L’UE reconnaît l'utilisation des « trolls »

Publié le par Christophe

 trolls

 

Dans un article du Daily Telegraph de ce mois de février 2013, nous apprenons que l’UE débloque la somme de 3 millions d’euros pour payer des gens en « trolls » afin qu’ils disent le plus grand bien de l’Europe sur les sites et réseaux sociaux et tenter de les convaincre que l’UE c'est super. En faisant cette annonce on pourrait penser que l'UE veut nous faire croire que l'utilisation des trolls est un fait récent. Il n'en est sans doute rien. Le phénomène des trolls date des années 50 et a débuté aux USA. Il s'est ensuite adapté et propagé au net. Il y a fort à parier que l'UE en use depuis longtemps... Voyons ce qu'est un trolls puis ensuite je vous propose de voir l'article anglais et quelques réactions avant d'entrer dans des voies plus secrètes au travers de divers témoignages.

 

 

Troll (définition)

 

180px-Troll cows ill jnl artlibreUn « troll » est une personne qui participe à une discussion ou un débat (par exemple sur un forum) dans le but de susciter ou nourrir artificiellement une polémique, et plus généralement de perturber l'équilibre de la communauté concernée. Les objectifs d’un troll peuvent être multiples et variés, allant du simple jeu à la volonté d’imposer ses idées, par plaisir pur et simple, ou même par tentative de détruire l’intérêt d’un forum ou d’une discussion visée par ses actions.

Le troll est à distinguer du Flaming, qui consiste en l'envoi de messages délibérément hostiles et insultants avec l'intention de créer un conflit.

Certains forums sont financés par la publicité et ont besoin d’activité pour générer des revenus. Le lancement et l'encouragement de trolls sont alors faits directement par les gestionnaires du site.

 

On l'a bien compris, dans le cas qui nous concerne, il s'agira de faire la promotion de l'UE. Si l'UE est si parfaite pourquoi a t-elle besoin de tels artifices pour nous en convaincre ?

 

 

 

Article du Daily Telegraph (traduit par Fdesouche )

 

Le Parlement européen va dépenser près de £2 millions pour surveiller la presse et répertorier les débats eurosceptiques sur internet dans la période qui va précéder et pendant les élections européennes l’année prochaine pour contrer l’hostilité croissante à l’Union européenne.

Le Daily Telegraph a vu les propositions de dépenses confidentielles et des documents internes planifiant une « attaque » (blitz dans l'article original) par propagande sans précédent avant et pendant les élections européennes de juin 2014.

Au coeur de cette nouvelle stratégie : des « outils de contrôle de l’opinion publique », destinés à déterminer si certains débats de nature politique ayant lieu entre participants des médias sociaux et autres blogs sont susceptibles d’attirer l’attention médiatique et publique.

Une augmentation de £1,7 million des dépenses en « analyse qualitative des médias » serait prévue, principalement tirée de budgets pré-existants. Néanmoins, £787 000 additionnels devraient être collectés l’an prochain, en dépit de la volonté affichée par l’UE de réduire ses dépenses à l’image de l’austérité mise en place aux niveaux nationaux.

« Une attention particulière doit être accordée aux pays qui ont connu une montée de l’euroscepticisme. » explicite en substance le document confidentiel.

« Les communicants des institutions parlementaires doivent être habilités à appréhender le débat et l’opinion publique, sur le terrain et en temps réel, au sein des diverses conversations sur ces médias sociaux et blogs, de décrypter les « sujets tendances » et développer la capacité d’y réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente, de se joindre aux conversations et les influencer, par exemple en fournissant des faits et des chiffres déconstruisant les mythes. »

Selon ce document, « l’actuelle crise économique et financière, conjointement à des taux de chômage élevés, en particulier chez les jeunes, ont pour conséquence une baisse de la confiance accordée par les citoyens aux institutions européennes… L’image de l’UE est de toute évidence en souffrance.

