des perturbateurs dans la cathédrale [de Moscou]. Certains approuvent l’attaque verbale contre Poutine. D’autres soutiennent la dénonciation de la direction de l’Église orthodoxe russe ainsi que les désordres dans l’édifice en raison du soutien que celle-ci fournit à Poutine. Tous ceux qui ont été cités caractérisent le problème comme étant celui de la liberté de parole. Ce n’est pas mon cas ».

« Je pense que la décision du tribunal russe de punir un délit de haine est juste et doit être applaudi, plutôt que condamné et ridiculisé ».

La liberté et la culture sont-elles persécutés en Russie ?

 

« Moscou rejette les reproches au sujet de la persécution de la liberté de création en Russie, formulés par les pays occidentaux à l'occasion du procès des Pussy Riot », a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Alexandre Loukachevitch.

http://fr.rian.ru/world/20120822/195756659.html

Commentant la campagne orchestrée à l'étranger en faveur des intéressées, M.Loukachevitch a souligné que « l'essence de cette performance artistique avait été reléguée au second plan ».

« Nos opposants refusent de prendre en compte le caractère de ce spectacle, un caractère insultant pour les millions de croyants orthodoxes et de fidèles d'autres religions attachés aux valeurs morales traditionnelles », a souligné M.Loukachevitch.

Le diplomate a rappelé que le concert donné dans la cathédrale du Christ Sauveur n'était pas la première performance douteuse des Pussy Riot. « Ces jeunes femmes ont professé leurs idées artistiques au sein du groupe Voïna (Guerre) connu notamment pour avoir organisé, dans un musée, une orgie sexuelle avec la participation de femmes enceintes ».

« Et pourtant, si l'on parle de la liberté de création, je tiens à rappeler que sur décision d'un jury indépendant, le groupe Voïna a reçu un prix d’État pour une peinture très contestée dans la société russe », « Comme vous le voyez, les reproches au sujet de la persécution de la liberté de création en Russie sont tirés par les cheveux », a conclu M.Loukachevitch.

 

Chapitre suivant : Les Français savent-ils qui sont vraiment les Pussy Riot ? (Vous les aimerez moins) 

 

Ou : Retour à l'introduction et à la liste des chapitres