Le cheval orthodoxe Roumain est-il pire que le bœuf halal ?

Publié le par Christophe

cheval roumain

 

Le dernier scandale alimentaire révélé ces jours derniers fait du bruit. Pour rappel, des lasagnes de boeuf surgelées de la marque Findus, une des plus célèbres en Europe, étaient en fait préparées avec de la viande de cheval. Findus explique que son fournisseur Comigel, basé en France, le livre en “boeuf” depuis plus de deux ans. La marque a retiré près de 180 000 produits des rayons et lancé une enquête. Très vite on s'est aperçu que la viande de cheval venait de Roumanie.

Ce n’est que le dernier chapitre d’un scandale rampant qui a commencé le mois dernier quand des traces de viande chevaline ont été trouvées dans des hamburgers vendus dans des supermarchés du Royaume-Uni, d’Irlande, de Pologne ou de France. On peut s'étonner d'ailleurs de la discrétion qui avait entouré les faits jusque alors.

On notera que nos dirigeants sont beaucoup plus chagrinés par le fait que nous mangions du cheval à la place du bœuf plutôt que par le fait que nous mangions de la viande halal à notre insu et sans être musulmans.

Avec cette affaire, aussitôt la tentation de critiquer les Roumains, habituellement si corrompus, s'est fait pressente. Mais les Roumains sont-ils responsables et donc critiquables sur cette affaire ?

 

 

A deux reprises des journalistes européens avait alerté sur le laxisme et les conflits d'intérêts de l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

EFSA 

Avec ses 450 employés, l’autorité de contrôle installée à Parme, en Italie, constitue le pilier du dispositif de sécurité alimentaire européen et dispose d’un budget de 73 millions d’euros.C'est elle qui décide de ce qui est autorisé dans nos assiettes et elle est censée protéger les consommateurs. Sur son site Internet, l’EFSA indique que ses activités respectent les valeurs fondamentales "d’indépendance, de transparence et de réactivité". Ce n'est peut-être pas toujours le cas...

Hors, en novembre 2011 le quotidien Allemand SÜDDEUTSCHE ZEITUNG alertait ses lecteurs sur le laxisme de l'EFSA, dont l'impartialité était remise en cause et de plus en plus contestée en raison des liens étroits qu'elle entretient avec l'industrie agro-alimentaire.

Les journaliste Allemands révélaient ainsi que le président du groupe scientifique de l’EFSA, Albert Flynn, est personnellement employé par le géant américain Kraft. Jiri Ruprich, membre du conseil d’administration de l’EFSA, était également employée jusqu’en mars 2011 par Danone en République tchèque. Enfin, Carlo Agostini, membre du groupe de travail de l’EFSA, est régulièrement rétribué par des sociétés comme Nestlé, Danone, Heinz, Hipp, Humana et Mead Johnson à titre de conférencier. L’EFSA n’a pas seulement des liens étroits avec les fabricants mais aussi avec des organisations proches des milieux industriels. Pour les fabricants, les allégations santé sont des enjeux considérables en terme d’argent et de parts de marché et un argument de vente parfait. Déjà en juin 2011 une journaliste Française avait épinglé toute une liste de membres de l'EFSA en conflit d'intérêt.

 

 

Mais si les autorités Européennes sont laxistes dans les contrôles qualité, cela ne veut pas dire que la viande Roumaine des surgelés Findus était toxique. Il n'y a pas eu de problèmes de santé connus et c'est plutôt la traçabilité qui est en cause et la tromperie sur le dos des consommateurs.

 

 

Findus : des lasagnes, deux traders, quatre entreprises et cinq pays

 

lasagnesC'est le titre de l'article du monde qui par une infographie détaillée nous explique le cheminement du scandale et comment du cheval Roumain s'est retrouvé dans une barquette cuisinée en théorie à base de viande de bœuf.

Findus à Boulogne Sur Mer (France) passe commande de lasagnes à la viande de bœuf à la société COMIGEL à Metz (France).

COMIGEL demande alors à sa filiale Tavola de confectionner le plat au Luxembourg.

Tavola commande alors la viande à la maison Spanghero à Castelnaudary (France).

La maison Spanghero commande alors la viande à un trader à Chypre.

Le trader Chypriote sous traite la commande à un autre coursier aux Pays Bas.

Le trader Néerlandais achète de la viande en Roumanie à un prix très compétitif.

De la viande de cheval issue d'un abattoir Roumain et alors envoyée à la maison Spanghero en France.

Enfin, la maison Spanghero envoie la viande au Luxembourg où seront cuisinées les barquettes Findus. Ces dernières seront commercialisées en France, en Suède et en Grande Bretagne puis retirées de la vente une fois l'alerte donnée.

 

1830305 5 7524 le-circuit-de-la-viande-de-cheval-de-la 8068

 

 

Il est plus facile pour un clandestin de traverser les frontières que pour une information concernant les risques sanitaires !

 

En Europe nous avons la libre circulation des personnes mais il semble que nous ayons encore du mal avec la libre circulation des informations sanitaires. En effet, les signaux d’alerte remontent à plus de trois semaines en Angleterre puisque c’est là qu’on a repéré la présence de cheval à la place du bœuf.

http://www.atlantico.fr/decryptage/viande-cheval-dans-lasagnes-findus-quoi-faut-vraiment-avoir-peur-charles-pernin-636029.html#biMufllwWOEAKUU3.99

On ne sait pas encore comment tout ça a été découvert. Pour l’instant rien n’est clair mais le 15 janvier, l’autorité de sécurité alimentaire britannique annonçait qu’elle avait fait des contrôles montrant la présence de cheval au lieu de bœuf dans des steaks hachés. Ce qui est frappant, c’est qu’il a fallu trois semaines pour prendre la mesure du problème et organiser les retraits.