Afin de retourner l’impression que « l’Europe est le problème », nous devons pratiquer une communication axée sur l’idée que la réponse aux défis actuels… est « plus d’Europe », et non « moins d’Europe. »

 

 

Quelques réactions

 

Réaction du FN par l'intermédiaire de Ludovic de Danne, conseiller de Marine Le Pen aux Affaires européennes :

http://www.frontnational.com/2013/02/big-brother-lue-va-t-elle-financer-des-patrouilles-sur-internet/

« A l’approche des élections européennes de 2014, un article du Télégraphe britannique du 3 février dernier, et qui n’a été repris par aucun média français, révèle que le Parlement européen envisagerait de financer, à hauteur de 2 à 3 millions d’euros, des agents ou « trolls » afin de contrecarrer tout ce que des eurocritiques pourraient écrire sur Internet (sites, Twitter, Facebook, etc.).

Ce journal sérieux aurait eu accès à des documents internes faisant état de propositions de dépenses, d’analyse et de planification, en vue d’une propagande sans précédent : “Une attention particulière doit être accordée aux pays qui ont connu une forte augmentation dans l’euroscepticisme”. L’UE “doit avoir la capacité de surveiller les conversations publiques” et “de comprendre les sujets tendances et avoir la capacité de réagir rapidement, de manière ciblée et pertinente, à participer et à influencer la conversation, par exemple, en fournissant des faits et des chiffres afin de déconstruire les mythes“.

Paul Nuttall, député de l’UKIP, a attaqué ces propositions, qui, selon lui, violent la neutralité de la fonction publique européenne en transformant des fonctionnaires en “trolls” afin de traquer sur Internet tout ce qui est considéré comme étant nuisible sur les réseaux sociaux.

Ces documents ajouteraient : “La crise économique et financière actuelle, ainsi que des taux élevés de chômage, en particulier parmi les jeunes, se traduit par une diminution de la confiance dans les institutions européennes (…) il est évident que l’image de l’Union européenne souffre”. “Afin d’inverser la perception que – l’Europe est le problème -, nous avons besoin de communiquer que la réponse aux défis actuels … est – plus d’Europe et non moins d’Europe- “.

Au final, ces documents confidentiels révélés par la presse britannique démontrent tout simplement que l’UE fédéraliste, mondialiste et ultralibérale, avoue qu’elle n’a pas assez de partisans, tant dans le virtuel que dans le réel. Il est de toute façon intolérable que celle-ci finance, avec des fonds publics, de faux internautes en vue de contrer la liberté d’expression populaire par un harcèlement idéologique en ligne ».

 

La réaction de Nigel Farage, député européen (UKIP) en vidéo :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=dOZz_VAb3eI



Les techniques secrètes pour contrôler les forums et l’opinion publique

 

Ci-dessous vous trouverez un lien pour accéder au témoignage et aux explications techniques d'un ex-agent de Cointelpro.

Cointelpro était le nom d'une organisation US liée au FBI dont la mission était de faire de la désinformation et de foutre le bordel parmi les groupes d'activistes. Officiellement, Cointelpro a disparu en 71, mais l'organisation a juste changé de noms et elle est certainement encore active sous d'autres noms. En général ce type d'organisation change de locaux tous les 6 mois et change autant de fois de noms...

Maintenant en plus d'infiltrer de manière classique des groupes d'activistes, cette ou ces organisations gouvernementales officient sur Internet pour enterrer les bad buzz et noyer le poisson sur les forums d'activistes.

Ce document met au jour toutes les techniques employées par les gouvernements, les désinformateurs, les politiques, etc. sur le net mais aussi dans la vraie vie pour décrédibiliser leurs adversaires et enterrer les sujets sensibles. C'est très orienté US mais ce serait une erreur de croire que ce genre de pratiques n'a pas lieu en France.

Nul doute que l'Union Européenne possède ce type d'organisation et l'information du Daily Télégraph est divulguée parce qu'elle n'a rien de sensible, c'est simplement un budget supplémentaire pour la promotion de l'UE. Vous pensez bien que les bureaux chargés de polluer vos forum et vos blogs ne vont pas l'annoncer comme cela !

Témoignage et explications techniques d'un ex-agent de Cointelpro :

 

En Français

 En Anglais

 

 

Confession d'une ex-taupe

 

Voici l'histoire d'un homme qui, en raison de temps difficiles, a accepté un boulot pour faire de la désinformation sur internet. Au bout de seulement 6 mois, il a démissionné. Il n'était plus capable de se regarder dans la glace.

Son témoignage ici

Publié dans Enquête

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article