 

 

Mais il est dit que nous boirons le calice jusqu'à la lie dans cette affaire...

 

 

Cheval roumain: une partie de la viande pourrait être de l'âne !


ane-roumainLe Huffington Post annonce un nouveau rebondissement ! http://www.huffingtonpost.fr/2013/02/11/cheval-roumain-une-partie-viande-pourrait-etre-ane_n_2660056.html?utm_hp_ref=alimentation

Selon le site anglais du journal The Independent, une partie de la viande de cheval vendue dans les rayons surgelés des supermarchés en France, en Grande-Bretagne et en Suède, pourrait en fait se révéler être de la viande d'âne.

Le média britannique explique que c'est une loi, adoptée maintenant il y a six ans mais seulement appliquée récemment, qui serait à l'origine de ce nouvel élément d'information. Celle-ci interdit en effet les chevaux sur les routes en Roumanie, le pays dont sont originaires les viandes incriminées.

Or pendant des siècles dans ce pays, les chariots tirés par des chevaux, mais aussi des ânes, étaient une forme commune de transport, rappelle The Independent. Mais après le changement de code de la route, des centaines de milliers d'animaux ont été envoyés à l'abattoir.

Ce qui pousse aujourd'hui des représentants de l'industrie alimentaire française à spéculer sur le fait qu'une partie de la viande de cheval vendue dans les supermarchés pourrait donc être de l'âne...

 

 

En Grande-Bretagne, où le scandale a été découvert, le ministre de l'Environnement Owen Paterson, chargé des questions alimentaires, a parlé de probable "conspiration criminelle". Même s'il a souligné que les test n'avaient pour l'instant mis en évidence aucun danger pour le consommateur, le ministre britannique a répété qu'il fallait "se préparer à davantage de mauvaises nouvelles" dans cette affaire.

Pourvu que cela s’arrête là ! Sinon bientôt nous allons apprendre que la viande venait en fait d'un abattoir en Corée du Nord et qu'il s'agissait d’animaux de laboratoire sur lesquels ont été testé des gaz toxiques !

En attendant les Roumains tentent de se défendre. La presse Roumaine monte au créneau !

 

 

Le scandale de la viande vu de Bucarest

 

roumanieUn nouveau scandale affecte l’image de la Roumanie au sein de l’UE. La découverte de viande de cheval roumaine dans des lasagnes Findus censées contenir du bœuf, montre encore une fois “notre incapacité à respecter un ensemble minimal de règles, sans lequel nulle communauté ne peut fonctionner”, écrit România liberă.

Le marché unique permet “à un abattoir de Roumanie d'exporter de la viande vers un grossiste chypriote, puis à celui-ci de la vendre à une société au Luxembourg, qui la cède ensuite à une compagnie suédoise, qui la met sur le marché au Royaume-Uni par le biais de sa filiale en France”, note le quotidien. Cela représente un avantage si “tous les pays membres s'acquittent de leur mission de manière responsable”, ajoute-t-il. Mais “si la chaîne de confiance qui relie les institutions et les pays européens est rompue, ne serait-ce que par la faute d'une seule entité, c'est le fondement même du projet européen qui s'en retrouve atteint”.

Pour le journal, cette situation apportera de l'eau au moulin non seulement des xénophobes britanniques, mais aussi de tous ceux qui aujourd'hui encore soutiennent que la Roumanie n'aurait pas dû être acceptée dans l'UE.

Selon son confrère Adevărul, même si c'est la société qui a “emballé et exporté la viande" qui devrait se trouver en tête de la liste des suspects,"tous les yeux sont rivés sur la Roumanie, car c’est d’ici que provient la viande”. La proposition d’un parlementaire conservateur britannique d’imposer des restrictions sur les exportations roumaines, et ensuite sur toutes les importations en provenance de l’Union européenne, montre une fois de plus “que c’est de notre faute, c’est d’ici que partent tous les maux du Royaume-Uni”.

Et România liberă de conclure : « L'ironie, et la tristesse, de cette histoire, c'est que même s'il s'avère que personne en Roumanie n'a commis de faute dans ce scandale, cela passera inaperçu. Alors que tout le monde s'est habitué à nous voir mentir et tricher, le fait que, pour une fois nous soyons accusés à tort, n'a aucune importance ».

 

 

Laurent Fabius préfère le Halal au cheval

 

affiche-anti-halal-affichée-devant-des-quicks-et-autres-cLe ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a qualifié dimanche « d'abominable et dégueulasse » l'affaire de la viande de cheval dans des plats censés contenir du bœuf, réclamant enquête et des « sanctions dures ».

On aurait aimé la même intransigeance concernant la viande halal que les consommateurs ingurgitent sans même le savoir et qui participent du financement des mosquées !

« C'est abominable. Si on en parlait autour d'une table de famille, on dirait: c'est dégueulasse. Les consommateurs achètent quelque chose et on leur donne de la viande de vieille carne d'après ce que j'ai compris »

« Il y a sûrement des gens qui là-dessus font du profit. Il faut de la traçabilité, c'est ce que propose le gouvernement français, et il faut des sanctions dures »,

 

 

NDRL

 

Oui là nous sommes d'accords ! Il faut de la traçabilité ! Le consommateur Français doit pouvoir savoir si la viande qu'il achète provient d'un abattage rituel où pas !

Il faut aussi dire à Fabius que la viande de cheval c'est moins dangereux que le sang contaminé!

En attendant, on nous fait manger du bœuf français qui est en fait du cheval Roumain et cela donne l'impression que nous sommes vraiment les dindons de la farce et que l'on nous prend pour des ânes.

 

chris 

Publié dans Actualités

Commenter cet article